DÉMOGRAPHIE, ÉCOLOGIE, SANTÉ DANS LA RÉGION DE L'OURAL

Dimitri DE KOCHKO

 

L'article complet

Introduction 

Activité de l’Association France-Oural à partir de 1993 dans le domaine écologique et médical.

Données statistiques démographiques et sanitaires sur la situation de la région de l’Oural et plus particulièrement l’oblats’ de Sverdlovsk. Natalité. Mortalité. Morbidité. Maladies les plus répandues.

Principales causes de cette situation.

Problèmes socio-économiques.

Transformation du système de santé.

Dégradation générale de l’écosystème.

Conséquences de cette dégradation sur la santé de la population.

Transformation totale de la biosphère.

Conclusion

Actualité du problème pour l’ensemble de la planète.

Intérêt d’une collaboration internationale.


Introduction

Activité de l’ASSOCIATION FRANCE-OURAL

Pendant sept ans, l’Association France-Oural s’est occupée de coordonner des projets de recherches entre la France et l’Oural concernant l’état de santé de la population de cette région et l’influence du milieu environnnant. Notre rôle a consisté, essentiellement, à rechercher des partenaires fiables et compétents et à les mettre en contacts. Nous estimons avoir atteint nos objectifs puisque, par exemple, en février 1995, la société SANESCO, filiale du groupe CAISSE DES DEPOTS, a remis au maire de la ville de Kamensk-Ouralsky un rapport sur la situation sanitaire et écologique de cette ville qui permit à la ville d’obtenir le statut de ville sinistrée sur la plan national et d’avoir des subventions de l’état pour la mise en place d’un vaste programme de réhabilitation.

Kamensk-Ouralsky (cf carte) est située à 80 Kms au sud-est de la capitale de la région, Ekatérinbourg (ex-Sverdlovsk) et compte 210000 habitants.

Elle avait été choisie pour son caractère exemplaire. En effet, dans cette ville, à la pollution industrielle due à la concentration des usines métallurgiques, caractéristiques de toute la région, s’ajoute les conséquences de l’accident nucléaire de la centrale Mayak de Tchéliabinsk en 1957.

Cette collaboration avec les autorités sanitaires des villes de Kamensk et Ekatérinbourg se poursuit.

Nous tentons de répondre à la demande pressante dans le domaine sanitaire, sous forme d’aide humanitaire, mais surtout en proposant des stages au personnel médical de la région (othorinolaryngologie, pédiatrie..), des programmes de formation et d’études communs en particulier dans le domaine de la tuberculose pulmonaire, véritable fléau nationale en Russie, à l’heure actuelle. Car nous croyons plus à l’échange qu’aux actions strictement humanitaires, en tout cas, nous cherchons toujours à nous appuyer sur une collaboration locale et même sur des demandes et des besoins concrets émanant des personnes concernées.

Nous tenons ces projets de recherches communs à la disposition des personnes intéressées par un partenariat .

Données démographiques et sanitaires del’oblast (région administrative autour de la plus grande ville) de Sverdlovsk.

Cette région a été choisie comme particulièrement caractéristique de tout l’ensemble géographique et humain que représente la région de l’Oural dans son ensemble. Elle est en effet la plus imporatnte des régions administratives de l’Oural, autour de sa capitale : Ekatérinbourg qui compte 1 700 000 habitants.

Elle couvre 1,1% de tout le territoire de la Fédération de Russie, compte une population de 4 702 000 habitants dont 87,3% vivent dans les villes.

Caractéristiques démographiques de la population

  • Baisse inquiètante de la natalité. En 1988, la natalité était de

  • 15/1000, soit à peu près le chiffre actuel de la France, en 1995, ce chiffre est tombé à 8,5/1000, ce qui ne permet pas à la population de se renouveler.(natalité moyenne de la Russie : 9,4/1000)

  • Augmentation sans précédent de la mortalité, y compris la mortalité infantile ; depuis 1990, on a constaté une augmentation de 27%. Actuellement le taux de mortalité est de 15,1 /1000, soit 2% de plus que la moyenne nationale en Russie.( en France : taux de mortalité stable depuis dix ans, autour de 9/1000)

  • Courbe négative de l’évolution de la population. Elle est de 30% inférieure au niveau moyen de la Russie.

La situation sanitaire dans la région de Sverdlovsk

  • Indicateur de morbidité très élevé : 800 pour 1000, avec des indicateurs très négatifs pour l’avenir étant donné le taux élevé de morbidité enfantine.

On est en droit de parler de « cercle vicieux  démographique ». Il traduit dans une large mesure à la fois l’état de la natalité, l’état de santé des nourrissons et des enfants, et détermine l’espérance de vie des générations à venir.

L’un des problèmes sanitaires les plus importants est celui de la natalité, comme nous l’avons évoqué précédemment.

  • 80% des grossesses sont pathlogiques, voire, pour certaines villes, dans 90% des cas.
  • 75% des femmes enceintes doivent être sous surveillance médicale pendant les douze premières semaines de grossesse
  • 25% des accouchements présentent des complications.

  • 20% des grossesses sont prématurées.

  • Le taux d’avortements est de 1 à 4,5

  • La mortalité périnatale entre 28 semaines de grossesse et la deuxième semaine après l’accouchement est de 18 pour 1000.

  • La mortalité infantile et puérile est trois fois supérieure à celle des pays développés.

  • Les indices de morbidité infantile : 1050 pour 1000 (nombres de consultations médicales) sont particulièrement inquiétants pour l’avenir sachant

  • qu’actuellement l’espérance de vie ne dépasse pas 57 pour les hommes et 70 ans pour les femmes.

Les maladies les plus répandues.

Elles sont liées au statut immuno dépressif de la population.

Il s’agit : du cancer, des maladies infectueuses et allergiques, des maladies respiratoires et en particulier de la tuberculose pulmonaire.

  • On observe un recrudescence des maladies infectueuses qui présentent des formes de plus en plus atypiques et complexes, par exemple, on a noté de plus en plus de cas mortels de diphtérie et de maladies bronchopulmonaires, là où , en Occident, ces cas sont rarissimes.

Les chiffres de la contamination par la tuberculose pulmonaire sont proches de l’épidémie : au cours de ces dix dernières années, le nombre de malades atteints par la tuberculose a été multiplié par dix, parmis eux près de 30% des cas de première contamination présentent des formes résistantes à tous les antibiotiques connus.

C’est pourquoi les cas mortels a été multiplié par cinq et plus d’un tiers des cas sont chroniques et deviennent des ources de contagion très grave pour leur entourage

Dans ces conditions, on comprend aisément qu’une flambée de tuberculose soit inévitable.

Nous constatons les mêmes phénomènes pour les autres maldies infectueuses et en particulier les maldies inflammatoires du système respiratoire chez les enfants et les adultes.

Principales causes de cette situation.

La crise socio-économique que connaît le pays depuis ces dernières années sur le plan politique et écnomique a été un facteur déclanchant et déstabilisant et a mis à nu un ensemble de problèmes accumulés pendant des années.

La grande majorité de la population s’est retrouvée en dessous du seuil de pauvreté. Elle a perdu un grand nombre d’avantages et de garanties dont elle disposait à la période soviétique, et en particulier un système de santé qualifié et gratuit.

La population se trouve dans un état de stress permanent du fait de la baisse de son niveau de vie ( chomage . .) et de l’instabilité qui s’en suit.

Le système de santé existant à l’époque soviétique où la prévention et la médecine du travail jouaient un rôle important, a quasiment disparu, et il n’y a pas encore de véritable système de remplacement.

La population se retrouve donc totalement démunie devant les agressions du milieu environnant de plus en hostile et impropre à la vie.

Les transformations de l’éco-système dans la région sont tellement graves qu’il est légitime d’affirmer qu’,à l’heure actuelle, la biosphère, dans son état originel n’existe plus du tout dans l’Oural.

Elle a été remplaçée par ce que les chercheurs russes ont appelé « une shpère géo technique » dans laquelle les éléments naturels ont totalement disparu, au profit d’une sphère technico industrielle humaine, non maitrisée.

La pollution atmosphérique

La région de Sverdlovsk occupe la triste première place en Russie pour les rejets dans l’atmosphère des éléments classés 1 et 2 dans l’échelle de gravité de pollution. Parmi les polluants les plus toxiques, il faut citer les métaux lourds, tels que le cuivre, le plomb, le zinc, le chrome, le cadmium. C’est également dans l’Oural que l’on trouve la plus forte concentration en Russie de benzopyrène, gravement cancérigène.Par exemple, à Kamensk-Ouralsky, la dose annuelle de matières toxiques par habitant est de 660kg, les retombées de poussières polluantes ont été mesurées à Ekatérinbourg par unité de surface, elles sont de 123kg au km 2.

La pollution de l’eau

Sur 18414 fleuves et rivières les 2/3 sont polluées seules deux rivières sont considérées comme écologiquement saines. A Kamensk, par exemple, les entreprises déversent près 200000 M3 par jour d’eaux usagées dans la rivière Isset qui traverse la ville d’Ekatérinbourg et de Kamensk.

De plus, 95% des régions sont alimentées en eau potable et eau domestique, servant à arroser l’ensemble des potagers, par des réservoirs dans lesquels se déversent un grand nombre de déchets toxiques provenant de toutes les usines environnantes.

Les sols

Au cours de l’année 1995,les entreprises de la région ont déversé 10000 tonnes de déchets lourds dans les décharges industrielles de la région et 343 m3 de déchets liquides par habitant en un an.

Sur un périmètre de 15 kms autour d’Ekatérinbourg, le sol est totalement impropre à la culture. Rappelons que les potagers cultivés individuellement par les citadins sont leur source essentielle d’alimentation ainsi que les champignons et baies ramassées dans les forêts au sol contaminé.

Ajoutons que cette concentration industrielle massive augmente les risques d’accident.

En 1957,une partie significative de la région a été touchée par les retombées du nuage nucléaire issu de l’accident de la centrale nucléaire Mayak près de Tchéliabinsk. Trois générations d’ouraliens naissent et vivent depuis 40 ans dans les conditions d’une influence radioactive constante.

En 1979, à la suite d’un accident dans un laboratoire médico-militaire, la ville d’Ekatérinbourg a enregistré un pic d’épidémie de charbon avec destruction des poumons et de nombreux décès. La plupart des maldes et des morts étaient des hommes en pleine activité.

Les installations eélectriques à haute fréquence et amplitude magnétique constituent également un élément grave de nuisance sur un périmètre de 800 km autour d’Ekatérinbourg.

Cet environnement fragilise gravement la population et affaiblit considérablement son système immunitaire, la rendant particulièrement vulnérable à toute sorte de pathologies comme nous l’avons constaté.

Les faits cités expliquent les graves problèmes des femmes enceintes relevés au début de cet exposé.

  • 70% des enfants naissent acec un syndrome névrotique. A ces maladies s’ajoute une importante augmentation des maladies psychiques chez les enfants et les adolescents, en particulier.

Selon des données récents les jeunes filles de 18 ans ont en fait un age biologique de 40, et on prédit que dans quelque temps le renouvellement de la population sera impossible.

Ce vieillissement prématuré est le résultat d’une inadaptation du rythme biologique interne de chaque individu aux agressions du milieu environnant.

La durée de vie de la nouvelle génération génétiquement diminuée sera considérablement diminuée.

L’importante augmentation de la morbidité, d’une natalité écopathologique,et de la mortalité infantile en dépit des traitements traditionnels, les modifications des tableaux cliniques des maladies et la résistance aux traitements traditionnels sont la preuve que le processus des destruction du milieu environnant à atteint son paroxysme dans l’Oural et que ce processus paraît irréversible.

Actualité du problème

Les faits cités soulignent l’acuité et l’urgence du problème dans la région de l’Oural. Malheureusement, ce que connaît la région de l’Oural ne lui est pas réservé. Les choses ici prennent des formes particulièrement dramatiques et ont une valeur exemplaire.

Les grandes métropoles européennes connaissent elles aussi de plus en plus de graves problèmes de pollution.

La différence est surtout quantitative grâce à un système de protection sociale mieux adapté, en particulier en France. Cependant les flux migrateurs de population actuels et d’autres circonsatances extrêmes peuvent faire basculer un équlibre fragile.

La région de l’Oural est un lieu unique et privilégié d’observation pour les chercheurs du monde entier. En effet, les chercheurs russes, écologistes, médecins, disposent de données exceptionnelles et, en dépit des difficultés , ils continuent à effectuer des recherches dont les résultats représentent un apport considérable à la communauté scientifique du monde entier.

L’Association France-Oural participe à ces recherches en mettant en contact les spécialistes russes et les spécialistes français. Cette collaboration se poursuit et se poursuivra. Les travaux les plus intéressants sont ceux qui apportent une amélioration rapide à la situation d’urgence, mais aussi des travaux à plus long terme, comme les recherches sur les formes résistantes de tuberculose pulmonaire.

Nous espèrons que cet exposé contribura à mobiliser l’attention sur cette région et permettra de réaliser les projets prévus.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2000