VERS UNE CARTOGRAPHIE DES MINES ANTIPERSONNEL DANS LE MONDE

Jasmine DESCLAUX-SALACHAS

Cartographe

Résumé par

Cliquer ici pour obtenir L'article complet

Résumé :

Les mines antipersonnel sont des armes aveugles qui tuent plus de civils que de militaires car dispersées et dissimulées dans les sols, elles restent actives bien après la fin des combats. Les matériaux non métalliques qui les composent ne permettent plus leur détection et il est souvent difficile, voire impossible de connaître leur emplacement exact.
Leur nature même empêche leur maîtrise et longtemps après la fin des hostilités, ces " sentinelles éternelles " continueront de blesser et tuer.

Aujourd¹hui, 88 pays à travers le monde sont gravement affectés et constamment menacés par ces armes non explosées.

En décembre 1997, 122 nations réunies à Ottawa, ont signé la Convention sur l¹interdiction de l¹emploi, du stockage, de la production, du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction.
À la date de janvier 2001, 139 états ont signé cette Convention et 109 états l¹ont ratifié.

L¹Observatoire International des Mines est une initiative civile qui a pour objectif de faire que les gouvernements rendent compte des obligations qu¹ils ont contracté à l¹égard des mines antipersonnel en signant la Convention d¹Ottawa. Pour son rapport annuel, l¹Observatoire a publié notamment un planisphère qui permet de lire à l¹échelle mondiale les informations liées à l¹utilisation, à la production et au stockage des mines antipersonnel.

La mise en place d¹une cartographie des pays concernés par la question des mines antipersonnel pourra nous aider à étudier et dénoncer les conséquences humaines, économiques, politiques et écologiques du déploiement de ces armes qui ne choisissent pas leurs victimes.

 

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2000