GÉOGRAPHIE DE L'INNOVATION

Gérard DOREL

Directeur scientifique de la publication
Professeur des Universités
Inspecteur Général

 

Monsieur le Ministre,
Monsieur le Préfet
Mesdames et Messieurs les élus,
Madame la présidente de l’association pour le développement du festival de géographie, mes chers collègues,

Mesdames et Messieurs,


La douzième édition de ce festival est consacrée cette année à l’innovation, de l’économique au technologique, du social au culturel, ce sous titre donnant effectivement sens à une problématique éminemment géographique.

Car si nous nous intéressons effectivement non seulement aux différentes natures de l’innovation, c’est leur dimension spatiale qui nous préoccupent par essence, car l’objet de la géographie, c’est d’abord et bien les lieux.

Quelles formes prend donc l’innovation ? qui en sont les acteurs ? mais aussi pourquoi là et pas ailleurs ? quels sont les lieux privilégiés où naît et s’épanouit l’innovation ? quelles sont les conditions de sa diffusion ? pourquoi des lieux infertiles où résistants à l’innovation ?

Autant de questions auxquelles vont répondre les géographes et leurs invités pendant ces trois jours de festival. Plus de cent intervenants, de France, d’Europe – naturellement de Pologne, le pays invité cette année -, des autres continents aussi ; une douzaine de tables rondes, une cinquantaine de conférences,..

Des interventions que le comité de pilotage scientifique a voulu de nature le plus souvent quelque peu interpellative, des tables rondes et des conférences débats qui confronteront le plus souvent possible des points de vue, des tables rondes et des conférences où nos invités dialogueront avec le public, directement, dans les salles, mais aussi par internet.

Le festival, c’est aussi trois salons :

le salon de la géomatique qui couvre l’ensemble des disciplines liées à l’information géographique et à ses outils de pilotage comme les systèmes d’information géographique, l’outil innovateur par excellence des géographes d’aujourd’hui ;, celui de la gastronomie, c’est le salon du livre : chaque année, St Dié abrite la plus grande librairie géographique de France, un rassemblement qui témoigne de la richesse de la production scientifique française ;

c’est le salon de la gastronomie, qui n’est pas seulement un lieu où on se restaure et où on découvre les richesses de nos terroirs, mais aussi un lieu d’échanges scientifiques, de conférences, de débats dont quelques uns, vous le verrez, auront quelques résonances.

Le festival, c’est aussi des expositions qui nous montrent la diversité, la qualité et le dynamisme de nos laboratoires universitaires. La présence de ces jeunes équipes de chercheurs nous rassurent sur la vigueur de la géographie dans nos universités, et les nombreux professeurs des collèges et des lycées qui nous arrivent de tout le pays, et même d’outre-mer, y feront ample moisson d’informations nouvelles susceptibles d’enrichir leurs cours.

Voilà donc un programme riche, varié, où chacun saura trouver on miel, où chacun saura aussi profiter d’une ambiance qui n’est pas celle- toujours un peu compassée - d’un congrès, mais celle d’un vrai festival, lieu de rencontres scientifiques certes, mais aussi lieu d’animation et de distraction, en un mot, lieu de culture au plein sens du terme.


Je voudrais vous exprimer ici, Mr le Président fondateur, la gratitude de la communauté scientifique, car je ne connais pas de discipline scientifique qui ont la chance d’avoir un tel lieu de rassemblement. En témoigne, s’il le fallait, la présence ici même des plus hauts représentants de la géographie mondiale, puisque l’Union Géographique internationale tient ici même, à St Dié, son bureau annuel autour de sa présidente, Mde le Professeur Anne Butimer. Saluons aussi le Comité national de Géographie et son président, le professeur Alain Miossec, qui organise à St Dié son congrès annuel.


Le festival de géographie ne se cantonne pas pour autant dans l’institutionnel. Il est d’abord comme vous l’avez voulu, Mr le Ministre, un espace de rencontres, d’ouverture aux autres, un espace de liberté, et finalement, cette année comme les autres, le lieu privilégié de l’innovation.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2001