EXPOSITIONS SCIENTIFIQUES DU FIG 2001

Texte des actes

Introduction

Les expositions scientifiques ont proposé une découverte de la recherche actuelle en géographie, par la présentation d’une soixantaine de posters réalisés par 11 laboratoires et instituts de recherche.

A la différence de discours plus formels, les posters privilégient l'iconographie et les représentations graphiques, dans un souci de clarté et d'esthétique. Le pouvoir évocateur des images suscite même à un véritable voyage sur les terrains de recherche des uns et des autres, afin de mieux initier le public aux questionnements des géographes sur l’innovation. Les expositions ont d’ailleurs offert un stand présentant une cybercartographie animée, preuve que l’image est bel et bien au cœur de l’innovation géographique !

Les géographes en effet ne se contentent pas d’analyser les conséquences spatiales du développement de nouvelles technologies, à l’échelle du monde (la diffusion mondiale d’internet) ou d’un pays (l’Inde, la Pologne – pays invité d’honneur) ; ils réfléchissent aussi sur les conditions de l’innovation et sa diffusion dans les territoires ; ils produisent des outils innovants d’aide à la décision, sous la forme de SIG (Système d’Information Géographique) et de SIT (Système d’Information Territoriale), applicables à l’étude et à la gestion de milieux aussi variés que l’Amazonie brésilienne, le plateau de Millevaches ou le delta intérieur du Niger.

Vitrine de la recherche en géographie, les expositions scientifiques ont aussi (et surtout!) été un lieu privilégié de la rencontre entre le public et la communauté des géographes. Pendant les visites guidées des stands, le public a pu nouer un dialogue direct avec les chercheurs pour mieux comprendre les problèmes qu'ils se posent, mieux connaître leurs rapports avec le terrain et leurs méthodes de travail - bref pour découvrir la passion qui les anime.

Pour la première fois cette année, les expositions scientifiques ont été clôturées par un concours de posters. A l’issue de la délibération du jury, le premier prix a été attribué au poster intitulé « Territoires subaquatiques et loisirs », présenté par l’UMR Espace de Montpellier, et le deuxième prix au poster « Exploitation agricole et paysages », présenté par l’Association des Géographe de Franche-Comté.


Valérie Gelézeau

Responsable des expositions scientifiques

1) Les territoires de l’innovation

Innover en géographie

Dans le cadre des nouveaux schémas de services collectifs issus de la Loi d’Orientation, d’Aménagement et de Développement Durable du Territoire (LOADDT 99), de nombreux partenaires publics s’interrogent sur les moyens de mettre en œuvre des études présentant des états des lieux précis du fonctionnement des territoires régionaux ou locaux. La question essentielle qui est posée aujourd’hui dans le cadre du développement durable, est celle de la pérennisation des multiples données disponibles, de leur réactualisation et de leur mobilisation pour des études nécessitant des diagnostics. Nos posters présentent un véritable outil d’aide à la décision, sous la forme d’un Système d’Informations Territorialisées (SIT) portant sur le phénomène sportif et l’organisation des territoires, et pouvant répondre à des requêtes spatio-thématiques complexes en intégrant différents niveaux d’échelles.


Association des Géographes de Franche-Comté

Coordinateur : Alexandre Moine

alexandre.moine@univ-fcomte.fr



Une géographie en mouvement pour une planète qui bouge


L’innovation est considérée dans cette exposition comme une « entrée » dans l’analyse du fonctionnement et des transformations des milieux, afin de mieux connaître l’influence de l’homme, à différentes échelles de temps et de rythmes dans la dynamique des paysages. L’utilisation de nouvelles approches environnementales associées à de nouveaux outils, aboutit à développer des biomarqueurs dans l’étude des transferts de polluants et la qualité de l’eau, évaluer les aménagements torrentiels en montagne, envisager les enjeux actuels des forêts polonaises ou considérer comme des éléments de diversité végétale et paysagère les îlots boisés en terre de grande culture. Ces approches environnementales ouvrent de nouveaux champs d’application pour la géographie en développant des outils d’aide à la décision et à la gestion territoriale.


Centre de Biogéographie (UMR 8505-CNRS/ENS)

Coordinateur : Marc Galochet

galochet@free.fr



La géomatique au service des collectivités territoriales


L’exposition présente diverses réalisations de SIG destinés à des collectivités territoriales très variées, pour l’aide à la décision dans la gestion de problèmes humains et environnementaux. Une base de données multiformes du plateau de Millevaches met par exemple en lumière la rapidité des mutations paysagères liées à la déprise agricole. Pour le Delta intérieur du Niger (Mali), Le système DELMASIG permet de gérer, dans le cadre de la décentralisation, les ressources et les enjeux fonciers de l’une des plus vastes zones humides du monde.


Equipe Géo13 du laboratoire CRESC (Université de Paris XIII)

Coordinateur : Jérôme Marie

marie@msh-paris.fr



L’Amazonie vue d’en haut, vue d’en bas


La série de posters proposée poursuit un double objectif : donner au public une vision actualisée et pédagogique de ce qu’est l’Amazonie brésilienne aujourd’hui tout en présentant les travaux du CREDAL et de ses partenaires, en particulier l’utilisation des outils technologiques de la géographie tels la télédétection et les SIG. L’accent sera mis sur la nécessaire liaison entre les observations « d’en haut » (imagerie satellitale, cartes) et les observations « d’en bas » (enquêtes de terrain) pour produire un discours actualisé et pertinent. La première de l’exposition présente l’Amazonie brésilienne et les moyens de contrôle mis en place à l’heure actuelle. La seconde décline quelques thèmes importants dans cette région, comme la déforestation et la colonisation agricole, ou le récent développement de plusieurs grandes villes.

Dynamiques territoriales de l'Amazonie brésilienne (CNRS UMR 7530)

CREDAL (UMR 7530-CNRS) http://ih-pc068.iheal.univ-paris3.fr:8080/web_amazonie

Coordinateur : François-Michel Le Tourneau

letourne@mercator.ens.fr



Les technologies de l’information et de communication dans le monde indien : un secteur de pointe dans une région en voie de développement


L'Inde n'est pas un espace habituel pour étudier la révolution dans le domaine des télécommunications. Pourtant, ce pays qui ne compte que 2,7 millions de PC pour un milliard d'habitants et dont 30 000 villages ne disposent pas du téléphone, est à la pointe de l'industrie software mondiale et ses informaticiens sont recherchés dans le monde entier. Certaines villes indiennes, en particulier Bangalore, se placent ainsi au cœur des réseaux mondiaux, tandis que les cybercafés se répandent dans toutes les villes, même les plus petites. Et dans les villages, les paysans apprennent peu à peu que « net » ne signifie pas seulement « filet de pêche »…


UMR Géographie-cité, SEDET (Université de Paris VII)

Coordinatrice : Clarisse Didelon

cdidelon@yahoo.fr



Cybercartographie animée http://barthes.ens.fr/metrologie/Renater01/


L'internet n'est pas virtuel. C'est un réseau dense qui couvre un grand nombre de territoires dans le monde. L’exposition montre tout d'abord la façon dont cet ensemble de techniques s'est diffusé en Europe et dans le monde au cours des années 1990. Des cartes animées permettent ainsi de visualiser la précocité de l'Europe du Nord, les lenteurs de la France, et l'oubli dans lequel est confiné le Tiers-Monde : 3 ordinateurs connectés à l'internet pour 100 000 habitants en égypte en l'an 2000, contre 1 pour 9 habitants au Liechtenstein! L’exposition analyse également l'activité du réseau français de l'enseignement et de la recherche, à travers des cartes de flux présentant la dynamique de diverses régions françaises.

http://barthes.ens.fr/metrologie/Renater01/

Equipe Réseaux, Savoirs et Territoires de l’ENS, Institut National de la Recherche Agronomique et Ecole Nationale Supérieure des TÉlécommunications

Coordinateur : Eric Guichard

Eric.Guichard@ens.fr



Approches comparées des territoires

Poster "Territoires subaquatiques" premier prix du concours 2001

L’exposition, fondée sur des approches comparées, montre que les territoires se complexifient de plus en plus par la multiplication des acteurs et par les nombreux échanges qu'ils entretiennent avec leur environnement naturel ou social. A partir des propriétés des espaces, du fonctionnement des sociétés et des objectifs des habitants vont en effet se construire des territoires spécifiques. De la ville ou de la banlieue, des espaces en mutations ou du patrimoine, des loisirs ou du travail, des mobilités longues ou quotidiennes, les territoires se développent en systèmes complexes auto-organisés.


UMR Espace (UMR 6012, Université de Montpellier III)

Coordinatrice : Céline Rozenblat

rozenblat@mgm.fr



Innovations sociales, innovations environnementales : qu’est-ce qu’innover ?


Face au mouvement de libéralisation de l’économie mondiale et aux processus de dérégulation des politiques des Etats de l’Union Européenne, l’analyse des formes locales d’innovation devient une hypothèse centrale qui reflète les capacités des sociétés à réagir et à s’organiser pour poursuivre leur développement. A la croisée du social et de l’environnement, les équipes de l’UMR LADYSS cherchent à identifier des formes d’innovation révélant ces capacités d’organisation ou d’invention de nouvelles technologies et à en analyser les significations. Les expériences analysées (sentir ou naturaliser la ville, rebocager la campagne, réagir au changement politique ou économique, pratiquer l’interdisciplinarité, etc.) s’appuient sur de nouvelles pensées du rapport social aux milieux et à l’économie que la recherche tente d’explorer en articulant processus sociaux, processus techniques et processus écologiques.


UMR LADYSS (CNRS/Universités de Paris I, VIII, X)

Coordinatrice : Jeanine Cohen

cohenj@univ-paris1.fr



Du statique au dynamique : nouvelles représentations de l’espace géographique


Le laboratoire Image et Ville présente dans cette exposition un aperçu des réflexions qu'il mène en matière de représentation d'espaces géographiques. Il y sera question de représentations au sens de rendus, d'images, de cartes (images satellites à haute ou très haute résolution, images 3D), mais également de représentations en termes de visualisation d'espaces vécus, d'imagination de nouveaux espaces et de projection vers un futur possible (impact des nouvelles technologies de l'information et de la communication sur l'organisation de l'espace).

Voir tous les posters

Laboratoire Image et Ville (UMR 7011, CNRS-ULP, Strasbourg) http://imaville.u-strasbg.fr

Coordinatrice : Cécile Tannier

cecile@lorraine.u-strasbg.fr



Une innovation géographique dans un mensuel grand public, Alternatives économiques


L’exposition présente la nouvelle rubrique géographique « Territoires » créée depuis deux ans par le mensuel Alternatives économiques.


Coordinateur : Laurent Carroué

Laurent.Carroué@wanadoo.fr



2) Expositions sur la Pologne


Les réseaux de télécommunication en Pologne

(diffusion du téléphone - diffusion de la télévision)

En un demi siècle la radio a conquis la quasi-totalité de la population, la télévision a exigé pour cela une vingtaine d'années, tandis que l'internet détrône tous ces services du point de vue du rythme d'expansion. Ces systèmes, initialement différents, convergent en un réseau cyberspatial qui mue sans cesse. Cependant, les phases successives de propagation induisent des contrastes spatiaux figurant sur les images présentées. Avant la transformation systémique, en Pologne, les télécommunications étaient assurées par un monopole de l'Etat, qui aujourd'hui lâche sa prise et s'ouvre à la concurrence. Le téléphone portable comble le retard et couvre déjà le gros du territoire. Il s'attaque avec succès au réseau fixe et revendique désormais dix millions d'abonnés. Ce siècle devient incontestablement l'ère du téléordinateur. En Pologne, l'info civilisation se crée, dotant la société d'un puissant système nerveux.


Benjamin Kostrubiec

UFR de Géographie et d’Aménagement, Université de Strasbourg

kostrubiec@evc.net



Les Carpates polonaises, une moyenne montagne vivante


La Pologne est avant tout un bas pays, celui de la grande plaine germano-polonaise. Les montagnes, elles, sont au sud avec les Sudètes (massif hercynien) et les Carpates (chaîne essentiellement sédimentaire) et ne représentent tout au plus que 5% du territoire national. Elles n'en sont pas moins importantes à plus d'un titre : un milieu naturel particulier avec des paysages spécifiques, une activité touristique souvent importante, des densités de population assez élevées. L'exposition présentée ici s'efforce de retracer l'originalité des Carpates polonaises, cette moyenne montagne frontalière avec la Slovaquie, souvent dynamique et bien vivante (Beskid Slaski à l'ouest, Podhalé aux pieds des Tatra…) mais comprenant des enclaves parfois beaucoup plus reculées, à l'image des Bieszczady, à l'extrémité sud-est du pays, boisées et sous-peuplées.


CERAMAC, Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

Coordinateur : Eric Bordessoule

ceramac@univ-bpclermont.fr



A noter : Les temps forts des Expositions scientifiques

  • Inauguration du site : Vendredi à 15h

  • Accueil sur les stands par les exposants : Samedi et dimanche de 13h30 à 15h30

  • Remise du prix du poster scientifique : Samedi à 16h30

 

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2001