LES PAYSAGES RURAUX FRANÇAIS EN TANT
QU’ESPACES D’INNOVATION

Henriette HUMBERT

Ce travail s’adresse à des élèves de cours élémentaire deuxième année, nés en 1993 (8-9ans)

Il s’inscrit dans le cadre général des activités de géographie aux cycles 2 et 3 qui comprend :

  • Un cadre de référence (doc 1) élaboré par Madame MISERY lorsqu’elle était professeur d’histoire-géographie à l’IUFM).

  • Une programmation établie par les enseignants de l’école assistés par une conseillère pédagogique, programmation dont nous faisons l’économie dans sa globalité. Seul un court fragment est présenté ici (doc 2).

L’OBJECTIF GENERAL POURSUIVI

L’étude de l’agriculture en France aujourd’hui dans sa diversité.

LE SUJET DEVELOPPE

Les paysages ruraux français et leurs mutations récentes.

DESCRIPTIF

1-Découverte d’un écomusée

Avant d’aborder l’étude de l’agriculture aujourd’hui, nous nous intéressons à l’agriculture autrefois.

Pour cela, nous nous rendons à Nancray, bourg de 1080 habitants, situé à 15 km de Besançon où s’est implanté un musée des maisons comtoises. Nous y visitons plus particulièrement deux fermes :

  • les Arces de Morteau (datée de 1784), issue d’une région de moyenne montagne dans le Haut-Doubs.

  • La Proiselière (datée de 1761) issue d’une région de plaine dans le Nord de la Franche-Comté, au pied des Vosges Hautes-Saônoises.

2-Travail de cartographie

De retour en classe, nous aurons besoin d’une carte pour localiser les fermes, nous utilisons une carte administrative (doc 3).

Les élèves s’interrogent sur les différences observées quant à l’architecture, aux matériaux de construction, à l’orientation… Des éléments de réponses seront apportés grâce à la lecture d’une carte altimétrique (doc 4).

3-Elaboration d’une trace écrite

Nous classons dans un tableau les informations prélevées au cours de la visite et dégageons les caractéristiques de l’agriculture au siècle dernier dans le Haut-Doubs. (doc 5)

4- Visite d’une ferme aujourd’hui

Nous voulons savoir ce qu’il en est actuellement des conditions de vie et de travail d’un agriculteur, toujours dans notre région.

Nous nous rendons dans un village du Haut-Doubs (doc 6) ; nous y rencontrons un fermier qui nous fait découvrir ses nouvelles installations et répond au questionnaire préparé en classe par les enfants.


5- Elaboration d’un tableau comparatif (doc 7) et d’un résumé (doc 8)

De retour en classe, nous organisons les informations prélevées, établissons un tableau comparatif avec « autrefois » et rédigeons un résumé.

DE L’ESPACE PROCHE, NOUS POUVONS PASSER A UN ESPACE PLUS LOINTAIN.

DE LA REALITE OBSERVEE, NOUS POUVONS PASSER A L’ANALYSE DE DOCUMENTS.

 

6- Lecture de paysages (doc 9) : Ferme et parcellaire en Beauce

Il s’agit de décrire un document photographique.

Les enfants définissent les éléments qui composent le paysage (espace bâti, champs, voies de communications).

Ils les situent les uns par rapport aux autres.

Ils s’interrogent et émettent des hypothèses.

 

7- Structuration de l’espace

Ils réalisent un schéma selon les grandes lignes de force qui découpent le paysage. (doc 10) Ils représentent la réalité autrement. Cette réalité est illisible si elle n’est traduite que par des lignes.

Une discussion s’établit. Nous utiliserons un codage pour signifier les éléments constituants du paysage. Des propositions sont faites puis confrontées. Des symboles et des trames sont retenus.

8- Enrichissement du schéma par la codification (doc 11)

Chaque élève met en place les symboles et les trames puis inscrit la légende

9- Questionnement

Au fil des activités, les questions ont fusé :

  • Où est-ce ?

  • Pourquoi y a-t-il des champs de couleurs différentes ?

  • Y a-t-il des vaches ?

10- Echange, étude de documents et élaboration d’un résumé

Certains élèves, ayant voyagé, ont proposé des réponses que nous avons complétées à l’aide de documents.

La région est nommée et située (doc 12).

Les élèves perçoivent la pratique d’autres cultures, un autre mode d’agriculture.

11- Evaluation

Une image du Plateau de Causse est présentée aux enfants. Ils doivent la décrire, essayer de l’interpréter, émettre des hypothèses concernant la réalité qui s’y réfère (doc 13, doc 14). Le questionnement est effectif, les apprentissages peuvent continuer de se mettre en place.

12- Conclusion

A travers cette étude, les enfants n’ont pas forcément découvert des espaces d’innovation tels qu’ils sont définis dans ce festival.

Il me semble cependant qu’à travers cette démarche, nous brisons les clichés concernant l’agriculture, nous faisons évoluer les images mentales très tenaces, relatives à la ferme.

Il me semble que nous faisons évoluer les représentations en mettant :

  • D’une part les élèves en contact avec la modernisation

  • En leur présentant d’autre part des espaces dynamiques comme ceux de la Beauce

 

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2001