"LE CHOC DES CIVILISATIONS, VRAI OU FAUX DÉBAT ?"

TABLE RONDE avec

Yves LACOSTE, Géographe, Professeur émérite à l'Université Paris VIII, Directeur de la revue Hérodite
Jean-Luc RACINE
, Géographe, Directeur de recherche au CNRS
Pierre GENTELLE
, Géographe, Directeur de recherche au CNRS
Joseph YACOUB
, Institut des Droits de l'Homme, Université Catholique de Lyon
Noël COPIN
, Journaliste, Président de l'Association Reporters sans Frontières
Alexandre ADLER
, Journaliste, Directeur de Courrier International, Président du 13e Festival
Antoine SFEIR
, Journaliste, Directeur des Cahiers de l'Orient

Animée par Sylvain ALLEMAND, Journaliste au magazine Sciences Humaines

Compte-Rendu de Pascal BOYRIES et Louis-Pascal JACQUEMOND.

Est-ce que le 11 septembre se résume à un choc des civilisations ?

 

Une table ronde d’une très grande richesse, même si globalement tous les intervenants sont du même avis… Un pilotage de maître par Sylvain Allemand. Une intervention d’Alexandre Adler particulièrement dense, et des pointes d’humour des uns ou des autres comme cette formule de Sfeir pour donner une image des villes multiculturelles : " Lorsque j’étais enfant, à Beyrouth, le matin était rythmé de la manière suivante : quand j’entendais le muezzin faire la prière du matin, je savais qu’il me restait une heure et demi à dormir ; lorsque les cloches de l’église sonnaient, il me restait une demi-heure pour me préparer, si en passant devant la synagogue, les portes s’ouvraient : c’est que j’avais raté le bus de l’école. "

La table ronde est conçue comme suit : le film puis deux réactions de journalistes : Alexandre Adler et Antoine Sfeir. Suit une intervention d’une dizaine de minutes de 4 géographes sur des points précis de la planète. 

La table ronde commence par un document déclencheur (on est presque en ECJS) : une émission inédite du " dessous des cartes. " qui contredit la thèse de Huntington sur le choc des civilisations. 

Alexandre Adler (Courrier Internationnal).

Un exposé d'une très grande clarté avec des notes d'humour croustillantes qui fait une lecture de l'ouvrage de Huntington "Le choc des civilisations" mais en l'abordant sous un autre angle que celui fait dans l'émission du dessous des cartes qui est projeté juste avant.

A. Adler commence par situer l'auteur : c'est un sociologue plutôt démocrate qui est passé au politique par besoin d'une lecture sociale des relations internationales au moment de la guerre froide. Aujourd'hui, c’est un Conservateur bon teint. Il s'est fait véritablement connaître par l'opération Phœnix au Vietnam qu'il a initiée et en donnant à cette occasion une définition des "communistes" : il fallait connaître l'adversaire. Puis mise en place d'une politique de nettoyage systématique des communistes au Vietnam.

L'analyse de l'ouvrage de Huntington est axée sur une lecture des points faibles de sa théorie puis celle de ses points forts.

I. Les points faibles :

H invention des civilisations souvent pour des raisons politiques :

  • Création d'une civilisation latino américaine pour des raisons de couleur de peau, de pression immigrée.
  • Invention d'une civilisation japonaise pour faire contrepoids à la civilisation chinoise, car on est dans une logique de "containment" de la Chine.
  • Invention d'une civilisation bouddhique. N'a pas de sens si ce n'est pour s'ancrer au Tibet et montrer que l'oppression du Tibet est lié à un choc de civilisation entre Chine et bouddhistes cette invention est donc essentiellement pour justifier la thèse.
  • Existe-t-il une civilisation occidentales, ou des aires culturelles (Europe, Amérique du nord, Australie) ?

II. Les points forts :

Y a bien un antagonisme très fort entre les musulmans et les autres. Si on regarde une carte des frontières musulmanes, il y a des conflits plus ou moins amples, en plusieurs points :

  • Inde/Pakistan
  • Turcs/Grecs
  • Comores / Madagascar

On pourrait donc en traduire qu'il y a Djihad ? mais en fait, non, car ces conflits sont plutôt des conflits internes à l'intérieur de l'Islam entre intégristes (salafisme) et les autres. Les conflits frontaliers sont les contre coup de ces chocs. 

Antoine Sfeir (Cahiers de l'Orient).

Après 11 septembre s'attendait à des interrogations : Pourquoi les EU sont devenus la cible des terroristes islamistes ? Pourquoi cette déviation de l'islam qu'est l'intégrisme ?

Y a eu quelques intellectuels musulmans pour faire des analyses.

les EU vivent quelque chose de particulier : la force de la religion. On observe une similitude entre EU et Ben Laden sur la lecture religieuse du monde.

Monde musulman :

  • est découpé en frontières depuis très peu de temps : démembrement de l’Empire ottoman ou des empires coloniaux à l’exception du Maroc et de l’Egypte.
  • Politique "arabe" de la décolonisation centrée au tour de deux pôles : ceux qui voulaient constituer la nation arabe (saoudiens) et ceux qui voulaient un ensemble arabe constitué de pays (Nasser).
  • C’est la vision de l’Arabie saoudite qui a été soutenue par l'occident pour des raisons économiques. => islamisme a été favorisé dès cette époque.

On parle de " Choc entre civilisations " : Quelles civilisations ?

En occident plusieurs civilisations (EU/Europe), mais aussi des ruptures au sein de l'Europe avec par exemple l'importance de la citoyenneté française qui est une spécificité en Europe.

Deux héros auprès des populations musulmanes : Ben Laden et Sadam Hussein. Ces héros sont surtout la manifestation d’un antiaméricanisme.

Car y a une régression du monde arabe depuis une vingtaine d'année pour les raisons suivantes :

  • rupture de représentativité : peu de peuples peuvent dire que les gouvernements les représentent (sauf élections marocaines de 2002)
  • Éclatement du monde arabe  

Yves Lacoste.

Les conflits sont liés à des représentations différentes du monde. Pour comprendre un conflit, il faut aller chercher les représentations de chacun des deux camps. L'article de Huntington lorsqu'il paraît en 93 (avec un point d’interrogation) dans un numéro de "Foreign affair" suscite un tollé aux EU car on sort de la guerre du Golfe qui a vu la coalition que l'on connaît. L'ouvrage lui-même paraît en 96, sans point d'interrogation, et il suscite aussi de fortes réactions. Idem en France en 97. La thèse est en fait ressortie après le 11 septembre => aujourd'hui il y a uune inversion, puisque la thèse est devenue l’explication officielle du gouvernement des Etats-Unis.

Dans son ouvrage, il y a un certain nombre de lacunes : par exemple, il n'y a qu'une note de bas de page sur le conflit Israélo-arabe.

En fait, l’essentiel de ces conflits sont des conflits internes avant tout : les islamistes ont tué beaucoup plus de musulmans que de non musulmans.

Par contre la thèse de l'ouvrage fait les choux gras de Ben Laden, qui la reprend !

  • les représentations ne sont que des représentations, mais peuvent aider les adversaires.  

Pierre Gentelle.

Du point de vue de la Chine.

Pour comprendre le pint de vue chinois, il faut comprendre la représentation que ce font les Chinois du monde. Il n'y a pas de civilisation confucéenne. Pour les Chinois, n'y a pas de choc de civilisation, car ça ne les intéresse pas ...

Par contre ils sont ravis du 11 septembre et des réactions américaines aux attentats, car leur permet de transposer au Tibet. => réutilisent l'idée lorsque ça les arrange à savoir qu’ils luttent contre le terrorisme au Tibet …

Chinois veulent montrer qu'ils ont une grande puissance. Pour les Chinois il n’existe qu’un seul modèle : les EU avec lequel ils ont décidé d'arriver au moins à parité. Il n'est pas possible pour les Chinois que le monde soit unipolaire (sauf si c'est à leur avantage), il faut qu'il soit au moins bipolaire. Et le deuxième pôle : doit être la Chine , of course.

En fait, depuis 45, il font la course pour récupérer leur place dans le monde.  

Joseph Yacoub.

Est-ce qu'il existe des civilisations ? Il y a un certain nombre de traits. Mais ne sont pas des blocs monolithiques, y a aussi des "sub-civilisations".

Y a aussi des antagonismes : L'occident à fondé un concept : le " despotisme oriental " (Montesquieu au XVIIIème : ce qui est dit de l'islam y est négatif, alors que le christianisme y est présenté de façon positive alors que les philosophes se disent athées) => cela a laissé des traces dans l'imaginaire collectif de l’occident. Il y a une différence de perception des valeurs. Il est difficile de comprendre l'humanité si on est enfermé dans une telle lecture.

Mais n'y a pas de choc de civilisations. Le thème le plus développé dans la presse arabe : est le dialogue des civilisations, au Liban, en Syrie, en Irak, en Tunisie.  

Lean-Luc Racine.

Dans l'ouvrage de Huntington, y a aussi le concept de l'Occident contre le reste du monde. Ce type d'analyse vise à promouvoir un unilatéralisme américain.

Fatwa de 98 contre les suppôts de Satan et leurs alliés : il s'agit de lutter contre les américains pour libérer la sainte mosquée.

Y a tout de même une opposition à faire entre les monothéismes universalistes (occident, + islam) et les non monothéismes non universalistes (orient) qui s'appuient sur une sentiment de supériorité ancré dans les millénaires : n'ont pas la place qui devrait être la leur, d’où un sentiment de la haine de soi, un sentiment d'impuissance face à l'allure du monde. On trouve une critique post moderne de l'état nation perçue comme une exportation d’un concept occidental vers d'autre parties du monde qui en promouvant la laïcité n'aurait pas reconnu le poids de la religion dans les autres régions du monde. => établit un amalgame et affirme que la prétention occidentale à proposer des valeurs universelles s'appuie sur quelque chose qui est très localisé dans le temps et dans l’espace : en Europe et en particulier en France), depuis le XIXème siècle. 

Noël Copin.

La thèse de Huntington est séduisante et très bien reçue par les médias : elle est simple. N. Copin est émerveillé par la puissance de communication et inquiet face à l'attitude des médias face à cet thèse.

En fait, le chox est une guerre contre LA civilisation. Lorsque Bush reprend le terme de croisade, de bien contre le mal, est une simplification de la thèse déjà simpliste. Avec dans les barbares, des bons barbares, ceux qui s'allient aux EU.

Autres aspects :

  • la lecture sous jacente qui sous entend que les civilisations sont de aires fermées.
  • une tentative par l’occident de promotion de ses valeurs : ainsi, les droits de l'homme sont souvent pris pour une imposition de valeurs occidentales par les autres civilisations.
  • l'idée qu'une culture s'oppose aux autres cultures alors que c'est faux. 

Intervention de l’Ambassadeur du Maroc.

Rejet des concepts de globalisation et de cette lecture de la " civilisation " .

  • Fait une impasse plus grave sur la responsabilité de l'occident (colonisation)
  • Les politiques n'ont pas d'éléments à proposer contre.

N'y a pas une doctrine de fracture qui est celle de la peur. On peut partager le monde en deux parties :

  • Ceux qui pensent avoir réussi à régler les problèmes de sécurité intérieure. Puis on s'est aperçu que peut-être cette sécurité est illusoire.
  • Ceux qui n'ont pas cette sécurité. De plus s’y ajoute souvent d’autres peurs comme celle de la pénurie (eau, nourriture, énergie, etc.)

De l'autre côté de la médit profond sentiment de ceux qui sont abandonné sur le quai de la gare. On a montré les bienfaits de la globalisation, mais on dit à certains que les aspects positifs ne sont pas pour eux : ceci peut expliquer les difficultés de l'intégration de la Turquie ou du Maroc dans l'UE.

Noter une remarque contestée fortement par Yves Lacoste : La France est présentée comme la première nation musulmane d’Europe… Or la France est un pays laïc…

Adler.

La " Civilisation " est un bien partagé qui se combine.

L'Amérique reste très ouverte : nous n'avons pas leur politique d'immigration. N'y a pas un Powel ou gouvernement. Ex-ambassadeur des EU en Afghanistan est un Afghan. 

Antoine Sfeir.

Libanais de naissance, français par choix. Qui suis-je ? produit d'une culture levantine ? pur produit de l'impérialisme française ? Il faut mettre des passerelles car on est condamné à se parler. Aujourd'hui on a l'impression que les EU veulent être le nouveau peuple élu, mais les peuples arabes ont l'impression qu'il y a des priorités qui sont le pétrole (exploitation et acheminement) dont ils ne font pas partie, et qu'ils ne doivent pas entraver. 

Bilan :

Réduire les problèmes du monde entier à un choc de civilisation est beaucoup trop simpliste.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2002