L’ENSEIGNEMENT DU FAIT RELIGIEUX À L’ÉCOLE

LES PARADOXES DE LA SITUATION FRANÇAISE

Mireille ESTIVALÈZES

Historienne et sociologue des religions
école Pratique des Hautes études

Résumé par Marie-Claire Ruiz

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

MOTS CLÉS :
éduquer à la tolérance, formation à la citoyenneté, patrimoine culturel, Bible, cathédrale, mosquée, christianisme, Réformes protestante, laïcisation, laïcité, inculture religieuse, transmission religieuse, laïcité d’abstention, inculture laïque

 

La présentation de la table ronde a permis de montrer trois paradoxes de la situation française :

- Le "premier réside dans le fait que l’on parle parfois encore d’introduire le fait religieux à l’école, alors même qu’un certain nombre de questions religieuses sont présentes dans les programmes, principalement d’histoire, depuis déjà fort longtemps, même s’il est vrai qu’il y a eu une insistance nouvelle dans les accompagnements des programmes depuis 1996."
- Le deuxième interpelle la laïcité "est-elle responsable de l’inculture religieuse constatée chez les jeunes générations ?L’inculture religieuse des élèves est à mettre bien plus, d’une part, au compte de la crise des humanités, constatée par les acteurs du système éducatif depuis quelques années, et de façon plus large de celle de la transmission de la culture générale"
- Le troisième concerne le rapport entre la recherche scientifique et l'enseignement "un fossé entre cet univers et celui de l’enseignement secondaire"

Enfin est notée la nécessité d'assurer une bonne formation aux enseignements

 

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2002