PRÉSENTATION DE L'OUVRAGE
MAROC : RÉGIONS, PAYS, TERRITOIRES

Jean-François TROIN

Géographe Université de Tours

Le livre que nous vous présentons aujourd'hui est sorti des presses début juillet et il est à peine arrivé dans les librairies tant en France qu'au Maroc.


Il a pour titre : MAROC : RÉGIONS, PAYS, TERRITOIRES et est publié conjointement par les Editions Maisonneuve et Larose à Paris et par les Editions Tarik à Casablanca (transparent).

Il résulte d'un long travail collectif entrepris en 1995 et qui a débouché sur cet ouvrage de 502 pages, illustré de 67 cartes dont 8 planches en couleurs traitant des grandes villes marocaines.

Jean-François TROIN, professeur émérite à l'Université de Tours, a dirigé et coordonné cet ouvrage en compagnie de collègues marocains qui sont :

- Mohamed BERRIANE, professeur à l'Université Mohammed V de Rabat,

- Abdelkader GUITOUNI, professeur à l'Université d'Oujda,

- Abdelkader KAIOUA, professeur à l'Université Hassan II de Casablanca et Inspecteur Régional de l'Urbanisme du Grand Casablanca,

- Abdellah LAOUINA, professeur à l'Université Mohammed V de Rabat.

À cette équipe d'auteurs qui collaborent depuis 30 ans, se sont joints Mohamed NACIRI, professeur émérite à l'Institut National Agronomique et Vétérinaire de Rabat, qui a écrit une postface ouvrant de nouvelles perspectives et Florence TROIN, ingénieur au CNRS (laboratoire URBAMA à Tours) pour une cartographie spécifique, spécialement conçue pour les thèmes de cet ouvrage

***

Le Maroc est un vaste pays de plus de 710 000 km2, bien plus grand que la France, qui assemble de la Méditerranée à l'Atlantique, de l'Atlas au Sahara des espaces variés (cf. les photos de couverture qui illustrent les 4 dimensions du pays rappelées par M. Naciri : méditerranéenne, atlantique, atlasique et saharienne). Mais, au delà des paysages et des ambiances, il peut être décomposé en une série de régions historiques, officielles ou économiques, en "pays" à forte identité, en territoires que contrôle une riche armature de villes. Comprendre ces articulations, ces "bassins de vie", ces espaces de fonctionnement, les comparer aux zones administratives ou aux découpages classiques de la géographie, tel est l'un des objets de ce livre.

À côté d'un découpage officiel en 16 régions qui regroupent par collage des provinces administratives (transparent), nous proposons dans ce livre un découpage en 20 régions qui sont en quelque sorte des régions fonctionnelles, des bassins de vie, des territoires animés par un maillage de villes débouchant sur des structures spatiales régionales quelque peu différentes. Certaines recoupent les régions officielles, d'autres en sont fort différentes (transparent).

Le principe de cette "régionalisation" repose sur un modèle centre-périphérie .

Nous partons ainsi du cœur du système sur le littoral occidental que l'on a appelé la convergence atlantique : c'est le “centre”, au sens large, de Casablanca au Gharb et aux limites des Zaïan C'est une zone d'accumulation, à fonctions directionnelles, un pôle de rayonnement vers l'ensemble du pays (transparent conurbation).

De là se détachent des antennes de la métropole, essentiellement vers l'Est (région de Fès-Meknès), mais aussi vers le Sud et le Sud-Ouest (Plateau des phosphates, Tadla, Abda). Ces régions sont de mieux en mieux reliées au pôle métropolitain de Rabat et Casablanca et en sont donc des prolongements directs. Mais elles conservent de fortes personnalités et des capacités d'organisation interne créant des polarisations intérieures : c'est le cas, tout spécialement, de la région de Fès-Meknès.

Puis viennent des espaces de transition qui sont des régions déja plus éloignées du pôle littoral, de relief moyen, moins dynamiques économiquement. Elles établissent un lien, une transition avec des zones plus périphériques, moins peuplées et plus vides. Elles sont en profonde transformation et leur insertion dans l'espace national est de plus en plus efficace. Nous rangerons dans ces espaces de transition les régions du Prérif, du Moyen Atlas, le Haouz de Marrakech et ses bordures (transparent) et enfin les Chiadma et Haha.

Entourant ce noyau majeur, à la manière des gradins d'un amphithéatre se dressant face à la scène principale en arc de cercle, se dressent des espaces-barrières qui sont des montagnes : Rif central et occidental, Haut Atlas. Ici interviennent des variables physiques majeures : relief, continentalité, incidences climatiques, hydrographie qui vont conditionner très fortement l'accessibilité et la mise en valeur.

Au delà, sur le revers des dorsales montagneuses, des espaces excentrés, appelés tout simplement périphéries, constituent les marges du système. Il s'agit des marges de l'Oriental, puis de régions franchement désertiques ponctuées de milieux oasiens (transparent de Figuig) ainsi que de marges arides de pénétration, à bordure maritime (les provinces sahariennes). Eloignement, rareté de l'eau, étendue des espaces peu peuplés constituent des handicaps.

De même, en contradiction avec ce système de gradient décroissant, des régions entières affichent une forte vitalité démographique, économique, urbaine en dépit de leur localisation excentrée par rapport au cœur du pays. Il s'agit de trois régions situées aux angles du Maroc et appelées pour ces raisons : les angles dynamiques. Ont été retenues sous cette dénomination : la Tingitane autour de Tanger et TÉtouan (transparent du littoral oriental), le Rif oriental ou région de Nador (transparent ), la région du Souss et ses prolongements autour d'Agadir (transparent).

À l'intérieur des chapitres, des subdivisions infra-régionales - au total plus de soixante - permettent d'analyser à une échelle plus fine les grands ensembles régionaux retenus et de dégager les personnalités des sous-régions. Mais nous avons tenu à conserver seulement vingt grandes régions à peu près homogènes dans cette présentation du Maroc, afin de nous en tenir à des ensembles spatiaux cohérents et à nous rapprocher des tailles des grandes circonscriptions administratives habituellement rencontrées dans l'Europe voisine, ce qui pourra faciliter des comparaisons.

Afin de permettre au lecteur de resituer chaque région dans l'ensemble national, notamment dans le domaine des activités économiques ou encore des enjeux d'aménagement, un texte en encadré traitant d'un thème général (et national) accompagne chaque présentation régionale, constituant 20 fiches documentaires thématiques. Ainsi est-il possible d'avoir une double lecture de l'espace marocain, à l'échelon régional bien sûr - celui que nous privilégions dans cet ouvrage -, à l'échelon national également par la succession des thèmes généraux traités dans les encadrés. Plutôt que d'aller du général au particulier, ce qui est la méthode habituellement suivie, nous avons adopté la démarche inverse, ce qui permet à partir des régions de remonter vers l'échelon national.

Une bibliographie spécifique qui en particulier signale des travaux de chercheurs peu connus - des thèses notamment soutenues depuis 25 ans sur le Maroc - un glossaire qui explicite à la fois des termes techniques de géographes et des mots arabes ou berbères fréquemment employés, un index des noms de lieux complètent l'ensemble.

Basé sur les statistiques les plus récentes, ce livre permet donc de comprendre comment fonctionne le Maroc du 3ème millénaire à travers ses espaces, ses hommes, son économie, ses aménagements. Il n'est pas seulement destiné à un public d'étudiants ou d'enseignants. Les chercheurs travaillant sur le Maroc, le public cultivé qui souhaite mieux comprendre - en voyageant notamment - les facettes multiples de ce pays, au delà des villes, des monuments ou des sites touristiques classiques dont parlent les guides de voyage, y trouveront, nous l'espérons, une documentation neuve, des informations récentes et sans doute l'envie d'aller voir de plus près non seulement ce pays mais aussi ses régions et ses territoires d'une étonnante diversité.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2002