QUAND LES VILLES RÉAMÉNAGENT
LEURS FRONTS D'EAU

Maria GRAVARI-BARBAS

Professeur,Université d'Angers
UMR ESO

Cette table ronde, propose de discuter de la manière dont sont pratiqués, vécus et habités les fronts de fleuve urbains. Partant de leur «redécouverte» au cours des années 1970 pour les exemples les plus anciens (essentiellement anglo-saxons) et au cours des années 1980-1990 (pour l'Europe Continentale), il s'agit de faire le point sur les enjeux actuels liés à leur requalification : enjeux économiques et touristiques mais aussi enjeux d'image et d'identité locale.

Plusieurs questions seront évoquées dans le cadre de la table ronde :

-Pour les exemples les plus anciens il serait judicieux de se pencher sur la question de leur actualité. Salués à l'époque comme des réussites urbaines considérables, il s'agit aujourd'hui de tenter une évaluation critique de la manière dont ils ont évolué. Il convient également de mettre en perspective les exemples Etats-uniens et les exemples européens.

-Nous poserons également la question du patrimoine industriel et portuaire situé sur le front de fleuve. Le patrimoine a à la fois «porté» les projets et profité de cette dynamique de la reconquête. On cherchera à mettre en perspective les approches patrimoniales, à la fois dans le temps et dans les différents contextes géographiques

-Finalement, nous nous interrogerons sur la manière dont ces fronts fluviaux requalifiés sont vécus. Dans plusieurs villes, ces espaces « reconquis » ont déclenché à la fois un véritable «culte» de l'eau (habiter ou travailler près de l'eau a revêtu une importance toute particulière) mais aussi souvent une flambée foncière. Plusieurs projets de requalification ont en effet été contestés et conflictuels ; la nature des conflits (de représentation ou d'usage) peut constituer un indicateur pertinent de la manière dont a évolué le rapport entre les populations urbaines et le fleuve.

Plusieurs exemples alimenteront cette table ronde qui croiserait selon une entrée thématique, des différents cas, à la fois nord-américains (Chicago, Nouvelle-Orléans), français et européens (Nantes, Lyon, Bordeaux, Toulouse).


La table ronde associera les chercheurs suivants :

Aude Chasseriau (doctorante, Université de Nantes, UMR ESO)

Jacques Chevalier (Professeur, Université du maine, UMR ESO)

Robert Marconis (en attente de confirmation) (Université de Toulouse)

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2003