LES GRANDES MÉTROPOLES ET L'EAU :
LE CAS DE PARIS

Jean BASTIÉ

L'eau est indispensable à la vie. Dès que vous rassemblez des millions d'hommes sur une petite surface avec des densités de 10 000 habitants et parfois de 100 000 au km², se pose fatalement un problème d'eau : approvisionnement en eau potable, traitement des eaux usées. Le coût de celui-ci est de plus en plus incorporé dans celui de la première. L'eau nécessaire à la consommation humaine provient des sources, des nappes souterraines, des eaux de surface courantes ou non.

Trois facteurs essentiels déterminent la plus ou moins grande difficulté pour répondre aux besoins : les conditions naturelles du lieu, les moyens techniques et financiers, la prise de conscience pour y faire face.

A la surface de la Terre, l'eau douce potable ne représente qu'une infime partie de l'eau existante, moins de 1 %. Or, la population augmente, la consommation par habitant aussi. D'autres besoins sont en concurrence : ceux des activités, agriculture irriguée, industries grosses utilisatrices, navigation, et les inégalités s'accroissent entre les pays et les individus. Elles vont de quelques litres par jour à près de 1 000, soit un mètre cube par personne pour les populations à très haut niveau de vie des pays les plus développés.

Certains états, comme l'Arabie Saoudite, dessalent à grands frais, l'eau de mer. D'autres font venir l'eau potable de plus de 800 km, celle que consomment les Californiens, comme si les Parisiens buvaient l'eau des Pyrénées.

En outre, l'urbanisation imperméabilise le sol d'où, là où il y a des fleuves, des risques accrus d'inondations.

Tous ces problèmes, dans le cas de Paris, sont plutôt moins graves qu'ailleurs, en raison des conditions naturelles. Les villes des pays secs étant dans des situations bien pires.

Le problème de la fourniture aux citadins du monde d'une eau saine en quantité suffisante a fait naître une industrie et une science pluridisciplinaire de l'eau qui font appel à la physique, à la chimie, à la biologie, à la géologie et hydrologie, à la mécanique et à l'économie etc.



P.S. : Les illustrations accompagnant l'exposé se borneront à quelques cartes et croquis.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2003