PRATIQUES AGRICOLES ET INONDATIONS EN FRANCE

Daniel DELAHAYE
Laboratoire MTG
Université de Rouen
daniel.delahaye@univ-rouen.fr

Les mutations de l'agriculture depuis les années 60 sont régulièrement invoquées pour expliquer la recrudescence des phénomènes d'inondation en France. Dans les zones de grandes cultures, la disparition des prairies au profit des cultures annuelles a abouti à la généralisation de larges surfaces dénudées durant les périodes les plus humides. Cette transformation de l'occupation du sol s'est accompagnée d'une modification des pratiques culturales sous l'impulsion de la mécanisation (tassement du sol, agrandissement des parcelles...). La production de ruissellement provenant des bassins versants agricoles a donc considérablement augmenté et contribue de plus en plus fréquemment à la formation des crues. Les régions bocagères ont également connu de profondes mutations avec des restructurations foncières massives et l'arrachage généralisé des haies, qui pourtant, jouaient un rôle de régulateur hydrologique très efficace.

Cette présentation se propose donc d'analyser les conséquences des transformations des espaces agricoles depuis un demi-siècle, sur le fonctionnement hydrologique des bassins versants. Cette réflexion sera également l'occasion d'estimer le poids de ces mutations agricoles dans un contexte plus large d'évolution rapide des milieux (imperméabilisation, urbanisation...).

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2003