LE PROJET GAP EN TURQUIE : AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, POLITIQUE INTÉRIEURE ET GÉOPOLITIQUE

Stéphane de TAPIA

Chargé de Recherche au CNRS

* UMR 7043 –Cultures et Sociétés en Europe 23, rue du Lœss, Bât. 50 F _ 67037 STRASBOURG Cedex 02
Tel : 33 (0)3.88.10.60.90. – Fax : 33 (0)3.88.41.74.40.
UMR 6588 « Migrations Internationales, Territoires, Identités », Poitiers, Bordeaux
e-mail : stephane.detapia@c-strasbourg.fr
Département d'Etudes Turques  Université Marc Bloch F_67084 STRASBOURG Cedex
Tel : 33 (0)3.88.41.73.99. – Fax : 33 (0)3.88.41.74.40.
e-mail : etudturc@umb.u-strasbg.fr

Le sigle turc GAP (Güneydogu Anadolu Projesi) désigne un immense chantier de travaux publics, lancé vers la fin des années 1970 et aujourd'hui largement réalisé, couvrant une part non négligeable du territoire turc. Ce chantier consiste en la création de plusieurs dizaines de barrages destinés à maximiser la ressource en eau que représente le château d'eau qu'est l'Anatolie orientale. Deux fleuves en sont issus, l'Euphrate et le Tigre. Ils prennent leurs sources en Anatolie orientale, irriguent l'Anatolie sud-orientale (qui correspond en grande partie à la Turquie kurdophone et arabophone), avant de traverser territoires syrien et irakien.


Bâti en grande partie sur des fonds propres, avec des apports internationaux surtout techniques (expertises suisses, israéliennes et japonaises, par exemple), le projet GAP revêt des dimensions multiples :

  • une nouvelle donne agricole : la création d'un périmètre irrigué de 1 800 000 ha,

  • une source d'énergie importante avec l'hydroélectricité des principaux barrages (Keban, Karakaya, Atatürk) permettant l'extension vers l'est de l'industrialisation,

  • un enjeu stratégique pour l'aménagement du territoire : l'accompagnement comprend la construction de routes et d'autoroutes, d'aéroports, l'extension du réseau ferré...

  • une dimension de politique intérieure évidente : c'est l'intégration d'une vaste partie du Kurdistan turc qui est aussi visée,

  • une dimension géopolitique implicite et très mal ressentie par les voisins arabes : la Turquie orientale (Taurus) ou l'Iran occidental (Zagros) commandent de facto une majeure partie des ressources hydrauliques de la région.


Au-delà d'un impact important, qu'il convient de bien évaluer, en matière d'aménagement du territoire, les dimensions politiques, tant intérieures qu'internationales, sont évidentes. Les relations turco-syriennes ou turco-irakiennes se sont considérablement détériorées, venant compliquer une situation régionale déjà explosive (Palestine, Kurdistan, conflit irako-iranien, enjeu pétrolier...). La Turquie ne dispose que de très faibles ressources en hydrocarbures, mais la ressource hydrique est pour elle un atout considérable.


Après un descriptif détaillé du projet et une actualisation des données disponibles, nous nous proposons d'apporter des éléments de discussion sur un sujet qui intéresse un pays candidat à l'entrée dans le Marché Commun (1963), puis l'Union Européenne (1999), membre dès le départ de l'OTAN comme du Conseil de l'Europe.

Le projet GAP en Turquie : aménagement du territoire, politique intérieure et géopolitique



Définition générale et situation géographique


Avec un cours de 2800 km dont 971 ou 1263 en territoire turc (respectivement pour les branches du Karasu et du Murat Suyu), l'Euphrate [Firat nehri] et le Tigre [Dicle nehri], avec un cours de 1900 km dont 520 en territoire turc, les deux fleuves mésopotamiens, siège des plus anciennes et prestigieuses civilisations urbaines et agraires de l'Antiquité (la partie orientale du Croissant Fertile : Sumer, Chaldée, Assyrie, Babylone...) prennent leurs sources en territoire turc, traversent Turquie orientale, Syrie et Irak, avant de se jeter dans le golfe Arabo-persique par un delta marécageux, terminant leurs cours par un lit unique, dit Chatt el Arab. Le « double » bassin-versant (378 834 km² pour le Tigre, environ 400 000 pour l'Euphrate) rassemble de fait des terres turques, syriennes, irakiennes, saoudiennes et iraniennes, avec à titre anecdotique, une toute petite fraction éventuelle de territoire jordanien (contreforts du Jebel Unayzah, 940 m. alt.). Sur la rive droite, la part des apports hydriques saoudiens et syriens est marginale –il s'agit à chaque fois de cours d'eau intermittents (oueds, de l'arabe wadi : la vallée) tandis que les apports turcs, irakiens et iraniens sont importants. Si les sources sont anatoliennes (Taurus oriental), les affluents principaux sont anatoliens (Bohtan), irakiens (Petit et Grand Zab, Habur, sources en Turquie), iraniens (Diyala, Karun, Kercha, sources dans le Zagros). Une première originalité se dessine : les deux fleuves sont internationaux de facto (mais non de jure, à l'exception d'un accord irako-iranien pour le Chatt el Arab), leurs cours principaux traversent des pays arabes désertiques, mais les sources des deux fleuves comme de leurs principaux affluents se trouvent en territoires montagnards turc et iranien.


L'alimentation des cours supérieurs est en grande partie nivale, dépendant de la fonte des neiges abondantes de l'hiver sur le Taurus oriental et le Zagros (de 3000 à plus de 4000 m. alt.) qui, pour une part notable, ressortent par des résurgences puissantes dans des calcaires karstiques (affluents du Tigre : Habur, Karkheh, Karun...). Si la pluviosité annuelle atteint ou dépasse 1200 à 1500 mm dans la montagne, elle n'est plus que de 330 mm à Mossoul, 117 mm à Bagdad, moins de 100 mm à Hindiyah. Les régimes sont de type pluvio-nival méditerranéen : la pluie tombe au nord au printemps, moins abondamment à l'automne (Turquie du sud-est, Syrie du nord, Irak du nord), la neige fond tardivement sur les crêtes de la montagne kurde. Les crues, d'origine pluviale, sous influence nivale, sont donc décalées vers la fin du printemps, les étiages vers la fin de l'été, malgré de fortes chaleurs estivales entraînant une très forte évaporation. Les crues pluviales de l'automne sont plus rares. Au total, beaucoup de points communs avec des fleuves comme le Nil, le Tarim, le Syr Darya ou l'Amu Darya : le fleuve exogène, assuré à l'amont l'hiver d'apports hydriques importants, progressivement fournis par la fonte des neiges et les réseaux souterrains de la montagne karstique, traverse des terres alluviales surchauffées en permettant l'irrigation de vastes surfaces agricoles et connaît une évolution vers l'endoréïsme (Loup 1984)1. Les débits ne sont pas connus avec précision, du fait à la fois de fortes variations saisonnières et géographiques et surtout de chiffres otages des administrations nationales concernées. Les chiffres admis sont 32 milliards de m3/sec. annuels pour l'Euphrate, de 45 milliards de m3/sec. pour le Tigre. L'irrigation a permis l'éclosion de la civilisation agraire, les fortes densités de population, la naissance des cités états antiques, préludes aux empires sédentaires. Si l'Egypte est réputée être « don du Nil », la Mésopotamie, terre entre les fleuves (en arabe, Al Djazirah, l'île) est bien un don du Tigre et de l'Euphrate.


Historique rapide du projet turc


Si les tous premiers périmètres modernes d'irrigation turcs datent de la fin de l'époque ottomane (lac de Beysehir, périmètres de Konya et Cumra, dit Cumraprojekt, 1896), les grands travaux sont programmés par la République, d'abord autour d'Ankara, la nouvelle capitale, et dans la plaine de Cukurova, avec le développement de la culture du coton. L'irrigation par gravité, par dérivation des cours d'eau et canaux ou par puits est connue dans toute l'Anatolie, mais elle ne revêt pas la même importance que dans les pays arabes ou iraniens : les zones sub-arides sont rares et peu étendues, l'agriculture pluviale est possible presque partout dans un pays où la montagne n'est jamais loin. L'irrigation est pratiquée depuis longtemps, par exemple sur les piémonts internes du Taurus central [Sultan Daglari, Aladag, Erciyes Dagi], bordés d'oasis irriguées sur le même mode que les ghuttas syriennes ou les huertas espagnoles (Ilgin, Konya, Cumra, Karaman, Eregli, Aksaray, Bor, Yesilhisar, Kayseri..., Hütteroth 1982). Les régions les plus sèches (steppes de Konya et d'Aksaray, plaine d'Igdir, plaine d'Harran et Urfa à la frontière syrienne, moins de 300 mm de pluies annuelles) ont dans leur horizon des sommets de plus de 3000, voire 5000 m. alt . (5 165 m. au mont Ararat [Agri Dagi]). A l'inverse, la pluviométrie dépasse parfois 2000 mm, comme sur les sommets de la chaîne de la mer Noire [Karadeniz, Pontos]. Avec 2300 mm de pluviométrie annuelle moyenne, le département de Rize connaît un climat maritime subtropical humide propice à la culture du thé !


Avec la République, l'Etat se dote de plusieurs instruments spécialisés : une Direction des Etudes et Travaux Electriques [EIEI : Elektrik Isleri Etüd Idaresi] en 1936, une Direction des Travaux Hydrauliques [DSI : Devlet Su Isleri] en 1954 (qui construit une centrale hydroélectrique en deux tranches (1957 et 1967), Hazar, déjà sur le cours du Tigre supérieur), complétée par une division de l'irrigation pour les petits projets locaux (ToprakSu) et une direction du ministère des Affaires Rurales pour l'aménagement des agglomérations rurales [YSE : Yol Su Isleri]. Une série d'études sur les bassins de l'Euphrate et du Tigre est complétée dès 1960. Décision est prise en 1977 d'aménager les ressources hydriques et énergétiques du bassin et un Etablissement public créé en 1989. Le projet GAP, en turc Güneydogu Anadolu Projesi [Projet du Sud-Est Anatolien] vient parachever des études et des travaux entrepris dès les années 1930 (le lac de Hazar, situé non loin des sources du Tigre, est ici séparé de la vallée l'Euphrate par quelques kilomètres !). La concrétisation débute avec la mise en service en 1976 d'une centrale importante barrant le lac artificiel de Keban (675 km² et de 30 600 Mm3).


Tableau 1 : travaux hydrauliques sur le haut-bassin de l'Euphrate, avant mis en œuvre du GAP

Site

Date de mise en service

Capacité (Mm3)

Superficie

Surface irriguée

Production électrique (Mwh)

Cipköy

1965

7,00

1,10

800

--

Devegeçidi

1972

202,32

32,14

10 150

--

Tercan

1973

178,00

8,85

33 576

--

Medik

1973

22,00

1,62

9 992

--

Kalecik

1973

12,50

1,18

5 500

--

Keban

1974

30 600

675

--

1240

Source : Hütteroth (1982 : 348-356) dont tableau 90 p. 351 (les dates de mise en service diffèrent selon les sources, certains chantiers, comme Tercan près d'Erzincan ont duré bien plus longtemps que prévu : 1969-1988).


Caractéristiques techniques principales du projet GAP


Le projet proprement dit consiste en la construction de 22 barrages, dont 19 couplés avec des centrales hydroélectriques, et d'un double tunnel de dérivation vers la plaine d'Urfa. Au total, 1 800 000 hectares seront irrigués pour une aire de 774 815 km², soient 9,5 % du territoire national (pour 9 départements ; six au départ : Gaziantep, Adiyaman, Diyarbakir, Urfa, Mardin, Siirt, auxquels se sont ajoutés trois créations : Sirnak, Batman et Kilis) et environ 8,5 % de la population totale. Pour un coût programmé de 32 milliards US $, une capacité installée de 7 476 MW sera construite pour une production énergétique prévue de 27 milliards de kilowatts / heure. En 1985, le secteur considéré connaît un PIB/habitant égal à 47 % de la moyenne nationale. Il assure 76 % de la production nationale de lentilles, 92,3 % de celle des pistaches, 41,6 % de celle de sésame, mais seulement 7,5 % de la production de légumes, 6,6 % de celle de lait...On estime alors que le potentiel est important... à condition d'irriguer. L'industrialisation est limitée et surtout la région se trouve depuis 1984 aux limites de l'activisme du PKK. La guerre de « basse intensité », diraient les militaires, fera plus de 30 000 victimes. Autour du projet GAP stricto sensu, se greffent de nombreux petits projets locaux, situés sur des affluents de l'Euphrate et du Tigre, et le GAP lui-même est soumis à variations sensibles, en fonction des résultats des études. Le tableau présenté en annexe rassemble l'ensemble des réalisations, chantiers et projets régionaux, parfois extérieurs au projet, mais situés dans les deux bassins.


Avec Keban à l'amont (675 km²), le projet intègre trois des quatre plus grands lacs artificiels du pays ; Karakaya atteint 298 km² de superficie, Atatürk 817 km². Hirfanli (263 km²), mis en service en 1959, se situe sur le cours du Kizil Irmak, non loin d'Ankara. Etendu sur deux bassins, très montagneux au nord, moins accidentés au sud, mais néanmoins topographiquement et géologiquement complexes, le projet GAP est subdivisé en nombreux sous-secteurs, ouvrages d'art et périmètres irrigués.


Tableau 2 : Le GAP : projets sectoriels

Secteurs géographiques

Production d'énergie

(Milliards Kwh annuels)

Terres irriguées (ha)

Bas Euphrate (voir détails infra)

8 245

706 208

Karakaya

7 354

--

Rives de l'Euphrate

3 170

--

Suruç- Bazikî [Yaylak]*

107

146 500

Göksu-Araban

--

82 645

Adiyaman-Kâhta

509

74 410

Gaziantep

--

89 000

Total Bassin de l'Euphrate

19385

1 098 763

Dicle-Kiralkizi

444

126 080

Batman

483

37 739

Batman-Silvan

670

213 000

Garzan

315

60 000

Ilisu

3 830

--

Cizre

1 000

121 000

Total Bassin du Tigre

6742

557 819

Total général

26 127

1 656 632

Source : Tekinel & Yurdakul (1999 : 148), Balaban & Tekinel (1989 : 210). (*) Bazikî (toponymie autochtone) a été renommée Yaylak (toponymie turque).


Le tableau suivant donne le détail pour le bas Euphrate ; un énorme barrage (Atatürk) et quatre grands périmètres irrigués sont en cours d'aménagement :


Tableau 3 : le GAP : projet détaillé pour le Bas Euphrate

Secteurs géographiques

Production d'énergie

(Milliards Kwh annuels)

Terres irriguées (ha)

Urfa-Harran (irrigation)

124

142 000

Mardin-Ceylanpinar (irrigation)

21

328 608

Siverek-Hilvan (irrigation-pompage)

--

180 300

Bozova (irrigation, pompage)


55 300

Atatürk *

8 100

--

Total projet

8 245

706 208

Source : Balaban & Tekinel (1989 : 210). Même remarque que précédent tableau : initialement, le village site du barrage s'appelle Karababa, il s'appelle aujourd'hui Dutluca. Le lac est directement nommé Atatürk : le nom du fondateur de la République s'applique logiquement au plus grand lac artificiel de Turquie.



Les objectifs affichés


Ils se déclinent en :

  • Objectifs généraux de développement : combler le fossé de la répartition des revenus entre l'est et l'ouest du pays, augmenter la productivité agricole et offrir de nouvelles possibilités d'emploi, stabiliser les migrations internes en augmentant l'attractivité des villes et métropoles régionales, intégrer la population locale dans la société nationale. Une série de travaux connexes portant sur les réseaux de transport routiers, ferroviaires, aériens, le développement du gisement touristique, très riche mais encore très peu valorisé, sont prévus.

  • Objectifs agricoles : augmenter la productivité agricole et diversifier les activités, par l'augmentation des revenus, transférer les plus-values vers le développement industriel, stabiliser la population rurale et freiner l'émigration (migration interne / internationale).

  • Objectifs industriels : jouer un rôle d'attraction pour l'investissement industriel en créant une demande de formation professionnelle qualifiée, de technologie moderne, motiver la population pour un développement en accroissant les revenus et en diminuant les inégalités entre régions turques par une politique d'encouragement à l'investissement national, émigré et à l'épargne. Chaque ville doit voir la construction de zones industrielles, accompagnées de vastes zones artisanales planifiées.

  • Approche de planification : intégrer les évolutions et tendances sociales en lançant des recherches sur ces tendances, sur l'évolution démographique, sur le statut de la femme et l'intégration en période de transformation de la société, sur les processus de remplacement des activités perdues par la mise en eaux des barrages, sur l'intégration des techniques d'irrigation...

  • Objectifs sociaux : ils se déclinent en sept chapitres :

  1. modernisation et démocratisation des structures familiales et sociales locales,

  2. modernisation des structures agraires et agricoles de façon à autonomiser l'individu  pour en faire un agriculteur entrepreneur qualifié,

  3. stopper l'hémorragie migratoire en inversant l'image de la région, en supprimant le chômage, en intégrant les femmes dans les structures économiques... en surveillant les aspects sanitaires et environnementaux,

  4. œuvrer pour une politique de formation initiale et professionnelle qualifiante, en prenant soin d'intégrer femmes et jeunes filles,

  5. veiller à ce que le passage à l'irrigation massive (de nature à changer le climat régional) n'aie pas de conséquences négatives sur la santé de la population,

  6. suivre l'évolution démographique de la population régionale ; g) permettre aux populations nomades et semi-nomades de se sédentariser complètement et définitivement et veiller à ce que les populations déplacées du fait de la mise en eaux de vastes superficies puissent trouver des conditions de réintégration dans leur nouveau milieu.

Ces objectifs sont ambitieux, emprunts d'idées résolument sociales, faisant une part importante aux problèmes d'emploi, n'oubliant pas les femmes et les jeunes, mettant l‘accent sur la transformation des rapports sociaux. Mais de fait, les critiques en Turquie sont depuis longtemps nombreuses, en particulier parce que rien n'est dit de l'analyse de ces rapports sociaux « traditionnels » (Seker 1987, Akçay & Aksit 1999, Aksit & Akçay 1999). Rien n'est dit non plus du contexte politique, tant interne avec la question kurde omniprésente, qu'internationale avec les inquiétudes qu'expriment Syriens et Irakiens face à une Turquie vécue comme l'agent régional des Etats-Unis (Bozarslan 1997, Özdag 1995, Türkyilmaz 1998).


Retombées économiques


On estime que 73 % des objectifs ont été remplis dans le domaine énergétique, mais paradoxalement seulement 11 % dans le domaine agricole. Cela peut-être concevable en raison des délais de retour des investissements dans le domaine agricole. 5 zones industrielles ont été aménagées (Mardin, Gaziantep 1, Gaziantep 2, Sanliurfa 1, Diyarbakir), avec 543 établissements industriels et 34 400 emplois créés (sur des totaux attendus de 1658 établissements et 126 000 emplois). A ceci s'ajoutent 18 cités artisanales regroupant 5 514 ateliers et 33 000 emplois. 19 cités sont en construction, qui permettraient l'installation de 4 527 ateliers intégrés sur ces nouveaux sites. Sur les 186 000 emplois industriels et artisanaux de production, 77 000 auraient donc été créés. C'est important, mais pourtant peu face aux 6 à 7 millions d'habitants de la région et aux problèmes sociaux vécus.


Sept aérodromes ont été réaménagés (dont celui d'Urfa qui doit devenir le plus gros aéroport international de fret de Turquie). L'autoroute Adana-Gaziantep et le périphérique de Gaziantep sont aujourd'hui terminés (252,5 km, bretelles d'accès comprises), les travaux vers Urfa continuent sur l'axe stratégique TETEK (3320 km mis aux normes internationales entre Istanbul, Ankara et les sorties vers TÉhéran, Bagdad, Damas, coordonné avec l'axe TEM aboutissant à Istanbul et Ankara)2.


A l'ouest, le département de Gaziantep semble bien avoir rejoint le « territoire national ». Reliée par l'autoroute, en plein développement industriel, il n'a été que peu touché par l'activisme kurde et fait, par exemple, l'objet de la sollicitude du ministère du Tourisme pour le développement d'un tourisme vert à la turque (yayla turizmi) 3, preuve s'il en est d'un contrôle des autorités sur le terrain. Au centre et à l'est, si les chantiers des barrages ont vite progressé, les actions d'accompagnement se sont heurtées à un environnement instable, aussi bien sur le plan intérieur (l'activisme du PKK et la guerre civile conséquente) que sur le plan international (les deux guerres du Golfe). Les militaires ont bouclé les frontières, interdisant autant le commerce transfrontalier avec la Syrie, l'Irak et l'Iran, que le pastoralisme nomade ou semi-nomade. Malgré une main-d'œuvre pléthorique, les investissements privés n'ont guère suivi. Ainsi, en 1999, la région n'a attiré que 2,2 % de l'investissement privé encouragé par l'Etat (contre 6,5 % en 1996 et 1997, 7,3 % en 1998). Le classement de la majeure partie de la région en zone d'état d'exception pendant de longues années, sa mise sous la tutelle d'un super-préfet, n'ont pas incité le secteur privé, national ou étranger, à investir, alors même que le public était réticent et que souvent les principaux investissements étaient d'abord sécuritaires (construction de routes stratégiques, de postes de police, de douanes, de gendarmeries rurales).


Retombées sociales


Il est difficile de tirer un bilan social réel, entre la documentation officielle qui insiste sur les aspects expérimentaux des opérations menées et les critiques très vives de la société civile et des oppositions politiques. L'Etat -ce ne sont que des exemples- assure toucher 29 000 femmes dans le cadre de 22 centres sociaux multifonctionnels, mettre en œuvre un plan de réinstallation de 44 villages autour d'Halfeti (Urfa), a procédé au remembrement de 130 487 ha et émis des appels d'offre pour 83 780 ha. Les nationalisations de terres agricoles, soumises à paiement d'indemnités, ont touché 119 073 personnes pour 55 468 ha (Turquie 2000, http://www.gapturkiye.gen.tr). Le volet social, souvent expérimental, est, si l'on en croit les documents officiels, très important et touche de nombreux problèmes cruciaux en Turquie. C'est le cas de la réflexion sur le développement durable, en partenariat avec l'UNDP, la mise en œuvre des centres sociaux cités à l'intention des femmes, de programmes pour les enfants des rues, en partenariat avec l'UNICEF et le Bureau International du Travail (http://www.gap.gov.tr).


Mais les universitaires (Seker 1987, I. & P. Ilkkaracan 1999, Aksit & Akçay 1999, Barut 1998a, 1998b), la presse pro-kurde ou gauchiste (Özgür Gündem, Politika, 2000'e Dogru...), voire les média privés indépendants (comme la chaîne NTV) ont des avis très critiques. On accuse là le gouvernement d'être incapable de remplir les objectifs sociaux, faute de crédits, de cadres qualifiés et surtout de volonté politique. La politique sanitaire (ou son absence) est souvent décriée : on dénonce la réapparition de maladies comme la malaria, la dysenterie, l'apparition de phénomènes nouveaux (parasites, moisissures), dues à la modification du climat. La mauvaise intégration des projets est aussi mise en avant, par exemple concernant les pollutions (pesticides, herbicides, mauvaise application des engrais, salinisation des périmètres irrigués...). L'une des principales critiques, depuis des années, réside dans le retard que connaîtrait l'indispensable réforme agraire dans une région connue pour être celle des grands propriétaires (Hütteroth 1982, Seker 1987). Ceux-ci, généralement kurdes, sont souvent des notables, députés pro-gouvernementaux, chefs de tribus et patrons de milices rétribuées par Ankara, parfois cheikhs de confréries musulmanes (Bozarslan 1997). Les causes politiques liées à l'insécurité générale, où la population civile a été prise en otage tant par les autorités que par les militants du PKK sont inextricablement mêlées aux causes économiques (chômage et sous-emploi chronique, avec une situation dégradée depuis la première guerre du Golfe) ou sociales: la  vendetta, la pression des milices tribales ou des grands propriétaires fonciers sont cités par les migrants internes dans les enquêtes Özdag (1995), Türkyilmaz (1998) ou les rapports CHP et TMMOB (1999) partant vers les métropoles occidentales (Istanbul, Ankara, Izmir, Adana, Mersin).


L'impact écologique et culturel


Comme dans tous les grands projets hydrauliques, les dégâts collatéraux sont importants. Ici peut-être plus qu'ailleurs, Chine du Yang Tze Kiang exclue ! Plusieurs sites archéologiques ou historiques ont disparu, sont condamnés à disparaître, ou au mieux à voir leur environnement totalement transformé (Zeugma cité hellénistique, Hasankeyf et ses monuments musulmans anciens...). Archéologues et écologistes turcs et étrangers sont sur la brèche : on estime qu'une grande partie du patrimoine archéologique de Birecik, allant du néolithique au médiéval, va disparaître au fond de la vallée inondée par les lacs de Birecik et Karkamis, avant même d'avoir pu être exhumé et étudié.


Les retombées touristiques sont pour l'heure limitées. Ceci s'explique surtout par le climat d'insécurité qui a prévalu jusqu'à l'arrestation d'Abdullah Öcalan, président du PKK. Bien que le projet, ou l'un des chantiers, n'ait jamais été visé directement, la proximité de la zone de conflit, le classement spécifique de la région en état d'exception (avec couvre-feu, contrôle systématique, attentats, répression...) n'incitait pas les agences de voyage à proposer la région aux touristes étrangers. Le potentiel de développement touristique est pourtant grand : Nemrut Dagi (Commagène), lieux bibliques (Urfa, Harran), monastères syriaques du Tur Abdin, architectures traditionnelles et sites urbains (Mardin, Diyarbakir, Urfa...) se trouvent sur ou à proximité du périmètre du GAP. La ressource touristique que représente la multiplication de lacs, grands et petits, sera plutôt à vocation interne (sports nautiques).


Les conséquences écologiques ne sont pas encore connues avec précision. La lecture des documents officiels (http://www.gap.gov.tr) montre que cet aspect est bien appréhendé par les autorités, mais on peut se demander si les moyens techniques et financiers seront suffisants pour étudier réellement les impacts du projet sur les écosystèmes, malgré tout fragiles (végétation endémique, sécheresse, phénomènes d'érosion...) sur une région aussi vaste, et surtout les corriger. La salinisation des terres est déjà perceptible (Bazin 1988). On sait que des périmètres irrigués mal contrôlés par des agronomes et mal gérés par des agriculteurs insuffisamment formés sur les technologies nouvelles (goutte à goutte versus arrosage massif, ou gravitation aux heures chaudes par exemple) ont des conséquences néfastes (vallée du Nil en aval du barrage d'Assouan, périmètres mexicains en aval des barrages américains, et nec plus ultra, les rives de la mer d'Aral...). De très vives critiques sont émises en Turquie.

 

Conséquences sur la politique intérieure turque


Les neufs actuels départements turcs concernés par le projet (Gaziantep, Adiyaman, Mardin, Diyarbakir, Sanliurfa, Siirt, Sirnak, Batman, Kilis) sont peuplés en majorité de kurdophones, avec une minorité arabophone sur la frontière syrienne, partiellement chrétienne (de rites assyro-chaldéens). Avec le démembrement de l'Empire ottoman, toutes ces populations –turcophones inclus, puisque des Turcs et Turkmènes vivent en Syrie et en Irak- ont été séparées, chaque état voulant construire sa propre nation en niant, plus ou moins, selon la période, l'existence de minorités distinctes sur son territoire.


Sans que cela soit jamais dit –mais ce constat à partir des documents officiels ne présage pas du réel débat développé dans les média, à l'Université ou dans ce qui est les prémisses d'une vraie société civile- deux faits sont indéniables.

  • Le projet GAP est le premier vrai projet de développement régional intégré pour le Sud-est anatolien depuis la fondation de la République (1923). C'est la première fois qu'un tel investissement public est proposé et réalisé. Les précédents investissements étaient restés très localisés : raffinage à Batman, cimenterie à Adiyaman, manufacture de tabacs à Bitlis, par exemple, alors que l'effort principal, certes insuffisant, portait plus au nord (Sivas, Erzincan, Erzurum, Van, Kars...). Seules les années 1963-1970 avaient connu une tentative, limitée, de réajustement des investissements vers l'est et la région « GAP » avait de fait été peu touchée.

  • Situé dans ce qu'on pourrait appeler les « zones utiles du Kurdistan turc », le GAP a comme objectif évident, même s'il n'est pas déclaré comme tel, d'intégrer la population régionale dans l'espace national turc. C'est bien le sens des travaux relatifs aux systèmes de transports, au développement social, à la défense des droits des femmes (dans une société encore très patriarcale, où le tribalisme reste très prégnant), à la formation et à l'éducation.


Les caractéristiques sociales de la région du GAP sont l'objet de recherches et de débats universitaires et médiatiques depuis les années 1960. Plusieurs intellectuels (Ismail Besikçi, Haluk Gerger, Fikret Baskaya, Dogu Perinçek, Murat Seker, l'éditeur Zarakolu et son épouse), nombre de personnages politiques (Mehdi et Leyla Zana, par exemple) ont alimenté les polémiques sur la société locale, les comportements des autorités et la politique suivie par les gouvernements successifs, depuis Atatürk. Les thèse sur les Kurdes et le Kurdistan sont déjà nombreuses ; parmi les plus connues : Bozarslan, Van Bruinessen, Yalçin-Heckmann, Besikçi, Kieser, Bumke, Mac Dowell... Depuis quelques années, des sondages et des enquêtes sont menées sur les populations originaires de la région, et, si l'idée d'un Kurdistan est toujours aussi férocement combattue, l'existence d'une population kurde aux côtés d'autres minorités ethniques, linguistiques ou religieuses, n'est plus niée (bien que les auteurs de ces écrits prennent toujours un risque relatif face aux tribunaux).


Pour résumer, ce sont les structures agraires, la surreprésentation des paysans sans terre, les migrations rurales de main-d'œuvre, la condition des femmes (avec la tradition du mariage arrangé, une sous-scolarisation des filles qui amène un taux d'analphabétisme bien supérieur au reste du pays, le mode patriarcal, l'appartenance tribale...) qui font de cette région une zone peu intégrée dans l'ensemble national. Ainsi 38 % des familles rurales ne possédaient pas de terre dans la région en 1994, chiffres montant jusqu'à 42 et 45 % respectivement à Urfa et Diyarbakir. Les conditions de vie sont bien plus dures dans les régions montagneuses de Bingöl, Siirt, Mus, Bitlis ou Hakkâri. Avec 14,5 % de la population turque, l'Anatolie orientale (GAP inclus) ne dispose que de 10,5 % des revenus nationaux. L'existence y est encore rendue plus difficile par le cycle de révoltes et répressions qu'à connu la montagne depuis 1806. Les dernières années du conflit entre l'Etat central et le PKK ont vu la destruction de 3428 agglomérations rurales, l'exode forcé de 378 000 personnes venues alimenter les quartiers périphériques des villes régionales comme Diyarbakir ou des métropoles de l'ouest (Ankara, Adana, Istanbul, Izmir), sinon l'émigration, surtout après le coup d'état de 1980. Plus de 30 000 personnes ont été tuées ou blessées. Dans ce contexte, les déplacements dus à l'ennoyage des lacs de retenue restent anecdotiques !


La crainte du chômage est impressionnante (Aksit & Akçay 1999). Les enquêtés mettent en avant ce facteur d'insécurité dans de nombreuses agglomérations : ils sont 71 % (Nizip), 67 % (Ergani), 56 % (Urfa), 51 % (Mardin, Siverek), 46 % (Diyarbakir), 45 % (Kiziltepe), 43 % (Gaziantep), 38 % (Besni), 35 % (Adiyaman) à craindre par dessus tout le chômage dans l'avenir. Or plusieurs villes sont des préfectures de 100 à 600 000 habitants, parfois jugées très dynamiques comme Gaziantep. La même enquête montre une grande crainte des effets combinés du chômage et du terrorisme : 45 % (Besni), 39 % (Adiyaman), 37 % (Diyarbakir), 28 % (Kiziltepe), 27 % (Mardin).


Vu sous optique turque, aussi bien gouvernementale –en n'oubliant pas que, quelques soient les défauts effectifs de la démocratie turque, il y a bien alternance politique- que des oppositions politiques, kurde autonomiste / indépendantiste comprise, le projet n'a rien de pharaonique, contrairement à ce que disent les observateurs étrangers, ce serait plutôt une opération de réajustement et de rééquilibrage des investissements publics pour une région frontalière et peuplée de minorités ethniques jusqu'alors délaissée. Les critiques résident bien plus dans les carences dans la négociation avec les partenaires sociaux, la pusillanimité de l'Etat qui ne s'est jamais résolu à détruire par une vraie réforme agraire le pouvoir des grands propriétaires terriens, la collaboration entre services de l'Etat et tribalisme –d'aucuns parlent de féodalisme- kurde, l'absence de concertation avec la société civile toujours suspectée de trahir la République et le kémalisme (mouvements autonomistes et indépendantistes kurdes, minorités religieuses chrétiennes, islamistes, extrême gauche révolutionnaire).

 

Par contre, il est intéressant de constater que l'aspect géostratégique, systématiquement souligné à l'étranger, où il est assez fréquent d'évoquer une guerre de l'eau potentielle, sinon imminente, n'est pratiquement jamais cité en Turquie, quel que soit l'intervenant et ses opinions politiques personnelles.


Conséquences géostratégiques


Le château d'eau anatolien commande une grande part des ressources en eau du Moyen-Orient. Malgré leur appartenance majoritaire à l'islam sunnite, les Turcs sont encore vécus comme les descendants des Ottomans qui ont occupé tout le monde arabe. Eux-mêmes tiennent à marquer la différence avec leurs voisins iraniens (qui pour leur part n'aiment pas plus être confondus avec les Arabes !) et arabes, dans leur attachement à l'Occident et leurs racines centrasiatiques. On pourrait presque dire du « Nord » face à un « Sud » avec on partage sa religion, mais pas les mêmes valeurs. La construction des Etats-nations d'inspiration occidentale a été ici, comme souvent, catastrophique. Les minorités locales l'ont parfois payé très cher, par centaines de milliers de victimes (Kurdes, Palestiniens et surtout en chiffre relatifs comme absolus, Arméniens). L'aménagement du Projet GAP est le principal investissement jamais tenté dans la région, avec des vocations et des objectifs multiples et ambitieux. Il convient de distinguer usage interne et éventuel usage externe, alors que les observateurs étrangers insistent sur l'usage externe, la dimension géostratégique, sans trop effleurer l'usage interne, la dimension de l'intégration de la très remuante minorité kurde et de la plus discrète et moins nombreuse minorité arabe turque.


La fracture avec le sud arabe est linguistique, culturelle, politique, idéologique : elle est bien plus profonde que celle qui sépare Grecs et Turcs ou Bulgares et Turcs. Si l'anglais, l'allemand, le français sont enseignés dans les lycées turcs, le persan ou l'arabe n'y ont aucune place. L'arabe, langue du Coran, est enseigné comme une langue morte dans les cours coraniques et rien n'est fait pour encourager la découverte des voisins contemporains s'ils ne sont pas européens. L'image des Arabes, hormis dans les groupes islamistes –et encore, il n'est pas rare qu'on se demande pourquoi le Prophète a eu l'idée saugrenue de naître en Arabie !- est généralement détestable. L'alliance de fait de la Syrie et de l'Irak avec Moscou, alors que la Turquie, membre de l'OTAN, a souvent été proche de Tel Aviv, vient encore creuser le fossé.


  • la Syrie (877 km de frontières communes), souvent accusée de protéger le terrorisme et en particulier les camps d'entraînement du PKK, garde depuis 1939 un contentieux majeur : le sandjak d'Alexandrette. La Syrie a construit un grand barrage sur l'Euphrate (Lac Al Assad), occasionnant une polémique sur le débit passant en Irak (avec mobilisation et envoi de troupes sur la frontière !).

  • l'Irak (378 km de frontières communes), protecteur de fait d'unités du PKK, a souvent depuis 1990 été le théâtre d'interventions militaires turques (avec l'accord tacite de Saddam Hussein). Le jeu de bascule est complexe entre PKK, PDK (Barzanî) et UPK (Talabanî). C'est cette situation qui a motivé les réactions inversées des gouvernements Özal (1991) et Gül (2003) lors des guerres du Golfe. Mais la disparition de Saddam Husseïn semble bien changer la donne, avec l'émergence (en fait depuis 1991) d'une autonomie kurde en Irak. Dans un contexte régional pour le moins trouble, on voit réapparaître un intérêt pour les quelques 2 185 000 Turkmènes –il s'agit d'une estimation turque- de Mossoul et Kirkouk, territoire rebaptisé Türkmeneli (le pays turkmène) pour lequel la Turquie avait abandonné toute prétention en 1921.

  • Israël, Jordanie, Autorité palestinienne, Liban : les Turcs oscillent entre fidélité à l'alliance militaire avec les Israéliens et solidarité (musulmane ou révolutionnaire progressiste, selon l'interlocuteur) avec les Palestiniens. Concernant la répartition des ressources hydriques, la problématique est bien la même : comment répartir une denrée vitale se raréfiant sur un territoire surpeuplé et limité. Si le cas de l'Oronte est assez peu évoqué, celui du Jourdain est devenu un cas de litige systématique entre les pays de la région. Ankara met souvent en avant sa capacité de fournir, comme elle le fait à Chypre Nord, sous contrôle militaire turc depuis 1984, de l'eau en grande quantité (par aqueduc, pipe-line, navire spécialisé, selon le cas). L'eau proviendrait alors des fleuves méditerranéens (Manavgat, Ceyhan, Seyhan) équipés de barrages.

  • L'Iran du Zagros (km de frontières communes) se trouve dans la même situation que la Turquie sur cette problématique spécifique : c'est en territoire iranien que prennent leurs sources les grands affluents du Tigre et les Iraniens, comme les Turcs, ont construit plusieurs barrages de retenue sur ces affluents (‘Mohammed Reza Shah Pahlavi' sur la Dez, affluent du Karun, Gotwand sur ce dernier et Kharkheh sur la rivière éponyme). Sur le versant irakien, ont été établis plusieurs grands barrages : Bakhma sur le Grand Zab, Dukân sur le Petit Zab, Darbandikhan sur le Sirwân, Sadd ad Diyala sur le Diyala.


Vue de l'étranger, la position turque n'est pas claire : elle oscille entre menaces à peine voilées –mais les militaires sont eux bien conscients de leurs limites et de leurs réelles capacités d'intervention en cas de conflit régional ou international- et propositions de faire bénéficier les voisins des ressources hydriques de l'Anatolie. Mais ces avis contradictoires semblent surtout destinés à l'usage interne : les menaces contre la Syrie visait le leader kurde du PKK et se sont concrétisées par sa fuite et son arrestation au Kenya. La position de défense de l'intégralité du territoire irakien joue avant tout contre les velléités d'une autonomie kurde en territoire turc et l'on joue la carte par intermittence d'un Türkmeneli irakien autour de Mossoul, sachant très bien qu'il est impossible de remettre en cause l'accord de 1921 et qu'il est impossible de heurter de front les Etats-Unis.


Vue de Turquie, cette position est donc beaucoup moins belliqueuse et bien plus réaliste. L'irruption américano-britannique en Irak (en Afghanistan aussi, ne l'oublions pas) vient probablement geler le débat pour quelque temps. Entre deux crises financières, la Turquie va continuer à construire son projet d'envergure, être en mesure d'accaparer, si besoin est, la ressource hydrique à son profit, mais sans perdre de vue sa grande fragilité structurelle, celle d'une question kurde prête à exploser depuis plus de quatre-vingt ans. De plus la question kurde, par le biais des migrations internes comme internationales, ne se pose pas qu'en Anatolie orientale, elle est perceptible sur tout le territoire turc et dans tout le champ migratoire, tant les deux populations sont aujourd'hui imbriquées.


Conclusion


Dans la région du Moyen-Orient, le Tigre et l'Euphrate ne sont pas les seuls cours d'eau partagés. Parmi les principaux bassins transfrontaliers, on peut citer l'Araxe (Turquie 25,3 %, Arménie, Azerbaïdjan, Iran ; un barrage frontalier existe sur l'Arpaçay, affluent du fleuve), le Coruh (Turquie 91 %, Géorgie), l'Asi Nehri ([Oronte], Turquie 15 %, Syrie, Liban), mais aussi le Litani ou le Jourdain.


Les tensions ont été parfois vives entre Syrie et Irak, entre Irak et Iran (c'était même l'une des raisons affichées de la guerre Iran-Irak), elles le sont relativement entre la Turquie et ses voisins du sud et très vives entre Israël, ses voisins libanais, syrien et jordanien, bien plus encore entre Israéliens et Palestiniens. Le tracé des frontières est évidemment complexe, mais pas plus qu'en Europe. Il est clair aussi que ces tracés coupent au travers de territoires ethniquement hétérogènes, où il est difficile, sinon impossible, de déterminer sur des bases historiquement justes et incontestables les droits des uns et des autres.


Sur le terrain, les populations frontalières sont très souvent apparentées et en tous cas, ont l'habitude de vivre et de commercer ensemble. Elles sont d'ailleurs souvent multilingues ; d'une part la frontière est récente, d'autre part, ce sont les mêmes populations de par et d'autre de la frontière. Les périodes d'ouverture des frontières, avec la mise en place de permis de commerce frontalier ont souvent été bénéfiques pour la population, mais à chaque fois, l'Etat a mis en avant la fraude fiscale, les trafics illicites, les infiltrations terroristes, pour refermer la frontière. Chaque Etat-nation est récent, fragile, peu sûr de lui et de ses citoyens et en quelque sorte paranoïaque !, persuadé que le(s) voisin(s) en veut à son intégrité territoriale. Le jeu des grandes puissances étrangères à la région, uniquement centré sur les ressources naturelles, pétrole en particulier, n'est pas de nature à arranger les choses.

Si aide étrangère il y a, c'est plus dans le soutien quotidien aux initiatives d'une société civile qui commence à émerger en Turquie (associations, fondations, syndicats, écologistes, féministes, journalistes, universitaires...) que dans la proclamation de principes exogènes dont chacun sait au Moyen-Orient qu'ils sont battus en brèche par leurs promoteurs dès qu'il est question de pétrole ou de gaz. Ce même principe d'action est applicable aux sociétés palestinienne, libanaise, israélienne, irakienne, syrienne, iranienne, qui ont généralement en commun leur jeunesse et leurs caractéristiques démographiques. L'eau est ici bien plus précieuse qu'en Europe. La ressource est mal répartie géographiquement, mais pas si rare. Par contre, le déficit démocratique est bien plus important que le déficit hydrique ; il se traduit par des phénomènes fréquent de corruption, le déséquilibre des revenus, le maintien, sinon la remontée du tribalisme (kurde, arabe), la montée d'un fondamentalisme exacerbé en réaction à de multiples blocages sociaux vécus par une jeunesse de mieux en mieux formée et ouverte sur l'extérieur (Turquie, Israël, pays arabes, Iran), des migrations collectives forcées... Dans ce tableau, l'individu, la personne, compte peu : la dimension de l'appartenance collective reste prégnante. Le tableau général est plutôt déprimant pour qui connaît la région ou l'un des pays en question. Mais les ouvertures sont aussi nombreuses que les blocages. On peut parier que le partage des ressources hydriques pourrait se régler au Moyen-Orient comme sur les bords du Rhin, en s'asseyant pour discuter de questions techniques...

 

Indications bibliographiques

  • A. Adnan AKCAY & Bahattin AKSIT (1999), GAP : bir kirsal dönüsüm projesi ve tarimsal sulama, in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi, 187-197

  • Bahattin AKSIT & A. Adnan AKCAY (1999), GAP Bölgesinde Nüfus Hareketleri, in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Is Bankasi,

  • ARMAILLE Bernadette d' (1982), L'eau : un levier de puissance pour la Turquie, Institut de Géostratégie, http://www.stratisc.org/strat/strat_055.DARMAILL.html

  • Olivier AURENCHE, Marcel BAZIN & Serge SADLER (1997), Villages engloutis. Enquête ethnoarchéologique à Cafer Höyük, Maison de l'Orient, Diffusion de Boccard

  • Ali BALABAN & Osman TEKINEL (1989), Le projet intégré de développement du Sud-est Anatolien (GAP), Options Méditerranéennes : la Turquie, 205-210

  • Mehmet BARUT (1997), Türkiye'de Iç Göç Hareketlerinin Sosyolojik Cözümlemesi [La solution sociologique des mouvements de migration interne en Turquie], Mersin, Göç ve Insani Yardim Vakfi, 14 p.

  • Mehmet BARUT (1998a), Zorunlu Göç, Toplumsal Baris ve Bütünlesme (Içel Içi Örnegi) [La migration forcée, intégration et paix sociale (l'exemple d'Içel Centre], Mersin, Göç ve Insani Yardim Vakfi, 21 p.

  • Mehmet BARUT (1998b), Dogu ve Güneydogu Anadolu Bölgesi'nden Metropole Göçeden Kadinin Güncel Yasaminda Meydana Gelen Degisiklikler, Göç Öncesi ve Göç Sonrasi Yasaminin Karsilastirilmasi ve Beklentileri [Changements au quotidien pour les femmes migrantes de la région est et Sud-Est vers la Métropole], Mersin, Göç ve Insani Yardim Vakfi, 35 p.

  • Mehmet BARUT (1999), Göçün Kanayan Yarasi : Sokakta Calisan Coçuklar (Içel Ili Örnegi) [Blessure de la migration : les enfants au travail dans la rue (l'exemple du département d'Içel)], Mersin, Göç ve Insani Yardim Vakfi, 16 p.

  • Marcel BAZIN (1988), L'impact du barrage de Karakaya sur la vallée de l'Euphrate à l'est de Malatya (Turquie), Revue Géographique de l'Est, 28, 1, 3-17

  • Basbakanlik Basin Merkezi (1994), Güneydogu Anadolu Bölgesi ‘Acil Yatirim' Programi, Ankara

  • Basbakanlik GAP Bölgesi Idarî ve Kalkinma Genel Müdürlügü (sd) The Southeastern Anatolia Project (GAP)

  • Damien BISCHOFF & Jean-François PEROUSE (2003), La question des barrages et du GAP dans le Sud-Est anatolien : patrimoines en danger ?, Les Dossiers de l'IFEA (Série : patrimoine au présent), 3, 63 p.

  • CHP Somut Politikalar Calisma Grubu Ön Raporu (1999), Dogu ve Güneydogu Bölgesin'nde Göç [La migration dans la région de l'Est du Sud-Est], in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi,334-341 [Pré-rapport du groupe de travail sur les politiques essentielles du CHP, Parti Républicain du Peuple]

  • DIE – Devlet Istatistik Enstitüsü : GAP Il Istatistikleri / SEAP Provincial Statistics

  • DPT- Devlet Planlama Teskilâti (1990), Güneydogu Anadolu Projesi Master Plan Nihai Raporu, rapport en quatre volumes (résumé pour décideurs, plan directeur, annexes techniques A, B, C, D, E, F, G)

  • DSO- Diyarbakir Sanayi Odasi (1999), GAP Bölgesi'nde Arazi Mülkiyet Yapisi, in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Is Bankasi, 80-85

  • Sema DUYMAZ Coord. (2001), Le Projet d'Anatolie du Sud-Est (GAP), in Turquie 2000, Türk Haberler Ajansi, Ankara, 199-210

  • Wolf-Dieter HÜTTEROTH (1982), Türkei, Wissenchaftliche Buchgesellschaft (Wissenschaftliche Länderkunden Band 21), Darmstadt

  • Ipek & Pinar ILKKARACAN (1999), 1990'lar Türkiyesi'nde Kadin ve Göç [Femme et migration dans la Turquie des années 1990], in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi, 305-323

  • Yalçin KARABULUT (1993), Türkiye hidroelektrik enerjisi üretiminde Firat Havzasinin önemi [L'importance du bassin de l'Euphrate dans la production d'énergie hydroélectrique de Turquie], Ankara Üniversitesi Türkiye Cografyasi Arastirma ve Uygulama Merkezi Dergisi, n° 2, 185-197

  • Gülay KAYACAN (1999), Kiziltepe'den Istanbul'a... Kemerburgaz « çadir kenti » [De Kiziltepe à Istanbul... La « ville de tentes » de Kemerburgaz], in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi, 353-359

  • Oya KÖYMEN & Meriç ÖZTÜRKCAN (1999), Türkiye'de toprak dagilimi üstüne bazi notlar [Quelques notes sur la répartition de la terre en Turquie], in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi, 75-96 (dont un encart sur la région du GAP édité par la Chambre d'Industrie de Diyarbakir, intitulé il faut reformuler le [projet] GAP).

  • Jean LOUP (1974), Les Eaux Terrestres. Hydrologie continentale, Masson & Cie (Initiation aux études de géographie, Paris, 174 p.

  • René-Georges MAURY (1998), Euphrate et Tigre : deux fleuves, trois projets hydrauliques, de l'eau pour le développement, Congrès International de Kaslik, Liban, 4 p.

  • Tarek MAZJOUB (1996), La Turquie, le GAP et le point de vue irako-syrien (aspects juridiques), in J. THOBIE, R. PEREZ & S. KANCAL (Ed.), Enjeux et rapports de force en Turquie et en Méditerranée orientale, Paris, L'Harmattan, 73-100

  • Ümit ÖZDAG Coord. (1995), Güneydogu Anadolu Bölgesinde ve Dogu ve Güneydogu Anadolu'dan Bati'ya Göç Edenlerde Kültürel Yapi ve Kültürel Kimlik Sorunu [Structure Culturelle et Question d'Identité Culturelle chez les Migrants de la Région du Sud-Est Anatolien et parmi les Migrants de L'Anatolie sud-orientale vers l'Ouest], Türk Metal Sendikasi & Türk AR, Ankara, 461 p.

  • Murat SEKER (1987), Güneydogu Anadolu Projesi. Sosyal ve Ekonomik Sorunlar [Le Projet de l'Anatolie du Sud-Est. Problèmes économiques et sociaux], V Yayinlari, Ankara, 142 p. + annexes

  • Stéphane de TAPIA (1991), Aménagement hydraulique et aménagement du territoire en Turquie, in Milieux Calcaires et Politique Hydraulique, Editions du CTHS, Paris, 159-168

  • Osman TEKINEL & Oguz YURDAKUL (1999), L'expérience hydro-électrique turque, Cahiers Options Méditerranéennes (36), 141-155

  • TMMOB Arastirmasi (1999), Zorunlu Göç'ün Diyarbakir Örneginde Arastirilmasi [Recherche sur la migration forcée : l'exemple de Diyarbakir], in Oya BAYDAR (Ed.), 75 yilda köylerden sehirlere, Türkiye Tarih Vakfi, Is Bankasi, 342-352

  • Ahmet TÜRKYILMAZ, Coord. (1998), Dogu ve Güneydogu Anadolu'dan Terör Nedeniyle Göçeden Ailelerin Sorunlari [Problèmes des Familles Emigrantes d'Anatolie Orientale et Sud-orientale du Fait de la Terreur], Basbakanlik Aile Arastirma Kurumu (Bilim Serisi 115), Ankara, 526 p.

  • Antoni YALAP, Güneydogu Anadolu Projesi (GAP), Projet de l'Anatolie du Sud-Est, http://www.ataturquie.asso.fr/informations_yalap.htm


Grand public (Géo, Atlas)

  • GEO : Irak : histoire et géographie d'un pays sous surveillance (191, janvier 1995)

  • GEO : Au fil de l'Euphrate entre Turquie et Irak : le grand fleuve qui donne vie au désert (222, août 1997), 92-93

  • GEO : Turquie-Syrie-Euphrate, Euphrate : la civilisation de l'eau (282, août 2002)

  • Turquie : le château d'eau du Proche-Orient, 54-64

  • Bertrand de LESQUEN, Turquie : un siècle pour dompter l'Euphrate, 64-79

  • Syrie : la pénurie est déjà une réalité, 80-87

  • Bertrand de LESQUEN, Syrie : l'eau est délivrée au compte-gouttes, 88-90

  • Irak : la fin du voyage d'un fleuve surexploité, 92

  • Yvan LIGIER, Irak : l'antique Eden est dévasté, 98-100

  • ATLAS (revue turque de géographie et tourisme) : Mehmet ÖZDOGAN (article), Tijen BURULTAY (photos), Birecik ve Suruç, Anadolu'nun yeni sïrlarï (109), 32-53


Sites Internet


ANNEXE


Barrages, centrales hydroélectriques, périmètres irrigués, réalisés, en chantier, en projet dans la région du Sud-Est Anatolien : programme GAP et projets locaux des bassins de l'Euphrate et du Tigre


Projet ou Chantier

(cours d'eau)

Surface irriguée (ha)

Production énergie MW (GW/h)

Localisation

Etat actuel (2003)

A) Bassin du Haut Euphrate (Hors GAP)





Derme-Kapuluk

--

4,5 (14)

Malatya

En service 1951

Girlevik 1

--

3,1 (18)

Erzincan

En service 1954

Girlevik 2 – Mercan

--

11,6 (53)

Erzincan

En service 2001

Kernek

--

0,8 (2)

Malatya

En service 1965

Gayt

4 200


Bingöl

En service 1991

Ahiköy 1, 2

--

4,2 (17)

Sivas

En service 1999-2000

Mursal (Hikmet)

--

6,7 (32)

Sivas (Divrigi)

Projet retenu

Alpaslan 1 (Murat)

--

160 (488)

Mus (Malazgirt)

Chantier

Alpaslan 2 (Murat)

--

200 (718)

Mus

Plan-Projet

Adalar

--

1,5 (5)

Mus (Malazgirt

Pré-étude

Gülbahar (Koçan)

1 572

--

Elâzïg

Chantier

Kigï (Peri)

--

140 (450)

Bingöl

Chantier

Abdalan

--

6 (21)

Bingöl

Pré-étude

Basköy

--

24 (105)

Bingöl

Pré-étude

Uzunçayïr (Munzur)

--

74 (317)

Tunçeli

Chantier

Konaktepe (Munzur)

--

210 (694)

Tunçeli

Plan – Projet

Mercan-Ovacïk

--

19,2 (78)

Tunceli (Ovacïk

En service 2002

Akyakïk

--

7 (22)

Tunceli (Ovacïk

Pré-étude

Bozkaya

--

30 (109)

Tunceli

Pré-étude

Kaletepe

--

60 (215)

Tunceli

Pré-étude

Pülümür

--

30 (137)

Tunceli (Pülümür)

Pré-étude

Pülümür, régulateur

--

26 (114)

Tunceli (Pülümür)

Pré-étude

Cipköy

800 (1 100 selon DSI)

--

Malatya

En service 1965

Tercan (Tuz, Tuzla)

33 576

15 (51)

Erzincan

En service 1973

Asagï Mahalle

--

5,2 (29)

Erzincan (Kemah)

Pré-étude

Kemah

--

135 (494)

Erzincan (Kemah)

Pré-étude

Sansa

--

44 (302)

Erzincan

Pré-étude

Sarïkonak (A.Degirmen)

--

11 (40)

Erzincan (Iliç)

Pré-étude

Keban

--

1 360 (5 758)

Elâzïg (Keban)

En service 1976

Keban Deresi

--

5 (31)

Elâzïg (Keban)

Projet

Beyhanï

--

300 (1435)

Elâzïg (Palu)

Pré-étude

Palu

--

20 (84)

Elâzïg (Palu)

Pré-étude

Medik (Tohma çayï)

9 692 (15 842 selon DSI)


Malatya

En service 1973

Kalecik

5 500 (1245 selon DSI)

--

Elâzïg (Karakoçan)

En service 1974

Sürgü

10 898


Malatya

En service 1969

Sultansuyu

17 619


Malatya

En service 1992

Polat

2 743


Malatya

En service 1989

Özlüce (Peri)

--

170 (413)

Bingöl

En service 1999

Pulur

--

3,8 (13)

Bingöl

Pré-étude

Ilïca (Caldere)

--

4,8 (17)

Bingöl

Pré-étude

Kaleköy

--

293 (1293)

Bingöl

Pré-étude

Karatas

--

40 (175)

Bingöl

Pré-étude

Kazan

--

28 (97)

Bingöl

Pré-étude

Boztepe (Hirin)

10 164

--

Malatya

Chantier

Kapïlïkaya (Kirinahmet)

3 662

--

Malatya

Chantier

Yoncalï

12 045

--

Malatya

Chantier

Keklicek

--

17 (42)

Malatya (Yesilyurt)

Projet

Yazïköy (Tohma)

--

41,9 (129)

Malatya (Darende)

Pré-étude

Sarsap (Eskiköprü)

--

15,2 (133)

Malatya (Hekimhan)

Pré-étude

Yazïhan 1 (Eskiköprü)

--

9,4 (53)

Malatya (Hekimhan)

Pré-étude

Yazïhan 2

--

7,2 (40)

Malatya (Hekimhan)

Pré-étude

Denizbag

--

25,5 (143)

Malatya (Hekimhan)

Pré-étude

Catalbahçe

--

58 (157)

Malatya (Akçadag)

Pré-étude

Elkit (Karakaya)

--

29,4 (117)

Malatya (Akçadag)

Pré-étude

Kaynarca (Ayvalïtohma)

--

35,7 (128)

Malatya (Darende)

Pré-étude

Kesikköprü

--

62 (355)

Malatya (Hekimhan)

Pré-étude

Kuzgun (Basçayï)

22 276

23 (36)

Erzurum

En service 1999

Kaletepe


9,3 (18)

Erzurum

Pré-étude

Gökçesih

--

34 (118)

Erzurulm (Cat)

Pré-étude

Eriç

--

170 (703)

Erzincan (Kemah)

Pré-étude

Fïndïklï

--

30 (87)

Erzincan

Pré-étude

Hacïlar (Gökpïnar)

--

13,3 (88)

Malatya-Darende)

Chantier

Pembelik

--

108 (377)

Elâzïg

Projet

Seytantepe

--

34 (183)

Elâzïg (Karakoçan)

Projet

Tatar (Gedik)

--

100 (366)

Elâzïg (Karakoçan)

Pré-étude

Yukarï Mercan

--

14 (20)

Erzincan

Projet

Bagïstas 1

--

122 (431)

Erzincan (Iliç)

Pré-étude

Bagïstas 2

--

60 (200)

Erzincan (Iliç)

Pré-étude

B) Bassin du Moyen-Euphrate (GAP ouest)





Karakaya

--

1 800 (6 859)

Diyarbakïr – Urfa

En service 1987

Atatürk

--

2 400 (8705 à 5300)

Adïyaman (Bozova)

En service 1992

Tunnels d'Urfa

470 135

50 (124)

Sanlï Urfa

Chantier, en service partiel, 1992

Plaine Harran-Urfa

  • Akçakale

141 535

15 000

--

Sanlï Urfa

Chantier

En service

Mardin-Ceylanpïnar

  • Gravitation

  • Pompage

230 130

94 929

118 264

--

Mardin frontière

Chantier


En service partiel (27 000 ha)

Pompage Siverek – Hilvan

  • Yenice

  • Gölebakan

  • Ozanpïnar

  • Siverek

  • Kesmekaya

188 778

--

Sanlï Urfa

Projet

Hacïhïdïr

2 080



En service 1989

Pompage Bozova

69 702

--

Sanlï Urfa

Projet

Birecik

--

672 (2518)

Gaziantep frontière

En service 2000

Kargamïs

--

189 (652,5)

Gaziantep frontière

En service 1999

Suruç-Bazikî (Yaylak)

  • Tozluca

  • Aylan

  • Tasbasan

  • Suruç pompage

146 500





7 000

107

Sanlï Urfa frontière

Projet





En service

Adïyaman-Kâhta

  • Gömikan

  • Camgazï

  • Koçali

  • Büyükçay

  • Sïrïmtas

  • Kâhta

- Fatopasa

77 409

6 888

6 532

21 605

12 322



509



39,8 (120)

30,4 (84)

28,4 (87)

75,4 (171)

22,2 (47)

Adïyaman



Adïyaman (Celikhan)

Plan – projet


En service 1998

Pré-étude

Göksu-Araban

  • Cataltepe

  • Erkenek [Ayvalï]

  • Harmancïk

  • Catbogazï

71 598


1 680


22 091



7,3 (43)

Adïyaman-Gaziantep

Plan – projet


Chantier


En service 1997

Gaziantep

  • Hancagïz

  • Kayacïk (Doganpïnar)

  • Kemlin

  • Seve


  • Bayramlï

  • Belkis-Nizip

81 670

6 945

2 896 (13 680 selon DSI)


3 088 (14 000 selon DSI)

4 730

11 925


Gaziantep

Plan – projet

En service 1988

En chantier


En projet

En projet


En chantier

En chantier

C) Bassin du Haut Tigre (Hors GAP)





Kor (Yanarsu)

--

33 (187)

Bitlis (Mutki)

Pré-étude

Aysehatun (Yanarsu)

--

60 (298)

Bitlis (Mutki)

Projet

Hazar 1, 2

--

32,12 (192)

Elâzïg

En service  1957, 1967

Dilimli (Büyükçay)

9 142


Hakkâri

Chantier

Alkumru

--

222 (805)

Siirt

Projet

Baykan

--

55 (284)

Siirt (Baykan)

Pré-étude

Baykan 2

--

35 (164)

Siirt (Baykan)

Pré-étude

Eruh

--

38 (134)

Siirt (Eruh)

Pré-étude

Cetin

--

350 (1237)

Siirt (Pervari)

Pré-étude

Keskin

--

164 (740)

Siirt (Pervari)

Pré-étude

Narlï

--

36 (168)

Siirt (Pervari)

Pré-étude

Oran


40 (189)

Siirt (Pervari)

Pré-étude

Pervari

--

192 (635)

Siirt (Pervari)

Pré-étude

Sirvan

--

28 (98)

Siirt (Sirvan)

Pré-étude

Tarihler

--

20 (85)

Siirt (Sirvan)

Pré-étude

Bahçesaray-Begendik

--

45 (175)

Van (Catak)

Projet

Güzeldere

--

31 (161)

Bitlis


Pirahmet

--

10 (55)

Bitlis

Pré-étude

D) Bassin du Moyen Tigre (GAP est)





Devegeçidi

7 500 (10 500 selon DSI)

--

Diyarbakïr

En service 1972

Gözegöl

734

--

Diyarbakïr

En service 1964

Kïralkïzï

--

90 (146)

Diyarbakïr

En service 1997

Dicle

--

110 (238)

Diyarbakïr

En service 1997

Pompages Dicle

52 033 + 74 047

--

Diyarbakïr

En chantier

Cïnar-Göksu

3 582

--

Diyarbakïr

En service 1991

Dipni (Dipni çayï)

--

81 (265)

Diyarbakïr

Pré-étude

Batman

--

198 (483)

Batman

En service 1998

Pompages Batman

  • Rive droite

  • Rive gauche

  • Puits


18 757

18 986

9412

--

Batman

En service partiel 1992

Silvan

  • Silvan


  • Kayser

213 000

8 790


150 (623)


90 (341)

Diyarbakïr

(Kulp-Lice)

Schéma directeur

Irrig. en service partiel

Garzan

  • Kozluk

60 000

3 700

90 (292)

Bitlis – Siirt

Plan- projet

En service

Ilïsu

--

1 200 (3 106)

Mardin – Siirt

Plan détaillé achevé

Cizre

--

240 (915)

Mardin (Cizre)

Plan détaillé achevé

Périmètre Silopi

  • Hezil

  • Kïrkemir

  • Nerdüs

32 000

--

--

2 740


40 + 17,7 (111)

48 (172)

--

Mardin frontière Irak

Etude faisabilité



En service

Cagçag 3

--

14,4 (42)

Mardin (Nusaybin)

En service 1968

Cagçag 1, 2

--

3,7 (33)

Mardin (Nusaybin)

En projet

Pompages Cizre

  • Nusaybin

  • Cizre, Idil

89 000

7 500


--

--

Mardin

Etude faisabilité

En service

Bitlis

--

60 (228)

Bitlis

Pré-étude

Dicle-Kavaközü

--

58 (105)

Sïrnak

Pré-étude

Kïzïlsu

--

12,4 (43)

Sïrnak (Cizre)

Pré-étude

Zarova 1

--

5,8 (15)

Sïrnak

Pré-étude

Zarova 2

--

94 (230)

Sïrnak

Pré-étude

E) Travaux annexes





Derik-Dumluca

1860 (2 400 selon DSI)

--

Mardin

En service 1991

Dilaver (Cïnar)

3 575


Mardin

Plan-projet

Ergani (Dicle)

1 861

--

Diyarbakïr

Plan-projet

Aktepe

--

16,5 (77)

Adïyaman (Tut)

Pré-étude

Artabe

261

--

Mardin

En service 1979

Bagïslï

--

23,6 (110)

Hakkâri

Projet

Balïklï

370

--

Kilis

En service 1997

Baskale

--

5,7 (19)

Hakkâri

Pré-étude

Besnî

--

0,3

Adiyaman

En service

Botan

--

1,6 (7)

Siirt

En service

Ceffan

1 175

--

Batman

En service 1995

Cemisgezek

--

0,1 (1)

Tunceli

En service

Cukurca

--

245 (796)

Hakkâri (Cukurca)

Pré-étude

Dilektasï

--

125 (328)

Hakkâri

Pré-étude

Dirsekli

183

--

Sïrnak

En service 1967

Doganlï

--

461,6 (1327)

Hakkâri

Pré-étude

Dogubeyazït

--

4,5 (30)

Agrï

Pré-étude

Esenyamaç

--

9 (25)

Hakkâri

Pré-étude

Geçitli

--

8 (49)

Hakkâri

Pré-étude

Gözebasï

100

--

Adïyaman

En service 1991

Hakkâri

--

208 (625)

Hakkâri

Projet

Halilan

670

--

Diyarbakïr

En service 1979

Hasancïk

95

--

Adïyaman

En service 1993

Incesu

188

--

Adïyaman

En service 1994

Isïktepe

313

--

Elâzïg

En service 1996

Karahöyük

304

--

Adïyaman

En service 1997

Karasu

--

22 (57)

Hakkâri

Pré-étude

Kïnïk

183

--

Adïyaman

En service 1989

Kïrkat

348

--

Batman

En service 1985

Malazgirt

--

1,2 (3)

Mus

En service

Otluca

--

1,3 (3)

Hakkarî

En service

Palandöken Gedikçay

405

--

Erzurum

En service 1997

Palandöken Lezgi

11 678

--

Erzurum

En service 2001

Serifbaba

130

--

Mardin

En service 1973

Tadïm

100

--

Elâzïg

En service 1993

Uludere

--

0,7 (1)

Sïrnak

En service

Varto

--

0,3 (1)

Mus

En service

Zülfikar

77

--

Gaziantep

En service 1990

Source : DPT (1988) Güneydogu Anadolu Projesi Master Plan Calismasi ; Master Plan Nihaî Raporu, vol. 2, complété par Karabulut (1993), http://www.dsi.gov.tr/trgap.htm et http://www.dsi.gov.tr/ska/tablo1.htm (état 2003). Les sites en italiques (Palandöken Gedikçay et Lezgi) n'ont pas été localisés avec précision ; ils se trouvent sur la limite entre bassins-versant de l'Euphrate et de l'Araxe-Kura.



Commentaires : après la première difficulté qui consiste à déterminer la correspondance entre anciennes dénominations des années 1970 (souvent kurdes) et nouvelles (toujours turques) des toponymes et hydronymes,ce tableau essaie de rassembler la totalité des travaux effectués et prévus. Hors projet GAP proprement dit, sont mentionnés les barrages construits avant la définition du programme, en amont de Keban, mais aussi des barrages non mentionnés car non intégrés dans le programme. Ils sont (ou seront) construits sur les affluents turcs des deux fleuves, sur les bassins supérieurs (Murat Nehri, Karasu, Peri Suyu, Munzur, Yanarsu, Kayser...) ou des affluents plus lointains comme les torrents de Hakkâri qui se jettent dans le Habur et le Grand Zap, à leur tour affluents du Tigre en territoire irakien.


Le programme GAP est évolutif. Des projets sont rajoutés en cours d'élaboration, d'autres sont retranchés ou modifiés en fonction de données techniques ou politiques, voire écologiques. Ceci explique souvent les apparentes contradictions entre les valeurs données par les administrations (GAP et DSI), mais aussi les variations à l'intérieur des tableaux fournis par l'établissement public GAP. Ainsi le barrage de Dibni, noté sur certains documents GAP, dont la NASA américaine propose une photo satellitaire, correspondant à un tracé présent sur la carte IGN de la Turquie, n'apparaît nulle part ! Confusion avec le barrage et le lac de Dicle ? La pression de l'opinion publique monte, aussi bien parmi la population autochtone kurde qui proteste contre l'ennoyage des vallées les plus fertiles, le déplacement forcé des populations ou le manque d'intégration des différents aspects de l'aménagement du territoire que parmi la société civile turque des métropoles, peut-être plus sensible dans un premier temps aux aspects écologiques et patrimoniaux (sites naturels, faune et flore rares, sites historiques). Cette société civile en cours d'émergence n'est pas insensible aux questions relatives aux Droits de l'Homme, à la démocratisation, aux droits culturels des minorités. Ainsi les Chambres de Commerce et d'Industrie, a priori grandes bénéficiaires avecla fourniture d'énergie et la création d'opportunités économiques, sont souvent très critiques pour des raisons extrêmement variées. Médecins, coopératives agricoles, professionnels du tourisme... , chacun dans son domaine, sont eux aussi critiques. Si ceci n'apparaît pas dans la documentation officielle, les média et Internet sont de bons témoins d'un réel débat. La récente étude publiée par l'IFEA d'Istanbul (Bischoff et Pérouse 2003) en est un fidèle témoin.

1 Au Xinjiang, le Tarim est véritablement endoréïque, aucun écoulement vers une mer n'est possible. Syr-Darya et Amu-Darya ont beaucoup souffert des aménagements soviétiques et de la monoculture irriguée du coton ; certaines années, ils ne peuvent plus atteindre la mer d'Aral dont le niveau a beaucoup baissé. Le Nil ou les fleuves mésopotamiens sont plus puissants, toutefois les ponctions anthropiques commencent à faire sentir leurs effets sur les deltas : la côte recule devant la mer en Egypte tandis que les équilibres écologiques sont fortement perturbés dans le Chatt el Arab.

2 TEM : Trans European Motorway, système d'autoroutes reliant les ports polonais de la Baltique à la Turquie, via les réseaux des pays d'Europe centrale et orientale, environ 11 000 km.

3 La yayla, estive, alpage, écrin de verdure en montagne dans un environnement steppique ou urbain, est une institution aussi bien pour les Turcs que pour les Kurdes. C'est aussi un retour aux sources du nomadisme ancestral (ou imaginé comme tel).

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2003