LES EAUX CONTINENTALES AU CAP (AFRIQUE DU SUD)

Laboratoire CRESC (Paris 13)

Laboratoire Géographie et Cultures (UMR 8064 CNRS)

Coordinateurs : Marianne Morange et Laurent Vermeersch

Le Cap souffre, comme la majorité des grandes villes sud-africaines, du manque d'eau potable, Cependant, là où elle est rare, l'eau manque rarement à tous. L'imposition de systèmes de gouvernements ségrégatifs et racistes, notamment sous l'apartheid, explique que l'accès à l'eau constitue un marqueur social de distance, d'intégration ou d'exclusion à "l'archipel urbain" des différents quartiers de la métropole. Mal partagée, l'eau devient le synonyme et un enjeu des luttes sociales et des nécessités du développement économique ; elle constitue une clé de compréhension des paysages urbains. Elle peut y jouer la fonction de barrière physique ; en abondance, elle engendre de splendides paysages urbains du gaspillage ; rare dans les townships et les camps de squatters, elle devient le symbole des efforts de la reconstruction post-apartheid.

Haut de la page 

Retour au menu général

 Actes 2003