Cuisine et alimentation au cœur du lien identitaire des diasporas (exemples chinois et grecs)

Michel BRUNEAU

Directeur de recherches au CNRS (Centre National de Recherche Scientifique)

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

Une diaspora existe et se reproduit en s'appuyant sur tout ce qui fait lien dans un lieu entre ceux qui veulent se regrouper et entretenir à distance des relations avec d'autres groupes, installées dans d'autres lieux mais se réclamant de la même identité. Ce lien revêt différents formes, qu'il soit familial, communautaire, religieux, socio-politique, économique, ou bien qu'il prenne la forme de la mémoire partagée par les membres de la diaspora. Celle-ci dispose d'un capital symbolique et « iconographique » qui lui permet de se reproduire et de surmonter l'obstacle de la distance, souvent considérable, séparant ses communautés. La cuisine et l'alimentation, telles qu'elles se manifestant dans la sphère familiale comme dans les commerces « ethniques » (épiceries, restaurants, traiteurs), sont des éléments forts de cette « iconographie », faisant appel aux univers sensoriels olfactif, gustatif et même visuel. Elles sont également au cœur des réseaux entrepreneuriaux caractérisant la plupart des disaporas.

 

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2004