ENSEIGNER LA GÉOGRAPHIE AVEC LES TICE

Rencontre débat de présentation des ateliers

Guy Lancelot

IA-IPR, académie de Versailles

Depuis trois ans déjà le parcours pédagogique "Enseigner la géographie avec les TIC" propose aux professeurs présents à St Dié de prendre en main eux-mêmes, sur ses stands, des exemples de démarches pédagogiques de terrain allant de l'exercice le plus simple à des productions techniquement fort élaborées, avec le souci de couvrir tout le champ du second degré de la sixième à la terminale, mais aussi de privilégier la mise en activité des élèves, le développement de leur autonomie. Pendant ces trois années l'équipement des établissements a fait un saut quantitatif considérable, le nombre de professeurs utilisant l'informatique a progressé, et nous sommes passés de la question de l'initiation de nouveaux collègues à l'utilisation pédagogique des TIC à celle de la généralisation de leur usage.

Les plus vénérables d'entre nous se souviennent pourtant encore qu'il fut un temps de certitudes, où une géographie héritée de glorieux ancêtres et rédigée par de hautes personnalités de l'éducation présentait aux élèves de 1ère des lycées une France idéale (1), rayonnant sur un monde d'ailleurs déjà largement obsolète (2), illustrée de cartes aussi riches que peu lisibles (3).. et où tout cela ne nous semblait pas ridicule.
Quelle échelle permettrait de mesurer le chemin parcouru par la géographie comme par ses méthodes d'enseignement pendant le petit demi-siècle qui sépare le manuel remis à jour par Louis François en 1961 des démarches multimédia présentées aujourd'hui à St Dié et disponibles pour tous immédiatement en ligne?

Faut-il pour autant se jeter à corps perdu dans les TIC ? L'exercice est en effet bardé d'inconvénients, même si, à bien y réfléchir il n'est pas sans avantages.
- Innover demande au professeur comme aux élèves du temps. Il faudra au premier s'initier aux logiciels.. et à leurs évolutions successives, rechercher une documentation originale puis construire des activités adaptées à ses élèves. Mettre ceux-ci devant les ordinateurs pour réaliser des graphiques, effectuer une recherche, réaliser une production est, aussi, chronophage. Il importe donc de réfléchir aux cas où l'usage de l'ordinateur offre un gain réel d'autonomie, de découverte, de mise en forme de la pensée et où ce gain compense le temps nécessaire à l'apprentissage technique.
- Mais il y a plus prometteur que l'acquisition de techniques, certes utiles: les TIC peuvent faire rêver. (4) Cette image extraite d'une séquence très sérieuse sur les risques cycloniques en milieu tropical
http://www.ac-versailles.fr/pedagogi/gephg/pedagogie/elita/elitaccueil.htm
n'incite-t-elle pas à rêver de croisières dans les quarantièmes rugissants, voire d'îles tropicales paradisiaques ? (5) Ya-t-il plus formidable machine à voyager immobile qu'internet? Or l'élève à qui le cours fait rêver de voyage est bien près d'avoir sans s'en rendre compte pris le goût de la géographie et son professeur d'avoir gagné beaucoup plus que le temps de leçon qu'il craignait d'avoir perdu.

Images 1 à 3:
Louis François, inspecteur général de l'instruction publique et Robert Mangin, professeur agrégé au lycée Chaptal, Géographie, classe de 1ère, cours Demangeon, Hachette, Paris, nouvelle édition de 1961 (1ère édition en 1942).
(image 1: page 2; image 2: 1ère de couverture; image 3: carte hors-texte p 314-315)

Image 4: image satellitale météo France du S.O. de l'Océan Indien, le 27/01/2004. Le cyclone Frank est visible au NE des Mascareignes (Réunion et Maurice), le cyclone Elita sur Madagascar.

Image 5: Cette île "paradisiaque" est l'île du Diable, où fut enfermé Dreyfus, dans l'archipel des îles du Salut, au large de Kourou, en Guyane française. Photographie de Khader Fortas, 2003. Les îles du Salut appartiennent actuellement au CNES et sont devenues un pôle d'attraction touristique.

 

Haut de la page

Retour au menu général

Actes 2004