LA POLITIQUE ALIMENTAIRE DE L'INDE :
LE BLÉ OU L'OSEILLE ?

Frédéric LANDY

Université de Paris X-Nanterre

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet


L'Inde exporte couramment du riz, parfois du blé ; et les stocks publics de grains ont atteint 65 millions de tonnes en 2002. Succès de la “ révolution verte ” des années soixante ? L'Inde, nouvelle puissance agricole ? Pourtant, un cinquième de la population demeure sous-alimenté, et l'Inde abrite la moitié des personnes souffrant de faim sur la planète. En fait, les exportations sont permises par le trop faible pouvoir d'achat des consommateurs (qui ne peuvent acheter selon leurs besoins) plutôt que par des records de productivité agricole. La sécurité alimentaire ne peut être garantie par les devises des exportations, ni même par des grains pourrissant dans les entrepôts nationaux. Un ambitieux système public d'achats aux agriculteurs permet de soutenir les cours, tandis qu'à l'autre bout du circuit les grains sont revendus avec subvention aux consommateurs les plus pauvres : concernant des tonnages inférieurs à son équivalent chinois, il couvre cependant tout le territoire (théoriquement), y compris les campagnes. Mais il est critiqué à la fois pour son coût et son inefficacité. Alors, est-ce toute la politique alimentaire de l'Inde qu'il faut revoir ?

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2004