Le modèle agricole breton :
ses réussites, ses dérives et sa remise en cause (1950-2004)

Jean Renard

Géographe, Université de Nantes

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

Il s’agit de décrire, d’expliquer et de comprendre les évolutions de l’agriculture de l’Ouest et de la mise en place du complexe agroalimentaire le plus puissant et le plus performant de France, en l’espace de deux générations, et d’en examiner les réussites mais aussi les dérives et les problèmes contemporains.

Au lendemain de la Deuxième guerre mondiale l’Ouest, et en particulier la Bretagne, est considéré à juste titre comme un espace agricole qui présente tous les stigmates d’une région en retard, profondément paysanne, vivant encore en quasi autarcie, sous urbanisée, sous équipée, et possédant des morphologies agraires inadaptées à la motorisation .

Aujourd’hui tout a changé. En un demi-siècle, une véritable révolution s’est accomplie. Une agriculture d’entreprise, industrialisée et ouverte sur le monde a remplacé l’agriculture de subsistance et paysanne, tandis qu’un puissant réseau d’IAA structure et accompagne le mouvement.

Le système d’intensification agricole, porté par des initiatives endogènes, s’est très largement diffusé. Il a abouti à faire de l’Ouest la première région agricole française et un pôle aux dimensions européennes. Toutefois, après une période d’euphorie, ponctuée par l’accroissement spectaculaire des rendements et des productions, et un développement solidaire et partagé, une dérive s’est produite au tournant des années 1970-80. Elle a abouti à creuser les écarts entre les producteurs, les productions et les régions.

Le modèle productiviste mis en place a en outre conduit à des conséquences néfastes sur la qualité des eaux, les paysages et l’environnement.

Crises et conflits se sont multipliés dont on peut dresser la chronologie et les étapes. Ce qui provoque une remise en cause du système et l’émergence de modèles alternatifs plus respectueux des milieux et socialement plus justes, dans une perspective dite d’agriculture durable.

Décrire ces mutations et en mesurer les réussites et les dérives, telle est l’ambition de cette brève présentation. Elle sera synthétique, souvent allusive, et elle utilise pour l’essentiel les travaux de fond de collègues autant sinon plus que mes propres réflexions. En particulier je renvoie à l’analyse régionale de C. Canevet et au témoignage localisé de L. Malassis à partir de sa commune d’origine.


L’exposé sera conduit en cinq points. En un premier sont rappelées les caractéristiques de l’agriculture dans l’Ouest au lendemain de la dernière guerre. Puis est examinée la mise en mouvement des années 1950-60. L’essor de l’intensification et la période clé des changements et des succès de l’agriculture dans l’Ouest entre 1960 et 1980 sont analysés au travers de quelques chiffre mesurant les évolutions. La dérive productiviste et la rupture de l’unité paysanne au tournant des années 1980 constituent le quatrième point. Enfin, à partir du début des années 1990 la remise en cause du modèle breton et les multiples voies alternatives qui tentent d’émerger sont décrites.

On insistera sur les deux derniers points, l’aventure et les aspects de la deuxième révolution agricole ayant fait l’objet d’analyses antérieures bien connues.

 

 

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2004