AU SALON DU LIVRE

Éditorial d'Yves BERGER

FAIM

Chacun de nous est habité par des phrases lues qui, sans qu’il les sollicite et pour la seule raison qu’il les a mémorisées, surgissent en lui, toujours à sa surprise. Ainsi mon corps et mon cerveau abritent-ils ce passage, sublime de sonorités, qui ouvre le Salambô de Flaubert : « C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar » ou la répétition de la consonne vibrante R évoque des sonneries guerrières de trompettes.

Cette autre phrase, d’un grand écrivain norvégien, prix Nobel de littérature en 1920, Knut Hamsun, dont le livre le plus célèbre porte ce titre, d’évidence fait pour le thème que le 15ème Festival International de Géographie illustre en cette année 2004 : La Faim.

Cette phrase promise ? La voici : « C’était au temps où j’errais, la faim au ventre, dans Christiana, cette ville singulière que nul ne quitte avant qu’elle lui ait imprimé sa marque ».

J’ai découvert La Faim et la faim en pleine occupation allemande, en 1942 dans ma ville natale d’Avignon. Depuis lors, j’ai lu des quantités de livres et regardé bien des films – Macadam CowBoy, par exemple, où un pauvre rital, Dustin Hoffman, prodigieux acteur, et un texan égaré connaissent les affres de la faim. J’ai reconnu ces affres à chacune de ces lectures et à chacun de ces spectacles. Cette année, à Saint-Dié-des-Vosges, je serai plus qu’un spectateur, plus qu’un participant : un témoin, je crois.

ESPACE GEOGRAPHIE SOLIDAIRE


Le thème du 15e FIG nous donne l’occasion de créer un espace au sein du Salon du Livre où Géographie et Solidarité vont à la rencontre l’un de l’autre. Les Géographes nous montrent comment l’alimentation s’inscrit dans l’espace géographique mondial. Pour combattre la faim, les associations humanitaires, aux côtés des Etats et des grandes institutions internationales, interviennent sur un mode complémentaire. Abolir la faim est leur mot d’ordre et le FIG se devait de leur donner la parole.

Dans cet espace géographie solidaire, des associations comme le CCFD, Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, ACF, Action Contre la Faim, les Restos du Cœur, Emmaüs, Artisans du Monde, présenteront leurs actions et démarches, leurs modes de fonctionnement, leurs analyses et propositions pour relever le défi de la faim.

UNE VILLE QUI AGIT


Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En France, 800 000 personnes ne subsistent que grâce à l’aide alimentaire et 3,7 millions de français vivent sous le seuil de pauvreté. Avec les associations humanitaires qui seront présentes dans l’Espace Géographie Solidaire du Salon du Livre, la ville de Saint-Dié-des-Vosges agit pour lutter contre cette honte nationale. Deux exemples remarquables : l’Epicerie Sociale mise en place par la Maison de la Solidarité propose au plus démunis un contrat d’accompagnement financier, éducatif et nutritionnel autour des traditionnelles « courses alimentaires » de la famille et le soutien apporté par la Municipalité au projet de Rest’Au Chaud de la MJC Louise Michel. Ce restaurant propose toute l’année des repas complets et équilibrés aux publics les plus en difficultés, ceux que les accidents de la vie ont conduit à l’exclusion (mot que notre vocabulaire a banalisé…). Action qui permet également à onze personnes en Contrat Emploi Solidarité de se construire ou de se reconstruire un parcours professionnel et social. Le FIG depuis plusieurs années soutient ce projet. C’est le Rest’Au Chaud qui prépare le déjeuner des intervenants du festival le samedi. Celui qui a faim n’est plus notre lointain, c’est notre prochain.

CHIFFRES : HONTE A NOUS !

6 millions d’enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de sous-alimentation.

24 millions de personnes sont victimes de famines chaque année.

840 millions de personnes souffrent de sous-alimentation.

2 milliards de personnes souffrent de malnutrition

4 milliards de personnes consomment moins de 1500 calories par jour.

Haut de la page

Retour au menu général

Actes 2004