« Du collège à l'université : la géographie menacée ? »

Carlo Da Pozzo

Carla Lanza

Géographes, université de Pise, Italie

Résumé

En Italie la géographie est "à la mode" : on en parle dans les revues, à la télévision…, mais cette diffusion produit une sorte de banalisation de la matière, réduite à un simple inventaire d'objets.

Cependant, dans les programmes scolaires la géographie est menacée d'une sorte de marginalisation parce que son enseignement est confié à des professeurs pas spécifiques.

L'école italienne est actuellement dans un processus de reformation, changement qui n'est pas encore terminé. Dans le projet de reforme l'enseignement de la géographie est présente dans tout le cycle primaire et dans les premiers deux années du cycle secondaire, mais son enseignement est confié à des professeurs de matières littéraires qui doivent enseigner, en plus de la géographie, la littérature, l'histoire et, parfois, le latin et le grec. Par contre, les nouveaux programmes de géographie sont bien plus modernes des anciens.

En même temps, l'histoire d'une réforme manquée ou imparfaite de l'université de plus en plus considère la géographie une discipline plutôt spécialiste que formative et par conséquent diminue sa présence dans les curricula des étudiants.

Enfin, on souhaite une diffusion correcte de la communication géographique, une meilleure coordination de la didactique géographique entre l'université et les cycles primaire et secondaire et, surtout, entre les différentes universités et facultés. On peut poser la question, finalement, s'il s'agit d'une situation tout à fait italienne ou d'un résultat de l'élaboration européenne décennale pour conduire la formation "vers la société cognitive" (livre blanc U.E., 1995).

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2005