La fracture numérique passe aussi dans les pays développés

Jean Debiesse

Vice-Président marketing et strategy France-MEA

. Article complet

Sommaire :

La fracture numérique est souvent présentée comme une frontière entre pays développés et pays en voie de développement.

Elle passe aussi entre les zones urbaines et les zones rurales des pays développés qui ont développé des politiques variées pour la réduire.

Quelques chiffres en introduction pour mise en perspective :

  • Au 1/1/2005, la situation de la pénétration du large bande, mesurée en abonnements pour 100 habitants par l'UIT était :
    • La Corée vient en tête avec 25%, suivie de Hong Kong à 21%

    • En Europe, les Pays Bas et le Danemark sont aux 3ème et 4ème rangs avec 19%
    • Canada : 18% (5ème rang)
    • USA : 11% (16ème rang)
    • France : 11% (17ème rang)
  • La pénétration par foyers, mesurée et prévue par Strategy Analytics est :
    • France : 26% fin 2004, 40% fin 2005, et 85% fin 2010
    • Europe : 24% fin 2004, 33% fin 2005, et 63% fin 2010
    • L'Europe (de l'ouest) devient en 2005 le 2ème marché mondial (55 millions de foyers) devant l'Amérique du Nord (49 millions) et derrière l'Asie-Pacifique (85 millions)
  • En deçà de la large bande, il faut rappeler qu'on estime qu'un milliard d'hommes et 800 000 communautés dans le monde n'ont même pas accès aux services de base de la communication
  • En Europe :
    • Selon i2010, le cadre stratégique de la Commission Européenne, 25% de la croissance du PIB et 40% de l'amélioration de la productivité sont imputables aux TIC

    • Il est donc essentiel de réduire les fractures régionales, d'assurer l'égalité des chances et des compétences en TIC

    • En 2004 la couverture des zones rurales a cru de 40% et les raccordements ont doublé

    • En janvier 2005, 90% des foyers urbains de l'Europe des Quinze ont accès au large bande, mais seulement 62% des foyers ruraux. 15% de la population reste exclue de l'accès au haut débit

    • La Commission estime qu'en 2013 près de 5M d'utilisateurs potentiels de l'Europe des 25 seront encore exclus du large bande

    • Elle recommande donc des actions publiques, comme l'utilisation des fonds structurels ou des partenariats public/privé, tout en veillant à faire des choix technologiquement neutres, et à éviter les distorsions de concurrence.

  • En France :
    • avec 6,5M de raccordements, soit 26% des foyers fin 2004, la France est le 2ème marché d'Europe en nombre, juste derrière l'Allemagne, mais le 8ème par la pénétration (loin derrière les 43% des Pays Bas)
    • La pénétration a quasiment doublé de 2003 à 2004, et a augmenté de plus de 20% mi 2005.
    • Elle devrait approcher les 10M de foyers, soit 40% fin 2005

    • L'équipement en ADSL de la moitié des 12000 répartiteurs fin 2004 permet une couverture de la population d'environ 90%. Elle devrait monter à environ 98% de la population fin 2006 avec l'équipement de l'ensembles des répartiteurs.

    • La concurrence apportée par le dégroupage s'essouffle: les 2,3M de lignes dégroupées mi 2005 sur environ 1000 ne permettent de couvrir qu'environ 50% de la population.

    • Au-delà, la progression pourrait venir des collectivités territoriales à qui la loi du 22 juin 2004 a donné la capacité d'investir et même dans certains cas d'exploiter de réseaux de télécommunication
  • Au Canada :
    • Avec un territoire immense de 10 millions de Km² et une population de 32 millions d'habitants concentrée sur la bande frontière avec les Etats-Unis, le Canada a dû faire face à des problèmes de santé, d'éducation, d'exode rural et d'emploi des jeunes très difficiles. Il a choisi de mener une politique énergique et volontaire pour assurer la meilleure égalité des chances à l'ensemble de sa population grâce aux technologies de l'information.
    • Avec 86% des foyers ayant accès au large bande (nov. 2004), le Canada se place en 2ème position dans le monde, malgré sa géographie défavorable.
    • Mais si la couverture est de 95% en zones urbaines (80% de la population), elle n'est encore que de 63% en zone rurale, et les efforts continuent
    • Quelques exemples de l'apport des nouvelles technologies dans la vie courante :
      • La personne seule et âgée qui oublie de prendre ses pilules et qui reçoit sur sa télévision la visite d'une aide soignante pour le lui rappeler,
      • Le couple âgé qui n'a plus à faire 500km pour rencontrer un médecin (50% des Canadiens auront leur dossier médical numérisé en 2009)
      • Les enfants qui vont à l'école virtuelle

      • Les étudiants qui trouvent grâce au télétravail un emploi local attractif au retour au pays  (aujourd'hui 33% des 15-19 ans « s'expatrient » pour leurs études et 20% seulement reviennent dans leur pays d'origine dans les 10 ans qui suivent)
      • La plupart des services gouvernementaux et municipaux sont accessibles sans se déplacer
      • La revitalisation de traditions en perdition (cours de chants et de danses traditionnels)

      • &hellip

    • Exemple de la région de Terre Neuve et du Labrador

      • 500 000 habitants sur plus de 400 000 km2, soit presque 100 fois moins dense que la France
      • 17 000 km de côtes concentrant la population
      • 180 000 habitants dans la communauté urbaine de St John

      • le reste, 320 000 habitants répartis sur 650 collectivités dont seulement 13 ont plus de 5000 habitants. 210 seulement ont une école
      • 180 centres d'accès communautaires ruraux créés sur la région dans le cadre du PAC décrit ci dessous
    • Quelques exemples de programmes ayant concouru ou concourant encore à combler le « fossé numérique » comme disent les Québécois 
    • Le Programme d'accès communautaire (PAC):
      • « Lancé en 1994, le Programme d'accès communautaire (PAC) est une initiative du gouvernement du Canada administrée par Industrie Canada. Le PAC a pour but d'offrir aux Canadiens un accès à Internet à prix abordable et de leur permettre d'acquérir les compétences nécessaires pour l'utiliser de façon efficace. Il vise surtout à créer des sites d'accès public universel dans des collectivités urbaines et rurales dans tout le Canada. Ce programme s'adresse expressément aux personnes ayant des difficultés sur le plan de l'emploi, de l'apprentissage et de l'intégration communautaire ainsi que des difficultés socio-économiques — autrement dit, les personnes les plus touchées par le fossé numérique ».
      • Plus de 10 000 sites ont été raccordés (écoles, bibliothèques, centres communautaires…
    • L'Initiative jeunesse (IJ) du Programme d'accès communautaire, « lancée en 1996, est coordonnée par Industrie Canada et financée dans le cadre de la Stratégie emploi jeunesse de Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Elle vise à offrir des débouchés professionnels aux jeunes Canadiens de 15 à 30 ans, principalement les étudiants, les diplômés récents et les jeunes sous-employés ou sans emploi.
      Elle permet:
      • D'appuyer la durabilité et la viabilité à long terme des sites du PAC en permettant aux jeunes Canadiens d'acquérir de l'expérience de travail dans des sites de partout au Canada;
      • D'accroître l'utilisation des technologies de l'information et des communications (TIC) au Canada en favorisant le développement économique et social au sein des collectivités;
      • De donner aux jeunes l'occasion d'acquérir des compétences précieuses en ce qui concerne les TIC afin d'améliorer leurs perspectives d'emploi à long terme. »
      • Exemples d'initiatives :

        • donner des séances de formation sur Internet;

        • réaliser des recherches et concevoir des sites Web;

        • élaborer des documents publicitaires;

        • organiser des foires d'information et des événements spéciaux

        • offrir du soutien technique au site du PAC.

    • Le Programme Rescol :
      • Dès 1999 toutes les écoles et bibliothèques publiques du Canada ont été raccordées à Internet.
      • Ceci a été ensuite étendu aux salles de classe : plus de 500 000 ordinateurs y ont été déployés dès 2000 (récupérés dans les administrations et le secteur privé, remis à neuf et distribués gratuitement aux écoles)
    • Le Campus Branché Canadien : c'est un portail Internet qui permet aux élèves d'avoir accès à des milliers de cours offerts en ligne par les universités et collèges participants du Canada.
    • Le Centre de Recherche sur les communications (CRC)
      • Rattaché au Ministère de l'Industrie, il a vocation à développer l'accès aux technologies haut débit pour les zones rurales et éloignées
      • Un exemple de ses axes de recherche est la Salle de Classe Virtuelle : le programme vise à étudier l'incidence des outils à large bande sur l'apprentissage par vidéo, le partage des connaissances et l'apprentissage continu. Dans un effort concerté, le programme de la Classe virtuelle du CRC et le programme de recherche sur les communications visuelles à large bande du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) établiront des pratiques exemplaires pour les applications Internet à large bande de prochaine génération dans le perfectionnement des ressources humaines
  • Aux Etats-Unis :
    • Le Président Bush a annoncé en 2004 un objectif majeur d'accès au large bande pour tous les Américains d'ici 2007
    • Michael Powell, Président de la FCC a dit en juin 2005 à l'Université du Tennessee:
      • « l'accès aux servies large bande dans les zones rurales est devenu une priorité pour les Agences du Gouvernement Américain et pour les politiques »
    • Les Etats-Unis ne sont qu'au 16ème rang mondial en matière de pénétration des services large bande selon l'UIT (38 millions d'abonnements pour une population de 300M d'habitants). Ils sont surtout concentrés dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants, qui représentent 68% de la population, avec un taux de pénétration de 40%, laissant loin en arrière les 32% restants avec un taux de pénétration de 24% seulement.
    • Les autorités Fédérales de Etats-Unis ont toujours supporté l'équipement des zones rurales (Rural Electrification Act de 1936, extension au téléphone en 1949
    • 1,4 milliards de dollars de prêts ou de garanties ont été octroyés en 2003 par le Département de l'Agriculture pour le développement de services large bande dans les communautés rurales de moins de 20000 habitants
    • Néanmoins, les moyens mis en œuvre sont jugés encore insuffisants pour atteindre l'objectif.
    • Il est nécessaire d'être imaginatif : on parle de libérer des initiatives en simplifiant le carcan des réglementations, en puisant dans les « ressources tombées du ciel » comme celles des pénalités versées par les fabricants de tabac dans les grands procès qu'ils ont perdu contre les Etats…
    • Il faut noter de plus que les initiatives privées à l'amélioration de la couverture des services mobiles dans les zones rurales peuvent parfaitement rentrer dans un processus commercialement rentable, certains des 1100 petits opérateurs ruraux tirant jusqu'à 70% de leurs revenus des frais d'itinérance reversés par les grands opérateurs mobiles pour terminer leurs appels sur ces territoires. Cela leur permet ainsi de financer ces infrastructures au bénéfice des habitants de ces zones.
En conclusion :


La fracture numérique est une réalité dans de nombreux pays développés, dont tous les gouvernements et régulateurs ont pris conscience, mais plus ou moins tôt.

Aujourd'hui, tous s'attachent à combler ce fossé, chacun avec sa culture, mais avec le même objectif.

Le large bande sera le service universel de demain.


Sources :
  • ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes)
  • Commission des Communautés Européennes

  • Gouvernement de Terre Neuve et du Labrador

  • Industrie Canada (Ministère de l'Industrie du Canada)

  • Strategy Analytics

  • Nortel

  • UIT

Haut de la page

Retour au menu général

Actes 2005