ENS-LSH.

Ondaine - Haut Pilat : le territoire de projet crée-t-il son réseau ?

Entre 1996 et 2000, la région Rhône-Alpes met en place le contrat de développement Ondaine - Haut Pilat. Notre poster aura pour objet de mettre en tension l'existence de ce territoire de projet rhône-alpin et les réseaux qui le parcourent -ou non. Si ce territoire est écartelé entre espaces industriel et urbain et espace rural d'une part, et entre communautés de communes différentes ou morcelées d'autre part, les liens tissés autour de la vallée de l'Ondaine ont justifié la création d'un contrat de développement. En dépit de liens humains effectifs, des tensions politiques au niveau local et régional fragilisent des réseaux qui ne se dessinent qu'en pointillés et peinent à exister face au réseau de la métropole stéphanoise.

Réseaux des villes,réseaux des champs, la communauté de communes du Haut-Pilat: une superposition de logiques centrifuges et centripètes.

La communauté de communes du Mont-Pilat  se situe à la périphérie d'un système urbain attractif polarisé par la ville de St Etienne. Dans cet espace périphérique, d'autres logiques d'organisation se mettent en place, qui nous permettent de parler d'un possible « réseau des champs » par opposition à un « réseau des villes ». Le territoire de la communauté de communes s'inscrit au cour de tensions entre des flux centrifuges vers les villes des vallées limitrophes et des flux centripètes qui participent de la cohésion de ce territoire. Les différents acteurs locaux, dont le syndicat mixte du Parc Naturel Régional du Pilat, cherchent à créer une « identité Pilat », tiraillée entre ces flux contraires et d'autant plus problématique qu'elle ne correspond pas forcément à une réalité vécue par sa population.

Le territoire du Pilat: réseaux créateurs ou création de réseaux ?

Il s'agit de montrer comment le territoire du Pilat se définit en fonction de dynamiques spatiales mettant en jeu des réseaux aux échelles régionale, nationale, et européenne. La volonté des réseaux de décideurs (et en premier lieux les acteurs politiques locaux) de créer une "identité" Pilat en s'appuyant sur des réseaux de proximité ( associations de producteurs,commerçants,groupements communaux) a une double incidence:

- La transformation et l'utilisation concrètes de l'espace (lieux visibles).

- Transformation et utilisation qui ont à la fois pour origine et pour terme des liens invisibles :Volonté de cohérence idéologique, luttes d'influence, clientélismes.

Le lycée agricole de Saint-Genest-Malifaux, être et à voir: appartenir au Pilat.

Acteur apparemment insolite du Pilat, au côté des agriculteurs et du PNR, le lycée agricole de Saint Genest Malifaux affirme son appartenance à cet environnement par le souci de "raisonner Pilat". L'originalité de son action réside dans la création de liens entre les hommes à partir des lieux. Ces liens invisibles débouchent alors sur la création de lieux, non seulement visibles, mais à voir. Notre plan tente de rendre compte de cette progression intéressante:

- Etre dans le Pilat: Etat des lieux visibles

- Appartenir au Pilat ou quand les lieux lient les hommes

- Mettre l'espace en image ou quand les liens invisibles créent des lieux à voir.


Radu Necsuliu, doctorant roumain, propose :

Les Parcs Naturels Régionaux, lieux visibles ?

Les Parcs Naturels Régionaux des Portes de Fer (Roumanie), du Pilat et de la Chartreuse.

Le poster s'interroge sur la perception des parcs naturels régionaux, structures mises en place pour la protection de la nature et pour le développement local. Si les parcs naturels régionaux sont bien visibles pour les élus, et généralement pour les citoyens extérieurs, la perception des habitants des parcs varie selon les contextes socio-économiques, la durée de vie des parcs naturels régionaux et les actions des réseaux d'acteurs intégrant ou non les habitants. Les trois parcs naturels régionaux choisis illustrent les différences, en tenant compte des contextes spatiaux et temporels en liaison avec les politiques mises en place.