UMR THEMA



Le territoire : des lieux en réseau par les jeux des acteurs


Ce poster met l'accent sur une nouvelle définition du territoire qui replace les acteurs sur le devant de la scène. Après avoir expliqué comment l'approche systémique permet de fournir une nouvelle définition du territoire, nous montrons comment, au sein d'un espace donné, les acteurs en réseau font évoluer l'espace géographique. Les exemples portent sur la région Franche-Comté dont les dynamiques sont représentées à l'aide de modèles graphiques.




Observer les territoires : une démarche qui repose sur la mise en réseau des acteurs


Nous décrivons dans ce poster les différentes étapes qui prévalent à la mise en place d'un observatoire territorial. Nous montrons dans quelle mesure les volumes d'informations qui décrivent les dynamiques locales sous l'angle de la thématique sport, incitent à la mise en œuvre d'outils d'observation partagés. Nous présentons ensuite le détail de la démarche mise en œuvre, jusqu'à l'exploitation d'un observatoire partagé sur internet. Le cadre d'étude est celui du Département du Jura.




L'autoroute, l'accessibilité et les recompositions territoriales : contenu scientifique proposé


Construit en a peine 40 ans, le réseau autoroutier français participe à sa manière à diverses contractions de l'espace et du temps qui favorisent les relations potentielles entre les territoires, les agents économiques ou plus simplement les individus. À l'évidence, le maillage apporté par le réseau d'autoroutes a réduit l'enclavement de certaines régions. Une question se pose cependant : les gains d'accessibilité constatés sont-ils synonymes de gains d'attractivité pour les espaces irrigués par le réseau ?


Pour aborder cette problématique, les auteurs proposent de discuter de la place et du rôle tenu par l'accessibilité géographique dans les rapports complexes qu'entretiennent les infrastructures de transport et les dynamiques territoriales.


Le poster présente tout d'abord la rapide construction du réseau français d'autoroutes, la réduction de l'enclavement géographique de certaines portions du territoire national et la « valorisation » de ces gains de temps en rendant compte des principales mutations qui ont affecté, au cours des trente années écoulées, le transport de marchandises et les mobilités des populations.


Il aborde ensuite les « effets » des gains d'accessibilités, procurés par l'ajout d'arcs successifs au réseau, sur l'organisation fonctionnelle et géographique des activités de transport et de logistique. L'approche insiste sur la mise en œuvre des mécanismes d'agglomérations et de proximités circulatoires et organisationnelles qui guident la localisation et le mangement des entreprises. Cette approche s'inspire notamment des récents travaux développés par les chercheurs relevant du courant de la « regional science ».


Il discute enfin des transformations des mobilités individuelles en démontrant que la « consommation » des gains de temps de transport par les ménages obéit imparfaitement aux principes décrits par les modèles de gravitation. Ils sont contraints par les réseaux moins visibles, sociaux, culturels, professionnels et administratifs qui organisent et structurent l'usage et le vécu de l'espace.


Pour conclure, le poster rend compte de l'ambiguïté des rapports entretenus entre les systèmes de transport et les territoires. Instruments d'aménagement véhiculant une puissante image de modernité et de désenclavement, les grands ouvrages linéaires de circulation participent conjointement d'un double processus où d'une part l'amélioration des liens et des connexions conduit à une intensification des échanges (des interactions), mais, elle favorise d'autre part l'abstraction et la réduction des espaces interstitiels sur lesquels s'inscrivent la matérialité des réseaux de circulation.