Conférence : « Les migrants mexicains,
des États-Unis à leur communauté d'origine »

Laurent FARET

SEDET – Université Paris 7 – Denis Diderot

Résumé

.

La migration internationale est à la fois une forme spécifique de la mobilité spatiale et un fait social chargé de significations, d'épaisseur historique. En cela, les processus migratoires nous donnent à voir une double manifestation des logiques de réseaux, et cette intervention se donne pour objectif de le montrer à partir du cas de la migration mexicaine aux Etats-Unis. En premier lieu, les logiques de concentration des populations migrantes, de canalisation des flux le long de certains axes dessinent une cartographie de routes, de relais, de point de passage des frontières, produisant une organisation en réseau d'un espace international de circulation. En second lieu, la mise en œuvre de la migration s'appuie de façon souvent décisive sur des contacts, sur des informations en provenance des autres membres du groupe migrant. Liens personnels, familiaux ou communautaires sont ici mobilisés, à la fois pour permettre la mobilité mais aussi pour entretenir le lien, par delà la distance, avec la région d'origine. C'est ici d'un canevas de réseaux sociaux dont il s'agit et sa portée déborde souvent l'acte migratoire en lui-même, pour autoriser dans la durée des formes d'organisation spécifique. Les pratiques qui en résultent, souvent qualifiées de transnationales, s'appuient sur des réseaux socio-spatiaux qui échappent en partie aux pouvoirs institutionnalisés et viennent en surimposition par rapport aux lignes traditionnelles de marquage des territoires.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2005