Étude de cas

Les flux en Méditerranée, les enjeux d’une interface


Place dans le programme et nature de l’activité pédagogique

Cette séquence s’inscrit dans la dernière partie du programme de la classe de terminale intitulée « une interface Nord Sud : l’espace méditerranéen ». Les élèves en autonomie en salle informatique réalisent un croquis à partir d’une étude de cas. Ils envoient leur production terminée à leur professeur par courriel. Le travail est repris de manière collective en classe en corrigeant à l’aide du tableau interactif les différentes réalisations et permet de définir leurs limites.


Objectifs

Les élèves sont amenés à sélectionner, hiérarchiser et classer les informations de différentes natures (textuelles, statistiques, spatiales) et de les mettre en relation afin de construire le croquis et la légende organisée des flux en Méditerranée, les enjeux d’une interface. Les flux étudiés sont de natures différentes (biens, matières premières et tourisme). Les élèves enrichissent à la suite de ce travail les notions géographiques abordées dans l’année.

Les élèves mobilisent les compétences du B2i : organiser des traitements numériques à l'aide d'un tableur, chercher, se documenter au moyen d'un produit multimédia, organiser des informations, communiquer au moyen d'une messagerie électronique.


Problématique

Les flux en Méditerranée sont ils facteurs de développement ?

En quoi les flux en Méditerranée participent ils à la construction d’une interface ?


Pré requis

Les élèves ont déjà défini en fin d’année les notions abordées dans la problématique : interface, développement, centre et périphéries. Les difficultés reposent sur la mobilisation des connaissances et des savoir faire multiples acquis au cours de l’année pour construire un croquis.

On considère que les élèves maîtrisent les fonctions de bases d’un traitement de texte et d’un tableur.

Démarche :

L’étude de cas repose sur un corpus documentaire mis à la disposition des élèves en ligne sur le site du lycée où l’enseignant dispose d’un espace personnel. Il est composé de trois tableaux statistiques, d’un texte et d’une carte. Après la lecture et le repérage à l’aide d’un atlas ou une encyclopédie multimédias, les élèves identifient les notions clés de la problématique.

Ils effectuent des traitements statistiques à l’aide d’un tableur. Puis ils mettent en relation dans un tableau à double entrée les différents documents tout en sélectionnant les figurés appropriés pour représenter leurs observations. Un croquis est alors construit à l’aide d’un fond de carte vectoriel sous traitement de texte.

En classe, une analyse critique des données est sollicitée par un questionnement en fin de travail afin de montrer aux élèves les limites du traitement des données statistiques et de la cartographie.


Exemple d’une production de deux élèves

Une proposition de correction



Pourquoi utiliser les tice ?

- La hiérarchisation, discrétisation et interprétation des données statistiques s’avèrent souvent un exercice fastidieux et long. L’utilisation d’un logiciel permet de réaliser ces exercices rapidement tout en s’interrogeant sur le raisonnement à suivre au moment de sélectionner et créer la formule mathématique.

- L’utilisation d’un fond de carte vectoriel permet aux élèves, au-delà de l’aspect visuel évident, d’accéder à une souplesse dans l’organisation de leur légende qui se modifie au cours d’une réflexion autonome.

- L’envoi du travail définitif par courriel permet aux élèves d’obtenir des conseils personnalisés et de s’approprier une progression cartographique.

- Le tableau interactif permet lors de la correction de mettre en évidence la pertinence des choix cartographiques et de remédier aux erreurs les plus récurrentes.

Nadine Bouette

Professeur Certifié

Lycée Blaise Pascal

63600 Ambert

nadine.bouette@ac-clermont.fr