Les géographes parlent-ils tous du même monde ?
Réseaux intellectuels, visions du monde, et hégémonies académiques

Olivier MILHAUD

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

De récents débats dans les revues anglo-saxonnes ont souligné l’écrasante hégémonie des Anglo-Américains dans la géographie dite internationale. Bien rares sont les auteurs francophones, hispanophones, africains ou asiatiques, dont on entend la voix. En fait, les géographes anglo-américains travaillent dans des réseaux scientifiques particulièrement efficaces, relayés par des revues prestigieuses et de grandes conférences internationales. Ces réseaux intellectuels leur permettent de proposer une certaine vision du monde et de rendre certains lieux visibles…et de (trop) nombreux autres invisibles ! Les réseaux anglo-américains élaborent en effet une certaine approche de la géographie – que seuls les Anglo-Américains partagent – mais qui circule à travers le monde comme la géographie internationale. On peut donc se demander comment les réseaux scientifiques construisent notre vision du monde. Loin d’une lamentation sur le sujet, il faut comprendre les logiques géographiques à l’œuvre, en se posant une question loin d’être anodine : les géographes parlent-ils tous du même monde ?

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2005