Le rôle des réseaux nationaux et internationaux pour un Traité sur le commerce des Armes

Benoît Murraciole

Amnesty International

Résumé

.

L'exemple de la campagne « Contrôlez les armes »

Conférence de Nairobi en 2001, « Plus d'armes pour des atrocités », cinquante participants : Où comment trouver un objectif commun dans la constitution des réseaux avec des champs de travail différents ?

  • Le travail de campagne, pour la sensibilisation de l'opinion publique

  • Le travail de pression, pour informer et convaincre les décideurs
Des réseaux à bâtir dans des espaces différents
  • Un maillage géographique développé pour la constitution « d'un corps de campagne ».

  • Un meilleur équilibre culturel dans la place donnée aux ONG du Sud.

  • Dans des champs d'actions divers, Droits Humains, Droit International Humanitaire, Développement durable, …, faire appel à l’expertise des ONG de terrain.

  • Élargir les « supports » de communication : parrainage de sportifs, artistes, ...

Le temps d'intégration des réseaux :

Conférence de Nairobi 2005, cent quatre-vingt participants : Où comment faire en sorte que chacun puisse intervenir dans une légitimité de terrain reconnue par le plus grand nombre ?

Un premier bilan de campagne

Plus de 30 pays engagés dans une réflexion sur le projet de traité.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2005