Diasporas et nouveaux réseaux migratoires

Organisée par Patrick Gonin, géographe, Université de Poitiers , animée par Patrice de Beer, ancien éditorialiste au Monde

Les circulations des migrants internationaux tissent des liens entre régions de départ, de transit ou de rebond et d'installation plus ou moins durable. Les circulations ne sont pas seulement le fait d'hommes et de marchandises parcourant les routes, mais aussi de capitaux, d'informations, de connaissances, d'idées mobilisant tous les moyens de transports réguliers et illicites, ainsi que le courrier, le téléphone et l'internet. Au delà de la visite annuelle des immigrés des années 60, les relations avec les régions d'origine sont de plus en plus intenses. Les réseaux migratoires de plus en plus complexes permettent aux candidats au départ de construire leur projet en mobilisant les ressources produites par ces connexions. Les migrants les mobilisent aussi dans leurs projets en direction de leur région d'origine, construisant des associations capables d'obtenir le soutien d'entrepreneurs ethniques, d'associations de solidarité et d'entr'aide, de partenaires de la coopération décentralisée. Le rôle des diasporas, réseaux complexes et étendus, est essentiel dans le développement des activités de pointe de pays industriels émargeant comme la Chine et l'Inde.