La mer en réseaux, de nouvelles voies pour la mise en mouvement des territoires

Organisée par Jacques Guillaume, géographe, université de Nantes, animée par Michel Neumeister, journaliste, Journal de la Marine Marchande.

Depuis un quart de siècle, et singulièrement depuis l'avènement de la conteneurisation comme moyen intermodal de transport, les routes maritimes ont été profondément bouleversées. Comme souvent, dès lors qu'il s'agit d'une remise en cause d'un ordre universel des échanges, la recomposition des routes s'accompagne de l'émergence de nouveaux acteurs, de nouvea ux partenaires du commerce international, de nouvelles pratiques, de nouveaux territoires, à diverses échelles, mondiale, régionale et locale. Des réseaux qu'on sent palpiter à leurs points névralgiques (canaux interocéaniques, détroits internationaux, hubs) sont maintenant bien en place. Parallèlement, alors que le fond des mers est également mobilisé pour la circulation des informations, la machinerie lourde des échanges de produits bruts poursuit son investissement maritime, en faisant parfois remonter à la surface des choses, des pratiques de transport peu honorables, nourries par des réseaux peu connus mais bien rôdés. Les médias s'en emparent au moment des accidents et des désordres écologiques qui leur sont associés, obligeant les Etats à l'action. Au total, alors que l'Océan demeure toujours une magnifique machine à rêver, d'ailleurs largement utilisée en ce sens par les opérateurs de la croisière, il ne peut plus être une res nullius qui indiffère. Il est un terrain d'enjeux pour l'élaboration d'une doctrine géopolitique, pour laquelle s'activent des réseaux d'acteurs publics et privés.