Liens trop visibles et lieux méconnus : les activités de l'informel, leurs réseaux et leur ancrage urbain

Jean-Fabien Steck

Géographe, Université de Paris X

Résumé

.

Les petites activités informelles ont dans les rues des villes en développement une visibilité importante. Très visibles, souvent trop visibles pour des autorités en quête de modernisme, ces lieux n'ont pourtant que peu attiré l'attention des chercheurs. Passées les habituelles remarques sur l'intérêt marchand de telle ou de telle localisation, la majeure partie des études s'est d'abord intéressée, en amont, aux rôles fonctionnels et structurant des grands réseaux. Il est vrai que l'étude de ces derniers est essentielle, mais celle des lieux où s'exercent ces activités ne l'est pas moins. Leur aménagement, leur développement et leurs dynamiques reposent sur une forte insertion urbaine et soulignent l'importance de l'ancrage territorialisé de ces activités et des entrepreneurs qui les animent. C'est aussi une entrée essentielle pour comprendre les disparités intra-urbaines.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2005