Réécrire l'Amérique du Nord 15 ans après
La géographie universelle revisitée

Antoine Bailly

Professeur, Université de Genève

Jean-Bernard Racine

Professeur, Université de Lausanne

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

La géographie évolue, les modes de représentations et d'explications également. En prenant l'exemple de l'Amérique du nord, deux des auteurs parlent de la façon dont ils réécriraient ce volume en s'appuyant d'une part sur la manière de dire et comprendre aujourd'hui l'évolution géopolitique de l'Amérique du Nord, entre ouverture canadienne et fermeture étatsunienne. Avec l'apparition d'une nouvelle frontière, tant matérielle qu'immatérielle et les nouveaux enjeux du développement urbain et de l'idéologie néo-urbanistique les contrastes entre Canada et Etats-Unis perdurent et s'accroissent, malgré quelques parentés nouvelles touchant quelques cités pionnières rêvant d'urbanité européenne et d'écotopie.

Il est évident que dans les années 90, l'aura de ces villes, comme leur signification urbanistique, a changé. Nous commençerons par nous interroger sur les devenirs de l'Amérique urbaine et métropolitaine. Les changements rapides de Los Angeles et de Vancouver, à l'avant-garde des transformations (résultat de forces le plus souvent extérieures ), permettent de souligner les caractères distinctifs des expériences locales, de constater la difficulté à saisir les qualités «essentielles» de l'une ou de l'autre. On constatera que la stimulation et la prétention à être ville de classe mondiale a toujours été présente à Vancouver, comme à Los Angeles . Ce qu'il y a peut être de nouveau c'est l'appréciation nouvelle qu'ont les citadins de Vancouver et de Los Angeles de la valeur de leurs cités et surtout de ses potentiels. Ces citadins commencent à penser qu'ils n'ont pas seulement un futur, mais un destin nouveau, dans un ouest nouveau.

Nous nous interrogerons ensuite sur le rôle des deux pays face à la mondialisation, entre oeuvre de paix au Canada et croisades militaires aux Etats-Unis. Ouverture et fermeture, les nouveaux contrastes sont mutiples malgré le libéralisme ambiant qui favorise l'expansion des firmes multinationales et de la culture nord-américaine. Le continent nord américain continue à interpeller les européens qui portent souvent des jugements hatifs (voir publient des livres après de brefs séjours) sans bien connaître les fondements culturels de ces sociétés. Nous ouvrirons donc le débat sur ces visions contrastèes

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2006