Saint-Pierre-et-Miquelon, îles frontières

Christian Fleury

Doctorant, Université de Caen. 1

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

A une vingtaine de kilomètres du Canada, vivent les 6 300 habitants de St-Pierre-et-Miquelon. Depuis 1992, l'archipel est touché par la quasi extinction de la filière pêche, raison d'être historique de son existence. La mise en œuvre d'une stratégie alternative de développement est contrariée par une double dépendance. Le Canada voisin, incontournable prestataire de services, est aussi un interlocuteur intransigeant sur les questions cruciales d'appropriation de la mer. La métropole, qui assure les rentrées financières, est souvent accusée de ne pas défendre avec assez de force les intérêts de son petit territoire d'Amérique du Nord. L'ambivalence de son statut, sa situation aux portes de l'Amérique et sa tradition multiséculaire d'ouverture sur le monde constituent les éléments les plus fréquemment avancés pour tenter de s'affranchir de ces handicaps.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2006