LE LITTORAL MARTINIQUAIS, ENTRE DÉVELOPPEMENT ET PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT

Parcours pédagogique présenté par Yvan BERTIN et Maryalis MASCOUR

Agrégés d'Histoire-Géographie sous l'autorité de

Benoît FRICOTEAUX

IA-IPR de la Martinique

.

Etude de cas :

Place dans les programmes :

Cette séquence s'adresse à des élèves de Seconde. Elle s'intègre dans l'étude du thème: « Les littoraux, espaces attractifs ».

Il s'agit d'une étude de cas sur le littoral martiniquais réalisée, dans le cadre de l'adaptation des programmes en Martinique.

La durée prévue de cette étude de cas est de 2 à 3 heures.

Définition de la notion de littoral et délimitation spatiale

L'espace littoral est défini.

La question de la délimitation spatiale du littoral martiniquais est posée.

Pour un petit territoire comme la Martinique, ne peut-on pas considérer que l'ensemble de cet espace insulaire est sous influence de la mer ? Ainsi, l'ensemble de la Martinique se confondrait avec la zone littorale.

Pour notre part, nous prendrons en compte l'espace de quelques centaines de mètres, tout au plus 1 kilomètre, au-delà du trait de côte.

Problématique de la séquence :

Dans quelle mesure la pression humaine sur le littoral martiniquais rend-elle indispensable une politique volontariste de préservation de l'environnement ?

Objectifs de connaissances :

Il s'agit de mettre en évidence, dans un premier temps, les différentes activités qui se concentrent sur le littoral martiniquais.

Dans un second temps, à partir de l'exemple de la baie de Fort-de-France, nous tenterons de mener avec les élèves une réflexion sur la nécessité de la protection de l'environnement ainsi que sur l'importance de penser le développement durable.

Objectifs méthodologiques :

Notre séquence s'organise autour de trois grandes étapes méthodologiques:

  1. Analyser un corpus documentaire et proposer une légende,

  2. Réaliser un croquis,

  3. Compléter un tableau et un schéma.

Ces trois grandes étapes correspondent à trois grands dossiers qui seront utilisés successivement par les élèves.

La mise en place technique :

La réalisation de cette étude requiert l'utilisation d'une salle informatique, en réseau si possible, avec vidéo-projecteur.

Si la salle n'est pas en réseau, il est préférable que l'ordinateur de l'enseignant soit connecté au vidéo-projecteur.

- tous les fichiers nécessaires au travail des élèves se trouvent sur l'ordinateur dans un dossier dédié à notre séquence sur le littoral martiniquais. Ils sont installés via une clé USB ou un CD.

- les élèves disposent en outre d'une carte de la Martinique avec le nom des communes pour faciliter les questions de repérage.

Les pré-requis des élèves :

Les élèves utilisent lors de cette séquence les fonctionnalités de base de Word, dont la barre de dessin et le logiciel « Paint » ou équivalent, pour la réalisation du croquis.

La classe doit connaître les bases du langage cartographique ainsi que les principales notions géographiques de la classe de Seconde : Aménagement, organisation de l'espace, environnement, développement durable…

DEROULEMENT DE LA SEQUENCE

Introduction

Le sujet, la problématique et les objectifs sont présentés aux élèves.

La première étape consiste donc en une analyse du corpus documentaire et une proposition de légende.

I. ANALYSER UN CORPUS DOCUMENTAIRE ET PROPOSER UNE LEGENDE

Le corpus est constitué de trois parties intitulées comme suit :

  1. Une forte mais inégale concentration de la population sur le littoral martiniquais

  2. Les activités présentes sur le littoral martiniquais

  3. Des espaces littoraux fragiles à protéger

Chaque partie aborde un thème qui constituera l'une des rubriques de la légende de notre croquis.

Pour chaque thème, un questionnaire prenant la forme d'un tableau permet de répondre à des questions. Les réponses sont transformées en figurés afin de constituer la future légende du croquis.

La classe est divisée, une première fois, en trois groupes : un pour chaque partie et, une seconde fois, en binôme à l'intérieur de chaque groupe. Les élèves travaillent donc par groupe de deux sur l'une des trois parties.

Ce corpus documentaire est réalisé par l'enseignant et composé de documents de natures variées (cartes à différentes échelles, images satellitales, photos aériennes, textes, statistiques, etc.).

Lors de la mise en commun, chaque groupe présente son travail au reste de la classe, justifie le choix des figurés et évoque les problèmes de réalisation.

Le choix des figurés est discuté, notamment lorsque des groupes différents proposent le même figuré pour des réponses différentes.

Pour conclure ce travail, l'enseignant distribue une proposition de légende.

II. REALISER UN CROQUIS

Les élèves réalisent la partie du croquis correspondant à la partie qu'ils ont abordé précédemment.

Le fond de carte est alors traité avec le logiciel « Paint », fonction «  ouvrir avec » puis fonction « pot de peinture » pour les figurés de surface. Il est ensuite nécessaire de « copier » et de « coller » ce travail dans un document Word.

Le fond de carte est alors travaillé avec la barre de dessin de Word qui se trouve en bas de la page.

L'enseignant propose alors :

- Une correction de chaque croquis

- Un croquis superposant le travail des différents groupes.

Un tirage papier de ce croquis est ensuite distribué aux élèves.

A partir du croquis et d'un zoom sur la baie de Fort-de-France, la concentration de la population et des activités dans la baie est mise en évidence.

Nous passons alors à notre troisième dossier qui aborde plus précisément la baie de Fort-de-France en tant qu'espace enjeu pour le développement durable en Martinique

III. COMPLETER UN TABLEAU ET UN SCHEMA

Pour cette troisième étape, les élèves utilisent le troisième dossier intitulé «  compléter un tableau et un schéma ».

Le travail des élèves se déroulera de la façon suivante :

1°) Les élèves recensent dans un tableau les principales activités présentes autour de la baie de Fort-de-France.

2°) Les activités sont reliées par des flèches à un ou plusieurs impact(s) sur l'environnement.

On interroge les élèves sur les conséquences d'une telle situation.

Comme on peut l'observer, les activités humaines ont un impact très fort sur l'environnement.

Il est possible de s'interroger sur la comptabilité des activités entre elles, comme par exemple : le tourisme et l'industrie, la pêche et les rejets d'eaux polluées dues aux activités humaines.

3°) Les élèves sont ensuite interrogés sur les conditions d'un développement harmonieux de la baie de Fort-de-France.

La notion de développement durable est rappelée sous la forme d'un schéma montrant l'imbrication entre les enjeux sociaux, environnementaux et économiques.

Les élèves remplissent le schéma en utilisant et en plaçant correctement à l'intersection des différentes ellipses des idées proposées par l'enseignant (ici : R1, R2, R3) :

- l'enjeu environnemental correspondant au respect de la faune et de la flore, protection de la mangrove. (R1)

- L'enjeu économique correspondant au développement de la pêche, du tourisme, des loisirs, et des activités portuaires. (R2)

- L'enjeu social correspondant à l'accès au logement, à la qualité des eaux de baignade et à la recherche d'un cadre de vie agréable. (R3)



Il est possible de discuter la place de chaque réponse.

L'important est de faire comprendre aux élèves la notion de « développement durable » qui est une situation d'équilibre entre le développement de l'économie, la protection de l'environnement et la satisfaction des besoins de la population (le progrès social).

Ce travail, réalisé en classe, peut se poursuivre par un devoir à la maison, par exemple une réponse organisée répondant à la problématique posée dans l'introduction.

PROLONGEMENTS

Cette étude de cas qui vise à sensibiliser les élèves à la notion de développement durable peut être complétée par une autre étude de cas à une échelle plus grande ou plus petite.

Il est possible également de prolonger en ECJS les débats autour des questions d'environnement et de citoyenneté.

NB : L'ensemble du parcours pédagogique (questionnaires et documents, croquis, tableau et schéma) est à consulter sur le site du CRDP de Picardie.

 

Haut de la page

Retour au menu général

Actes 2006