Vieillir aux États-Unis : une écriture géographique

Christian Pihet

Géographe, Université d’Angers

Résumé

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

Dans le débat sur le vieillissement démographique et ses effets socioéconomiques, la référence aux États-Unis est fréquemment sollicitée. Cette conférence s'inscrit dans l'analyse et la caractérisation des apports des populations âgées, de plus en plus nombreuses, dans la dynamique des milieux géographiques. L'intervenant met en lumière le rôle éminent tenu par l'espace dans la structuration progressive d'une " tranche d'âge " en groupe social. Ainsi au fil des analyses l'intervenant proposera la reconnaissance d'une « écriture géographique » spécifique des populations âgées dans le contexte original d'un pays qui accueille encore de nombreux immigrants mais qui « vieillit » également.

Pour mieux déchiffrer cette « écriture » et la resituer dans le cadre social et communautaire des Etats-Unis, Christian Pihet propose d'employer une démarche multiscalaire, du local au national, démarche qui offre l'avantage de fournir de nombreux éléments concrets tout en permettant de les comparer entre eux chaque fois que cela s'avère utile. En articulant constamment ces échelles, il est ainsi possible d'éviter le double écueil du récit monographique et des généralisations hâtives.

La conférence sera structurée par quatre développements. Le premier examine d'emblée la place et les caractéristiques des populations âgées aux Etats-Unis sous l'angle de leur importance – quels seuils retenir pour le vieillissement ?, quelles subdivisions internes ?- de leur évolution, positive en effectifs, légèrement négative en pourcentage et naturellement de leur répartition et de leurs mobilités. Des exemples seront puisés dans différents espaces-laboratoires, Boston, le « Rustbelt » et les régions d'accueil du Sud…

Dans un deuxième temps les observations porteront sur la place des populations âgées dans la société américaine, mesurée par différents indicateurs : travail, revenus, logement, structures familiales, engagement dans la vie sociale et politique...

Ensuite les effets des différentes politiques de la vieillesse menées tant par les acteurs privés que publics seront analysés aux différentes échelles. Après avoir rappelé les cadres législatifs fondant ces politiques (héritage des années 1960 puis préoccupations « anti-âgistes »), leur évolution sera analysée dans le contexte néo-libéral actuel, notamment celui impulsé par l ‘administration Bush de la réforme de l'accès aux soins, Medicare et du processus de privatisation en cours de la « Social Security ». Une attention particulière sera portée aux questions du maintien à domicile et des hébergements collectifs. Ces derniers seront abordés dans une perspective d'accessibilité sociale et spatiale. En particulier sera présentée une structure spatiale très (trop ?) connue en France sous l'angle médiatique des « ghettos de vieillards », les « retirement communities », formes encore marginales mais dynamiques de la sécession urbaine, en lien le plus souvent avec les migrations de retraite.

Le quatrième point de la conférence a comme ambition d'examiner les structures et les dynamiques des " espaces de vieillesse ", véritable grammaire de l'écriture géographique des populations âgées, «espaces de vieillesse » qui permettent de proposer quelques voies pour incorporer ces groupes dans une géographie sociale et régionale du pays.

Enfin une conclusion ouverte dans un dialogue avec la salle s'efforcera de présenter quelques-uns des questionnements que ce détour américain peut susciter en France.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 2006