Collecter, critiquer les informations sur l'énergie du Net

Bernadette MERENNE-SCHOUMAKER

Professeur, Université de Liège

Compte rendu par Jean-Pierre Morillo

TZR PLP Lettres-Histoire de Charente

Compte-rendu

Le net permet d'obtenir une masse d'information ayant trait sur l'énergie mais il est vrai qu'avoir un regard critique sur les données est souvent difficile. Il est donc nécessaire d'avoir à la fois de la méthode et de se référer à des sites les plus fiables pour éviter des erreurs ou des données partiales.

Le programme scolaire offre de nombreuses entrées où le thème énergétique peut être traité et il est naturel que l'enseignant cherche à actualiser ses données ou recherches des chiffres précis à donner en exemple lors de ses cours. La mondialisation, les inégalités de développement, les grands enjeux géopolitiques ou le développement durable dont des thèmes récurrent dans les programmes et permettent de les traiter par le prisme de l'énergie. Or, les données sont très souvent actualisés à mis à jour mais il est difficile de traiter cette masse de statistique et d'avoir la nécessaire méthode critique pour valider telle ou telle données souvent contradictoire.

La difficulté intrinsèque est de savoir sur quelle base les données sont établies : d'après les prospections faites, les réserves disponibles ou estimées, la production réelle, si on prend en compte les énergies renouvelables ou uniquement fossiles etc. Ces données sont donc variés car elles ne reflètent pas tout à fait la même chose.

La science a érigé le principe de conservation de l'énergie universelle, stable et absolue comme un paradigme fondateur. Mais en géographie, il est nécessaire de montrer que l'échelle temporelle au niveau de l'homme ne permet pas de rendre compte de cette loi fondamentale puisque cette conservation de l'énergie ne se fait sur terre que sur des échelles de temps géologiques. L'impression d'une extinction énergétique à cause de l'homme est donc à modérer.

Internet est un outil formidablement fourre-tout. Mais il possède une richesse incroyable qui peut servir utilement à l'enseignant mais il faut savoir chercher au bon endroit et non se perdre dans des méandres sans fin aux résultats médiocres. Avant d'opérer une recherche, il faut rétablir des bases et se demander préalablement :

  • Quelles informations et pour quoi faire ? On recherche des cartes, des diagrammes, des statistiques, des infos d'actualités sur l'énergie, des synthèses, des dossiers pédagogiques, des images … ?

  • Pour quel public ? Il faut nécessairement adapter la recherche pour le public visé : la classe, le niveau etc…

Enfin, Internet obéit à de grands principes à ne jamais oublier :

  • C'est un merveilleux support mais il n'est pas le seul. Il doit s'insérer parmi d'autres supports pour avoir une vue variée

  • Les documents présents sur le net ne sont que des reproduction online des données présents sur papier et il est parfois plus rapide d'aller chercher la source imprimée que celle d'internet :

      • Annuaires : la base Cyclope

      • Revues : Documentation française, sciences et vie, sciences et vie junior, les clefs de l'actualités, alternative économiques, national géographique etc.

      • Des encyclopédies : Larousse : « les enjeux de l'énergie »

      • Des CD-Rom : Ademe : « Les problématiques de l'énergie »

  • Il faut une méthode rationnelle lorsque l'on utilise les moteurs de recherche : utilisez les commandes « » pour une expression précise ; AND ; NOT ; OR ; alltext ou alltitle si l'on veut juste le titre du site ou son contenu. Ne pas confondre moteur de recherche type Google et annuaire thématique comme Yahoo. Les sites universitaires comme ceux de Lyon III peuvent être intéressant.

  • Il faut recouper les données

Pour mieux collecter les données, voici une petite liste les plus intéressantes :

  • sources : CNUSED

  • les sites de BP

  • site d'Enerdata

  • site de l'IEA

Mais encore une fois, faites bien attention aux unités employés qui peuvent être très différentes. Le site de BP est excellent et est même en français. Il y a beaucoup d'information et de documents : diapositives, textes, et des données historiques depuis 1965 ce qui permet d'établir des graphiques d'évolutions. Les powerpoints sont de grandes qualités. Il y a même un outil pour construire soit même des graphiques et des tableaux qui peuvent faire l'objet de travail des élèves eux-mêmes.

Enerdata est un site orienté sur l'émission de CO² et a l'avantage de distinguer la production nucléaire, hydraulique ou thermique.

IEA émet annuellement un long rapport vers le mois de juin qui comprend surtout des tableaux statistiques pour chaque pays, ses importations ou exportations, son PNB etc.

Il y a naturellement des différences dans les chiffres entre ces sites car tout dépends encore une fois des critères pris en compte. BP se limite à l'hydroélectricité mais ne prend pas en compte aucune énergie renouvelable. Il y a aussi de grandes variations mensuels des stocks d'énergies disponibles. On doit aussi faire attention de voir si le pétrole est exprimé en produit brut ou raffinés et, pour l'hydroélectricité, de savoir si c'est la production ou la consommation.

Les enseignants ont de plus en plus une prédilections aux documents d'actualités mais il faut surtout se méfier des sites engagés ou orientés mais aussi des dates ! car nombres de documents non datés remontent à plusieurs années et toujours présents sur le net.

Ils doivent aussi se méfier des cartes et des graphiques car le net est le lieu ou toutes les lois les plus élémentaires sont allégrement violées. Je souligne la grande valeur du blog finance/matières premières très pertinent et actuel sur le monde énergétique de tous les pays du monde.

Il y a de grandes et excellentes synthèses utilisables. Pour le grand public, il y a le site de sciences-po, de la DGEMP, de l'OPEP, de l'OCDE et de l'ELECMUC. Mais il y a aussi de bons sites de sociétés privées très fiables : IFP, EDF surtout ; et de particuliers comme le célèbre site de Jancovici.

Quant aux dossiers pédagogiques, je conseille planete-energie.com de Total qui est très impartial et très enrichissant et facilement exploitable.

Haut de la page

Retour au menu général

Actes 2007