La conquête du monde par Toyota ?
Yves Boquet
Professeur de géographie à l'université de Bourgogne
Après un siècle de domination de Ford et General Motors, Toyota est devenue en 2007 la première entreprise automobile mondiale. La firme des environs de Nagoya a construit un système industriel à fort ancrage local dans la préfecture Aichi, avant de développer ses activités internationales, d’abord par l’exportation, puis par la fabrication de voitures hors du territoire japonais. La présentation au festival de Saint Dié examinera dans un premier temps le système productif local de Toyota City, les principes dominants du “toyotisme” et leurs implications géographiques. Les stratégies d’internationalisation de l’entreprise seront présentées dans le contexte des chocs pétroliers des années 1970. Les modes d’implantation industrielle de l’entreprise dans divers territoires seront ensuite présentés : l’Amérique du Nord, en particulier dans l’état du Kentucky, où Toyota est désormais un moteur de l’activité économique régionale (tout comme Nissan dans le Tennessee et Honda en Ohio central), le Nord-Pas-de-Calais (usine de Valenciennes-Onnaing) et la Thaïlande (grand Bangkok). 

Dans l’esprit du thème principal du festival de Saint Dié, l’exposé intégrera des approches empruntées à la géopolitique et aux conflits, particulièrement pertinentes dans le cas du Kentucky, où certains ont cru voir un “choc des civilisations” entre saké et bourbon, entre steak et sushi. Le triomphe des automobiles japonaises sur le marché américain est en effet une singulière revanche sur l'écrasement du Japon par les bombes américaines en 1945.


haut de page

ffs