Cachemire, Pakistan, Afghanistan :
logiques de guerre, logiques de paix

Jean-Luc RACINE
Directeur du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du sud
Compte-rendu de Marie-Claire DOCHEZ
Professeur d'Histoire-Géographie
Compte-rendu
Il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble de ces pays. Depuis 1998, le Pakistan et l’Inde ont la bombe, le Cachemire aurait pu être un révélateur pour ces 2 puissances. La guerre contre le terrorisme de Bush s’est fourvoyée en Irak et depuis 2001, on n’a trouvé ni Ben Laden, ni Zarwari…Depuis 2006, les talibans sont réapparus, étendent leur emprise près du Pakistan, au sud de l’Afghanistan et même avancent dans les zones non pachtounes. L’administration Bush a commencé à retirer des troupes d’Irak pour les mettre au Pakistan, pour intervenir dans les zones tribales; les victimes civiles augmentent, les « dommages collatéraux »…

Le Pakistan est un nœud de conflits avec :

- la nucléarisation de l’Inde et du Pakistan

- l’internationalisation d’Al Qaïda

Il devient un pôle de fabrique de djihad sur fonds d’insurrection. Il faut donc identifier les différents paramètres des logiques de guerre, sans oublier les voisins :

- l’Asie centrale soviétique

- la Chine, dans ses rapports avec le Pakistan, l’Inde 

- l’Iran à l’ouest, avec le problème du Balouchistan.

Il existe différentes stratégies régionales, des stratégies de grand jeu que jouent l’Inde, l’Iran, la Russie, tout cela à 2 pas du Golfe Persique, c’est-à-dire des routes du pétrole mondial.

La grande question est celle-ci: les Etats-Unis et leurs alliés sont-ils en mesure de policer l’ordre mondial à l’heure où l’ONU montre qu’elle est peu capable de régir un monde en recomposition ? Les paramètres sont donc locaux, régionaux, mondiaux.

Au niveau de l’équilibre régional, il y a 3 nœuds :

- le Cachemire avec 60 ans de conflit entre le Pakistan et l’Inde. C’est un conflit entre 2 idéologies : l’unité dans la diversité pour l’Inde, un Etat pour les purs pour le Pakistan. Il y a eu 4 guerres, la dernière en 1999.

- l’Afghanistan qui a connu 30 ans de guerre depuis 1979 ; c’est le grand jeu de la Guerre Froide. Le Pakistan devient un Etat du front par lequel l’argent, les armes passent pour soutenir les moudjahidins afghans contre l’URSS.

- le Pakistan, cœur de la région avec l’Inde et l’Afghanistan et sa frontière jamais reconnue, qui coupe les zones pachtounes.

En 1979, une révolution islamique a lieu en Iran et les Etats-Unis ne sont pas prêts à perdre cet allié qu’est le Pakistan. Les Pakistanais privilégient les chefs pachtounes contre les tadjiks de Massoud, plus près de l’Inde. Après l’insurrection du Cachemire, ils encouragent, injectent des Pakistanais au Cachemire. En 1994, on s’aperçoit que de l’autre côté, en Afghanistan, ça ne va pas. Les étudiants des madrasas deviennent des talibans appuyés par le Pakistan ; ils prennent le pouvoir en 1996 à Kaboul, instaurant un émirat islamique.

Avec le 11 septembre 2001, il y a du changement :

En Afghanistan, l’OTAN est arrivée en 2003: après la chute des talibans, Hamid Karzaï a été mis sur pied, la reconstruction du pays entreprise et ça ne marche pas…Le double système au niveau sécurité, Liberté Immuable et la Force Internationale d’assistance et de sécurité a été remplacé par l’OTAN en 2003. Les talibans sont repartis dans les zones tribales du Pakistan.

Au Pakistan, Musharaf mène une politique ambiguë. En 2006, il y a des talibans dans les zones tribales et ils encouragent les talibans afghans.

Se superposent :

- une guerre classique entre Etats, Pakistan et Inde, une guerre conventionnelle, l’arme nucléaire restant dissuasive.

- une guerre par procuration, conduite par des milices, de type assymétrique, avec des insurrections au Pakistan, en Afghanistan.

- le djihad.

Il existe plusieurs logiques : les Cachmiris, les talibans n’ont pas de projet global, avec Al Qaïda, c’est différent.

Dans des logiques de paix qui se mettent en place, on voit se déployer toutes sortes de logique : des dialogues de peuple à peuple, des ONG qui essayent de débloquer des choses…, mais ça, ça ne marche pas en Afghanistan. La nouvelle ligne, c’est d’augmenter l’effort militaire américain, d’engager des négociations avec des talibans modérés( on peut les dissocier d’Al Qaïda).


haut de page

ffs