Produire du poisson : état des lieux et enjeux de l’aquaculture mondiale.
Jean-Pierre Corlay
Nantes
Article complet

Avec une production de près de 50 millions de tonnes, l’aquaculture représente aujourd’hui la moitié de l’offre mondiale de produits d’origine aquatique destinés à la consommation humaine.

Activité très ancienne, l’aquaculture a longtemps occupé une place marginale pour connaître à partir des années 1970 une véritable « révolution » marquée par une croissance forte et continue, une diversification des filières, un élargissement de la gamme des produits mis en marché (poissons, crustacés, coquilles, algues, produits de luxe et produits de masse) et une extension spatiale considérable. Désormais, tous les pays disposant d’une façade maritime se sont lancés dans l’aventure aquacole. L’Asie reste le centre de gravité de l’activité avec le géant chinois (65% de la production mondiale) et d’autres pays producteurs, « vieux » pays aquacoles comme le Japon, ou « jeunes » pays en plein essor comme l’Indonésie, l’Inde, le Vietnam, etc. L’Europe (Norvège, Espagne, France, Grèce, Turquie, etc.) et l’Amérique (Chili) occupent une place non négligeable, parfois en pointe pour certaines productions (le saumon), l’Afrique étant quelque peu en retard.

L’essor de l’aquaculture est lié aux besoins alimentaires en protéines aquatiques de moins en moins satisfaits par une pêche mondiale dont la production plafonne, à des stratégies de développement induits de la mondialisation et aux potentialités du milieu (zones humides littorales, mers côtières et maintenant eaux du large). Il pose néanmoins de gros problèmes : problèmes techniques, biologiques, socio-économiques, environnementaux, qui révèlent la jeunesse et la fragilité d’une activité dont la durabilité est fortement dépendante de la qualité du milieu et des interactions qu’elle entretient avec les autres formes d’occupation des territoires côtiers et marins.

Produire du poisson à tout prix… peut-être…, mais pas à n’importe quel prix ! Tel est l’enjeu majeur de la mise en culture de la mer.


haut de page

ffs