Les religions et la mer
Jean-Robert Pitte
Titres universitaires et fonction
Article complet

Les océans et les mers ont de tout temps et dans toutes les civilisations fasciné les hommes par leur masse liquide, par leur caractère changeant, par leur utilité nourricière, mais aussi leur caractère mystérieux et inquiétant. C’est la raison pour laquelle beaucoup de religions anciennes ou animistes tournent le dos à la mer. Les cultes du cargo constituent une exception récente liée aux contacts avec les Occidentaux. Les polythéismes méditerranéens divinisent la mer (Poséidon, Neptune, Océan, Téthys), font naître des dieux dans la mer (Aphrodite, Vénus). Les monothéismes entretiennent des rapports ambigus avec la mer. La Mer Rouge sauve les Hébreux de l’esclavage, mais la mer est peu présente dans la Bible, tant dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau. En revanche, les apôtres, puis tous les missionnaires de l’histoire du christianisme ont maîtrisé et parcouru les mers et les océans pour diffuser leur foi jusqu’aux extrémités de la terre. Ils se sont placés pour cela sous la protection des saints, tout particulièrement la Vierge Marie, mais aussi bien d’autres comme les Saintes Maries de la Mer en Provence, par exemple. Comme l’a montré X. de Planhol, l’islam a toujours conservé une certaine méfiance vis à vis de la mer et a eu recours à des esclaves ou des renégats pour conduire les navigations qui ont permis son extension jusqu’au Pacifique et dans l’Océan Indien.




haut de page

ffs