COMMENT LES PAYSAGES DU MIDI FRANÇAIS SONT-ILS DEVENUS MÉDITERRANÉENS ?

Jean-Louis BALLAIS

Résumé par Christophe Clavel

Cliquer ici pour obtenir L'article complet

 

Comment les paysages du Midi français sont-ils devenus méditerranéens ?

Un modèle de méditerranéisation des paysages.

Introduction : Des paysages construits par l’Histoire.

Le paysage méditerranéen caractéristique est fait de forêts de pins, de roche à nu, de rivières à sec. 5000 ans auparavant, pourtant, les forêts étaient de chênes, les sols épais, les rivières plus régulières. Le paysage actuel est donc le résultat de l'action de l'Homme.

1 Les interventions anthropiques régionales : les versants.
  • Les défrichements provoquent l’érosion des sols. Le premier défrichement, protohistorique, fut très ablatif. Et toute recolonisation suivie de nouveaux défrichements entraîne une nouvelle érosion. Le défrichement par le feu est particulièrement destructeur : l’érosion hydrique mécanique est multipliée par 100 !
  • L’érosion cause une réduction des sols et corrélativement une baisse de la phytomasse. La forêt reculant, les apports organiques diminuent et les sols deviennent plus minces. Dans ces conditions édaphiques aggravées, la végétation devient plus xérophile : pins d’Alep, garrigues, maquis. Cette nouvelle végétation produisant elle-même peu de matières organiques contribue à son tour au ralentissement de la pédogenèse : elle s’auto-entretient.
  • Leur amincissement réduit également la capacité des sols à stocker les précipitations, qui arrivent ainsi plus vite dans les talwegs, provoquent des crues accentuées ; les étiages estivaux sont également plus marqués, certains cours d’eau devenant des oueds…
2 Les interventions anthropiques locales : les talwegs.
  • L’irrigation, qui prélève de l’eau en été, accentue également les étiages.
  • L’extraction de quantités considérables de matériaux dans le lit mineur provoque son abaissement. Une érosion linéaire régressive se déclenche en réponse, bouleversant les paysages d’amont. Parallèlement, la nappe phréatique s’abaisse, favorisant le développement d’une végétation moins hygrophile.
  • La calibration des lits mineurs augmente la vitesse des cours d’eau ; les inondations dans le lit majeur diminuent, favorisant la poursuite de l’abaissement de la nappe phréatique et la xérophilisation de la végétation.

Conclusion : Le XXème siècle.

Les actions anthropiques sur les versants sont millénaires et aujourd'hui se réduisent. Celles sur les talwegs concernent surtout le XXème siècle et s’amplifient, parallèlement au développement touristique et urbain, dans un contexte végétal qui va en se tropicalisant. Crues et incendies dévastateurs modèlent le paysage de la métropolisation.

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 1999