RISQUES NATURELS ET RISQUES DE SOCIÉTÉ AUTOUR DE MESSINE (SICILE)

Gérard HUGONIE

Résumé par Christophe Clavel

Cliquer ici pour obtenir l'article complet

Risques naturels et risques de société autour de Messine (Sicile)

 

Les populations des régions méditerranéennes semblent plus exposées, depuis quelques années, aux risques naturels, séismes et glissements de terrain notamment. Est-ce vérifiable ? Et quelles en sont les raisons ?

1. Un risque sismique accru.

  • Les régions méditerranéennes, au contact de deux plaques en mouvement, connaissent naturellement des séismes, souvent nombreux, parfois graves, comme celui de décembre 1908 à Messine, qui fit 60 000 morts.
  • Cependant, les enregistrements ne montrent pas d'aggravation ces dernières années, ni dans la gravité des phénomènes, ni dans leur fréquence.
  • En revanche, la multiplication des constructions récentes autour de Messine, sur des terrains mal consolidés et dans des zones hautement sismiques, modifie considérablement le degré de risque. La nature n'y est pour rien, le risque est d'origine socio-spatiale.

2. Glissements de terrain et ravinements.

  • Les glissements de terrain se produisent volontiers, dans cette région instable et aux sols mal consolidés, sous l'effet des averses méditerranéennes, intenses et agressives. La végétation, réduite par les incendies, ne joue plus son rôle stabilisateur.
  • Les glissements de terrain ont ainsi été nettement plus nombreux depuis 20 ans, mais sont localisés à proximité et à l'aval des nombreuses routes goudronnées créées dans les années 60 et 70 : la densité des routes a doublé en 20 ans ! Ces aménagements limitent l'infiltration, canalisent l'écoulement superficiel, renforcent les effets du ravinement.
  • Le développement de l'automobile et l'obligation d'une desserte régionale complète ont créé un risque nouveau d'instabilité des versants, un risque d'origine sociale.

Les risques naturels n'ont donc guère varié. Ce sont les sociétés humaines qui s'exposent aujourd'hui davantage à ces risques ou qui en génèrent de nouveaux.

 

 

 

Haut de la page 

Retour au Menu général

 Actes 1999